noscript

Please Wait...

Beyrouth2021

«Dabek» et «Ilham», les armes médiatiques de «Daech» et d’«al-Qaïda»

«Dabek» et «Ilham», les armes médiatiques de «Daech» et d’«al-Qaïda»
folder_openRapports access_time depuis 6 années
starAJOUTER AUX FAVORIS

Depuis quelques mois, les sites électroniques créés par les groupes terroristes semblent se multiplier. Ces sites contiennent d'abondants matériels extrémistes, sous l'effigie des leaders des groupes terroristes, dans une tentative de promouvoir la pensée fondamentaliste, parmi les jeunes de plusieurs communautés musulmanes, arabes ou occidentales. Ces groupes se servent de ces plateformes pour diffuser des vidéos et autres matériels, s'employant à donner un aspect attrayant audit «jihad armé».

Dernièrement, le soi-disant «Etat Islamique» (EI ou Daech) a créé un quotidien électronique, premier en son genre, en langue arabe et anglaise. Le site est nommé «Dabek». La version imprimée de ce journal fut distribuée dans les régions syriennes contrôlées par «Daech». Ce dernier a évité de publier les images des décapitations et du sang. L'article principal a porté le titre «retour du Califat». Pour sa part, l'organisation Al-Qaïda a créé un nouveau site, intitulé «Inspire» (Ilham en arabe).

De retour au site «Dabek», il convient de noter que ce nom revient à un village situé près de la ville d'Alep, dans le nord de la Syrie, et près de la frontière turque. On pourrait croire que «Daech» a choisi cette désignation en allusion à la bataille historique de Marj Dabek. Cette dernière est une bataille qui s'est déroulée entre l'Etat Ottoman, dirigé alors par le Sultan Selim I et l'Etat Mamelouk, commandé par le sultan Kanso El-Ghouri en 1516. Au terme de cette bataille, Selim I a pris le contrôle du Levant, ce qui constituait la moitié de la terre occupée par les Mamelouks. Ce fut donc le premier revers essuyé par cet Etat. Le sultan Ottoman a poursuivi plus tard son avancée vers le Caire et réussit à l'arracher aux Mamelouks. De ce fait, les Ottomans ont éliminé l'Etat Mamelouks au Levant et en Egypte. Cette dernière devint un gouvernorat ottoman.

«Dabek» et «Ilham», les armes médiatiques de «Daech» et d’«al-Qaïda»
                                       «Dabek», le quotidien électronique de «Daech»    

Dans une tentative de sonder les véritables objectifs des groupes takfiris, derrière la création des sites électroniques, notamment en langues étrangères, Alahednews a interviewé l'expert en matière de groupes fondamentalistes, Oussama Manasfi. M. Manasfi a expliqué que le magazine Ilham, publié par la branche d'Al-Qaïda au Yémen en 2010, était un nouveau genre de médium «jihadiste», dans la mesure où il était en langue anglaise et adressé à l'opinion publique occidentale, notamment américaine. «Ce magazine fut dirigé par le religieux yéménite Anwar Awlaki et le journaliste d'origine pakistanaise, Samir Khan. Cette publication est différente de ses précédentes, rédigées en langue arabe. En effet, son fondateur, Anwar Awlaki, né aux Etats-Unis en 1971 et puis rentré pour une certaine période à son pays, avant de poursuivre ses études dans les universités américaines, où il a obtenu plusieurs diplômes : génie civile, gestion pédagogique et un doctorat dans le développement des ressources humaines. Cet homme jouissait donc d'une large culture et maitrisait parfaitement l'anglais. Il était en relation étroite avec deux des auteurs des attaques du 11 septembre 2001, Nawwaf El-Hazemi et Khaled el-Mehdar. On rapporte aussi que cet homme était proche de l'officier psychiatre au sein de l'armée américaine, Nidal Hassan, d'origine palestinienne, et qui avait tué treize de ses collègues dans la base militaire Fort Hood en 2009. On ajoute qu'il était en relation avec le nigérien, Omar Farouk Abdel Motaleb, qui a tenté de faire sauter un avion américain en 2009.

Et M. Manasfi de poursuivre que Awlaki avait fui les Etats-Unis en 2007 pour devenir plus tard une figure éminente de la branche d'Al-Qaïda au Yémen. Le magazine «Ilham» a reflété sa personnalité, ses caractéristiques et ses compétences en matière de communication.
Lorsqu'Awlaki fut tué avec Samir Khan en 2011 dans un raid américain au Yémen, la publication du magazine fut suspendue. Mais la branche d'Al-Qaïda dans ce pays l'a relancée l'année dernière.

