noscript

Please Wait...

Sayed Nasrallah: «Les brigades Abdallah Azzam, commandées par l’Arabie , derrière l’attaque contre l’ambassade iranienne

Sayed Nasrallah: «Les brigades Abdallah Azzam, commandées par l’Arabie , derrière l’attaque contre l’ambassade iranienne
folder_openRésumés des discours access_time depuis 5 années
starAJOUTER AUX FAVORIS

L'équipe du site

Le secrétaire général du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah a accordé ce mardi soir une interview télévision sur OTV, qui a été retransmise sur plusieurs chaines libanaises. Plusieurs dossiers sur la scène locale et régionale ont été évoqués au cours de cet entretien de plus de deux heures. Voici les principales idées évoquées dans cette interview, animée par le journaliste de renommé Jean Aziz: 


1- Commençons par le développement majeur survenu dernièrement sur la scène régionale

Certes, cet accord est provisoire et a des effets considérables. Sachez avant tout que les peuples de la région sont les premiers gagnants de cet accord parce que plusieurs parties cherchaient à provoquer une guerre dans la région et cette guerre sera catastrophique pour ces peuples. Je ne dis pas que cet accord ait éliminé toutes les chances d'une guerre mais au moins il a reporté cette guerre. De plus, cet accord permet aux pays de communiquer et de tenter de trouver des ententes pacifiques.
L'un des résultats de cet accord est la consécration d'un monde multipolaire. On ne peut plus parler d'un monde monopolisé par les Etats-Unis. C'est ainsi que les peuples du tiers-monde peuvent trouver des solutions pacifiques aux problèmes dont ils souffrent.

 

Sayed Nasrallah: «Les brigades Abdallah Azzam, commandées par l’Arabie , derrière l’attaque contre l’ambassade iranienne

 

2- Qu'est-ce qui a poussé les Etats-Unis à conclure un accord pareil?

Des changements majeurs et très importants sont survenus sur la scène internationale au sujet de la politique américaine. Depuis l'an 2000, les Etats-Unis ont commencé à chercher des solutions aux problèmes dans la région surtout après l'échec de leurs projets: le Grand Moyen-Orient, leurs défaites en Irak et en Afghanistan. Ils ont échoué de faire fléchir l'Iran et son peuple. Ils n'ont pas changé la donne en Syrie. L'administration d'Obama a ainsi promis de sortir du cercle de la guerre. Les capacités militaires et les potentiels économiques et financiers américains ont considérablement diminué, alors que les sanctions contre l'Iran n'ont pas affaibli la République Islamique. Ce n'est pas la première fois que l'Iran suspende son enrichissement d'uranium. Revoyez la déclaration de John Kerry après l'accord nucléaire. Il disait clairement que son pays voulait régler les problèmes avec l'Iran.

3- Qui cherchaient à profiter de l'accord pour mettre à table les autres questions en litige?

Les Américains souhaitaient trouver des accords sur plusieurs autres dossiers que le nucléaire iranien. L'intérêt des Iraniens est de discuter seulement du dossier nucléaire, surtout que les Iraniens réclamaient leur droit légitime. 

4- Est-ce que l'Iran peut normaliser les liens avec l'Occident?

Pour l'Iran, la position envers les Etats-Unis diffère de la position israélienne, parce qu'«Israël» est une entité usurpatrice. Mais les Iraniens disaient depuis toujours qu'une fois les Américains reconnaissent les droits des peuples de la région et renoncent à leur hégémonie, la République Islamique sera prête à traiter avec Washington. A mon avis, c'est l'orientation des Américains qui a changé et non pas iranienne.
Il est très tôt de parler d'une normalisation avec les pays occidentaux et les pays du Golfe. Il existe de nombreux dossiers en litige. 

5- Et la tournée du ministre iranien des Affaires étrangères dans les pays du Golfe?

Sachez que l'Iran était toujours soucieux de relations de bon voisinage avec les pays du Golfe. Le problème c'est que ces pays affichaient leur animosité envers la République Islamique, eux qui étaient alliés avec le régime déchu du Chah. 

6- Attendez-vous à une nouvelle position de l'Arabie Saoudite? Pourra-t-elle être rassurée?

L'Iran tentait depuis plusieurs années de trouver des canaux de communication avec Riyad, mais l'Arabie rejetait toutes les médiations pour établir des liens sains avec l'Iran. Les Saoudiens ne sont pas prêts à discuter avec les Iraniens. Le problème de l'Arabie Saoudite est qu'elle considérait la République Islamique comme un ennemi. C'est elle qui a soutenu Saddam Hussein pour mener une guerre de 8 ans contre l'Iran. