noscript

Please Wait...

Jihad

« Israël » expulse les Africains pour protéger son caractère juif !

« Israël » expulse les Africains pour protéger son caractère juif !
folder_openActualités access_time depuis 7 années
starAJOUTER AUX FAVORIS

Pour satisfaire la population, le gouvernement israélien s'est lancé dans une campagne d'expulsion des réfugiés africains.

"Ce ne sont pas des clandestins, mais des demandeurs d'asile", déclare Yael Aberdam, coordinatrice du projet d'aide aux demandes d'asile de l'ONG Africa Refugee Development Center (ARDC) à Tel-Aviv. En étant signataire de la convention de Genève sur les réfugiés, "Israël" ne peut pas se permettre de renvoyer dans leur pays des personnes menacées chez elles.
Selon le ministère israélien de l'Intérieur, « ils sont 62 000 infiltrés à être illégalement entrés en territoire israélien par le biais du Sinaï égyptien ». Ils proviennent majoritairement du Soudan, du Soudan du Sud et de l'Érythrée.

Le 23 mai, une manifestation regroupant près d'un millier d'Israéliens contre les immigrés« Israël » expulse les Africains pour protéger son caractère juif !
dégénère en violences racistes. Aux cris de « Les Soudanais au Soudan ! », certains des manifestants attaquent et pillent des magasins tenus par des Africains, et endommagent à coups de pierres plusieurs voitures transportant des immigrés. Parmi les manifestants, figurait le député Miri Regec qui a assimilé les clandestins à « un cancer qui prolifère ». Le 4 juin, des inconnus tentent de mettre le feu à un immeuble de Jérusalem où vivent dix-huit immigrants africains, faisant quatre blessés. Sur le mur de l'immeuble est inscrit en hébreu : « Dégagez du quartier ! »

« Protéger le caractère juif d'Israël »
Le ministre de l'Intérieur, Elie Yishaï, chef du parti religieux Shass, n'hésite pas à affirmer qu'il faut les « renvoyer chez eux, car ils viennent prendre le travail des Israéliens » et « qu'il faut protéger le caractère juif de l'État d'Israël ». Après avoir rejeté le recours de plusieurs organisations de défense des droits de l'homme, un tribunal israélien autorise l'expulsion de 1 500 personnes originaires du Soudan du Sud. La mesure est ensuite étendue au cas de 2 000 ressortissants ivoiriens.

« Ce n'est qu'un début, car il faut défendre les intérêts de l'État d'Israël », prévient le ministre de l'Intérieur. « La prochaine étape est le départ d'Israël de tous les clandestins d'Érythrée et du Soudan. Leur permettre de rester signifierait la fin du rêve sioniste », estime-t-il. 

 « Ils disent que nous sommes le cancer d’Israël. »
« Israël » expulse les Africains pour protéger son caractère juif !
Bol Duop, un jeune homme de 25 ans, a lui aussi passé cinq ans à travailler dans des hôtels avant de se retrouver marginalisé. Selon M. Duop, le ministère de l’Intérieur a prévu de débarrasser "Israël" des Noirs en les renvoyant dans leur pays et en donnant l’ordre aux forces de police d’imposer le choix entre une peine de prison ou l’enregistrement au rapatriement. « Ils disent que nous sommes la maladie, le cancer d’Israël. »

« Ils nous disaient que nous étions le sida, que nous étions une maladie. Ils nous disaient toutes sortes de mauvaises choses », a déploré Mayuol Juac, qui a travaillé comme serveur dans des hôtels de la station balnéaire d’Eilat et à Tel-Aviv.

M. Juac a raconté comment, après cinq ans passés à travailler à l'entité sioniste, il avait été interpelé de nombreuses fois au cours des derniers mois et même placé en détention pendant une journée avant que la police confisque son visa et l'oblige à partir.

« Ils ont dit : “vous n’êtes pas juif. Cet endroit est réservé aux juifs”. Et ils ont aussi dit : “vous êtes noir. Cet endroit est réservé aux juifs et aux blancs. Tous ceux qui ne sont pas juifs ni blancs n’ont pas leur place en Israël”», a-t-il ajouté.

Si soixante-dix intellectuels et artistes israéliens ont signé une pétition dénonçant la campagne de "dénigrement" menée par le gouvernement contre les immigrés, la majorité de la population est restée silencieuse. "Jusqu'ici, les demandeurs d'asile étaient plutôt bien acceptés par la population, mais les politiciens ont réussi à inciter chez elle la peur", souligne Yael Aberdam.

« La population n'est pas devenue violente du jour au lendemain. Elle a été préparée à la
violence », insiste de son côté Oscar Olivier, immigré d'origine gabonaise et militant. « Or, Israël ne mentionne jamais le cas des 200 000 immigrés illégaux blancs présents dans le pays ».

sources: lepoint.fr, Armin Arefi, irinnews.org

Comments

//