Concernant la teneur de ce magazine, l'expert interviewé par Alahednews précise qu'elle illustrait la nature de l'action d'Al-Qaïda et son conflit avec les Etats-Unis. Son objectif était de solliciter l'adhésion des musulmans résidants aux Etats-Unis.

Quant au magazine «Dabek», publié par «Daech», il diffère dans sa teneur et ses objectifs. Si le premier orientait les musulmans occidentaux vers le terrorisme, le second fonde sa propagande sur des textes religieux, citant le prophète Mohammad et selon lesquels une bataille éclatera dans Dabek, près d'Alep entre les «Romains» (Chrétiens) et les musulmans, au terme de laquelle les musulmans sortiront victorieux, envahiront Constantinople et réciteront la prière en compagnie du prophète Issa, fils de Marie...

En effet, l'idéologie religieuse de «Daech» prétend l'application des «hadiths de la fin du Temps». Ils se considèrent comme la communauté victorieuse, dont l'action est un prélude à l'apparition du christ à Damas pour combattre l'Antéchrist.

Sur ce, on peut comprendre la nature du magazine «Dabek» et sa teneur d'après son nom. Une nature similaire à celle de l'organisation, qui prétend établir le «Califat» en Irak et au Levant. Ainsi, les articles et informations publiées dans «Dabek», visent à inciter les musulmans occidentaux à rejoindre le Califat et combattre sous sa bannière.

Donc, la différence est claire entre les deux publications «Ilham et Dabek». La première incite ses lecteurs à perpétrer des opérations terroristes dans les pays occidentaux, alors que la deuxième promeut les concepts idéologiques dans l'occident afin d'encourager les musulmans occidentaux à émigrer vers les zones contrôlées par «Daech».

En réponse à une question concernant les raisons de l'évocation de la cause palestinienne dans un récent tirage d'Ilham, l'expert en matière des organisations terroristes explique que l'organisation a choisi le thème de la cause palestinienne dans sa dernière publication non par pur hasard. «Rappelons que la Palestine a été évoquée dans les discours des leaders historiques d'Al-Qaïda, qui exploitent le symbolisme de cette cause pour attitrer les partisans et justifier leurs actes, dont notamment les attentats du 11 septembre aux Etats-Unis».

 «Dabek» et «Ilham», les armes médiatiques de «Daech» et d’«al-Qaïda»
                                  "Inspire", le site électronique d'al-Qaïda

Mais est-ce que les méthodes de ces organisations, ont réussi à séduire le public par les publications et via les medias sociaux ? Et quels sont les facteurs d'attraction adoptés par ces groupes pour influencer le public ?

M. Manasfi estime qu'Al-Qaïda et ses homologues ont réussi à mobiliser des partisans par les publications destinées à cette fin. «Mais ces organisations ont aussi excellé dans le recours aux médias sociaux. D'ailleurs, c'est ce que confirment les rapports des services de renseignements occidentaux, qui organisent sans cesse des conférences entre les experts afin de lutter contre l'action d'Al-Qaïda et de Daech sur les réseaux sociaux».

Selon lui, les organisations extrémistes exploitent le discours religieux d'une part et se fondent sur les crises qui secouent les entités dans le monde islamique, afin de provoquer les jeunes à rejoindre les rangs des groupes «jihadistes». «Ces organisations recourent dans ce contexte aux meilleures techniques de la haute technologie dans leur propagande, surtout qu'ils regroupent des experts en matière de graphique, des maquettistes et des rédacteurs. Ils accordent au bras médiatique de l'organisation une importance encore plus grande que celle accordé au travail sur le front».

En réponse à une question relative à la différence entre la nature des textes publiés dans les deux magazines, Ilham et Dabek, M. Manasfi l'explique par la différence entre la nature des deux organisations, Al-Qaïda et Daech et entre les priorités politiques et militaires de l'une ou de l'autre. «Al-Qaïda est une organisation militaire, dont l'action prioritaire consiste à attaquer les Etats-Unis. Alors que Daech est une organisation dogmatique, qui prétend fonder le Califat. Bref, Al-Qaïda mène un conflit militaire par excellence, alors que le conflit de la deuxième avec ses ennemis revêt une dimension dogmatique».

Et M. Manasfi de conclure que les deux magazines précités sont publiés en langue anglaise et s'adressent aux jeunes, mais non nécessairement aux occidentaux. Ils s'adressent aussi aux populations islamiques mais avec une langue universelle. Alors que dans le monde arabe, les deux organisations animent plusieurs sites en langue arabe, dirigés vers les jeunes arabes pour les endoctriner.

Source : French.alahednews

 

 

Comments

//