noscript

Please Wait...

iran-décade

Les guerres civiles qui frappent les portes de l’Europe

Les guerres civiles qui frappent les portes de l’Europe
folder_openAnalyses access_time depuis 6 années
starAJOUTER AUX FAVORIS

Akil Cheikh Hussein

Il existe des possibilités réelles pour que des révolutions constructives éclatent et sauvent les pays occidentaux des situations catastrophiques qui les attendent suite aux politiques du capitalisme sauvage. Cependant les forces de la contre-révolution s’attèlent à la tâche de ne pas permettre à ces révolutions de voir le jour et ce en provoquant des guerres civiles destructrices. Et il est probable  que le succès soit du côté de la contre-révolution.

Les guerres civiles qui frappent les portes de l’Europe

L’on n’exagère pas si nous disons que les humains, abstraction faite de leurs situations sociales, sont tellement épris par le changement qu’ils en aient ou non besoin. C’est certainement ce fait qui a, par exemple, poussé Barak Obama, en 2012, à choisir le changement comme devise pour son deuxième combat électoral pour la présidence aux Etats-Unis.

Mauvaises situations

Il est également certain que le changement ne peut qu’être un passage d’une situation considérée comme mauvaise à une situation qu’on suppose meilleure. Cela veut dire qu’opter pour le changement, en tant que devise pour un combat électoral même aux Etats-Unis, c’est reconnaitre que la situation est mauvaise dans ce pays et, par conséquent, car plus fragiles, dans les autres pays occidentaux.

La dégradation de la situation peut être perceptible au niveau de la crise financière et économique et, notamment, à travers les solutions proposées pour sortir de la crise. Ces solutions sont constituées par une myriade de mesures dont, en premier lieu, le soutien -légal ou illégal- apporté aux banques en faillite, l’importance donnée à la sauvegarde des intérêts des multinationales et surtout de celles spécialisées dans les domaines de l’armement, de l’énergie, de l’agro-alimentaire et du tourisme, etc.

Il existe d’autres solutions qu’adoptent les entreprises elles-mêmes et consistent dans la fuite des industries occidentales vers les pays pauvres à la recherche de la  main d’œuvre et des matières premières  moins chères, ce qui entraine l’accroissement de chômage qui est à l’origine de beaucoup de maux sociaux. Tout cela se produit dans les conditions d’une corruption galopante qui prend diverses formes dont le non-paiement de taxes. Ces phénomènes privent les fonds souverains de milliards de dollars et ceux-ci constituent les dettes publiques qui, le plus souvent, dévorent la totalité du produit national brut dans la majorité des pays occidentaux.               

Comment ces pays peuvent-ils ne pas s’effondrer dans des conditions pareilles ? Il y a bien sûr le Fond monétaire international qui leur fournit des prêts très coûtants et conditionnés par l’appauvrissement de leurs peuples via les mesures d’austérité. Ces mesures abattent de plus en plus les pensions des retraités et les fonds destinés à soutenir la santé, l’éducation, le logement et les salaires. Et à tout cela s’ajoute la hausse ininterrompue des prix des produits de première nécessité.

Les rapports qui arrivent de la Grèce, par exemple, parlent de familles de plus en plus nombreuses qui sont dans l’incapacité de trouver plus qu’un modeste repas quotidien.  De plus en plus d’enfants ne peuvent plus rejoindre l’école. Nombreux également sont les citoyens privés de domicile et vivant sur les trottoirs ou sous les ponts. La Grèce n’est pas un pays unique dans son genre : La crise porte candidats à subir un tel sort des pays comme le Portugal, l’Irlande, l’Espagne, et même des pays membres du Groupe des Sept comme l’Italie et la France. Sans oublier que près du cinquième des habitants des Etats-Unis vivent sous le seuil de pauvreté.

Les protestations contre cet état de fait grondent partout et arrivent parfois jusqu’aux affrontements violents avec les forces de l’ordre. L’hypothèse de la révolution devient ainsi très plausible.

Contre-révolution

Mais les forces de la contre-révolution, avec à leur tête le sionisme mondial, sont prêtes pour briser la révolution constructive et faire virer la marche révolutionnaire loin de son véritable chemin en inventant des confrontations dans les pays d’Occident  entre les extrémistes occidentaux et les communautés musulmanes vivant dans ces pays.

Plusieurs observateurs occidentaux affirment que les attentats terroristes perpétrés en Occident et revendiqués par des groupes terroristes  prétendument islamiques sont le fait de services de renseignement occidentaux qui manipulent des organisations secrètes du genre « Gladio » célèbre pendant la guerre froide par ses actions terroristes qu’on imputait aux soviétiques  dans le but de mettre dans l’embarras les partis communistes qui jouissaient à l’époque d’une grande popularité en Europe occidentale .

N’est-il pas naturel après l’acharnement d’intellectuels et de mass médias occidentaux qui, pendant de longues décennies, s’appliquaient à diffuser des publications portant préjudice à l’Islam et ses grands symboles, et après des attentats terroristes comme ceux perpétrés, entre autres,  à Nice ou contre Charlie Hebdo et la revendication de ces attentats par «Daech»… n’est-il pas naturel de voir s’aggraver l’islamophobie et s’accroitre les tensions entre les Musulmans et les citoyens occidentaux ?

Si la situation évoluait jusqu’à ouvrir la porte devant des guerres civiles en Occident, ces guerres et leurs répercussions catastrophiques ne seront-elles pas absurdes par excellence dans la mesure où elles seront, avant toute autre chose, un instrument dans la main des forces du mal, ainsi qu’une alternative néfaste à la révolution constructive qui sert les intérêts des forces du bien et de paix ?

Source : French.alahednews

Comments

//