Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Nucléaire : Lavrov accuse Washington de «provoquer» la Corée du Nord «Une prison géante» : comment les sanctions affectent les citoyens syriens ? Bahreïn: la FIDH demande la libération de son militant Nabeel Rajab L’Iran se prépare à déployer ses navires de guerre dans le golfe du Mexique En vidéo, sayed Nasrallah annonce la fin de l’Etat de «Daech» Des députés tunisiens désavouent la déclaration anti-Hezbollah de la LA Zimbabwe: le nouveau président Mnangagwa succède officiellement à Mugabe Erdogan n’exclut pas des contacts avec Assad Les réseaux sociaux arabes se moquent de MBS, surnommé «l’ours errant» Netanyahou assure une «coopération secrète» entre «Israël» et les pays arabes Allemagne: les sociaux-démocrates prêts à «discuter» pour sortir de la crise Washington va envoyer des F-22 furtifs en Corée du Sud Silence «sans précédent» des chaînes de propagande en ligne de «Daech» «Une célébration du Hezbollah» gagne le concours tchèque de photographie Czech Press Photo L’armée syrienne a repris à «Daech» une nouvelle localité dans la vallée de l’Euphrate Première rencontre interparlementaire Russie-UE depuis 2014 Catalogne: l’indépendance «unilatérale» plus au menu du parti de Puigdemont Le Liban a préservé son taux de croissance positif malgré la situation difficile, dit Salamé Leader Khamenei : la Palestine reste la clé de la défaite des ennemis Discours du 10 novembre 2017 à l’occasion du quarantième de l’imam Hussein et de la Journée du martyr du Hezbollah Même après la défaite de «Daech», les USA ne quitteraient pas la Syrie Les princes saoudiens arrêtés pour corruption seraient torturés La Corée du Nord et Cuba font front commun contre les États-Unis L’Irak lance la dernière offensive dans le désert pour éliminer «Daech» du pays Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Afrique >> Afrique

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

L’Algérie et la Tunisie ont refusé la décision des six monarchies du Conseil de coopération du Golfe (CCG), qui ont déclaré organisation terroriste le Hezbollah.

L'Algérie «refuse de s'exprimer en lieu et place des Libanais dans une affaire qui les concerne» à la suite de la décision du Conseil des ministres arabes de l'Intérieur, s'interdisant «toute interférence» dans ce dossier, a indiqué jeudi 3 mars le porte-parole du ministère des Affaires étrangères (MAE).

Le  porte-parole du MAE, Abdelaziz Benali-Cherif a souligné dans une déclaration, «que le Hezbollah est un mouvement politico-militaire qui fait partie du paysage social et politique du Liban et qui participe aux équilibres fragiles patiemment et laborieusement négociés dans ce pays, notamment en vertu des Accords de Taëf auxquels il a été partie prenante».

«Toute décision concernant ce mouvement doit, donc, émaner des Libanais eux-mêmes. L'Algérie s’interdit toute interférence dans ce dossier et refuse de s’exprimer en lieu et place des Libanais dans une affaire qui les concerne d’une manière exclusive», a-t-il affirmé.

Considérer le Hezbollah comme une organisation terroriste ne reflète pas la position de la Tunisie

De son côté, le ministre des Affaires étrangères tunisien, Khemaïes Jhinaoui, a affirmé jeudi, que le fait de considérer le Hezbollah comme étant une organisation terroriste ne reflète pas la position de la Tunisie.

Lors de son intervention sur la chaîne de télévision El Hiwar Ettounsi, Jhinaoui a fait savoir qu'une telle position doit être prise par le président de la République en coordination avec le chef du Gouvernement, précisant qu'une fois la position de la Tunisie envers une organisation étrangère a été prise, elle devra être publiée par le ministère des Affaires étrangères.

Par ailleurs, le ministre des Affaires étrangères a précisé que le Hezbollah n'a pas été considéré comme étant une véritable organisation terroriste, estimant que la question a tout simplement été amplifiée. Il a indiqué la Tunisie n'est pas en conflit avec le secrétaire général du Hezbollah, sayed Hassan Nasrallah, et que les relations avec le Liban et l'Iran sont excellentes.

La décision de CCG a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes ayant affiché leur soutien au Hezbollah. Des jeunes activistes de la gauche tunisienne se sont spontanément rendus, mecredi soir, à l’Avenue Habib Bourguiba à Tunis, et brandi les drapeaux de la Palestine et du Hezbollah, pour exprimer leur soutien à la résistance libanaise.

Des personnalités du paysage politique, associatif ou intellectuel se sont également élevées contre cette annonce.

La magistrate et ancienne candidate à l’élection présidentielle, Kalthoum Kennou a appelé les partis politiques, organisations de la société civile et citoyens à manifester afin d’exprimer le refus d’une telle décision.

L’intellectuelle et universitaire Olfa Youssef a pour sa part déclaré : «Si le Hezbollah est terroriste, alors je porterais l’étendard du terrorisme avec  fierté ! ».

Le principal syndicat tunisien (UGTT), membre du quartette lauréat du prix Nobel de la paix en 2015, a dénoncé la décision des monarchies du Golfe. L'UGTT, Nobel de la paix au titre du dialogue national ayant permis en 2013 de sauver la transition démocratique dans le pays, a affirmé jeudi que cette décision a été prise dans le cadre d'une offensive dirigée par des forces étrangères et régionales pour diviser la nation arabe et détruire ses forces au profit des forces (...) sionistes et rétrogrades.

Source : agences et rédaction
 

 

 

04-03-2016 | 09:50
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut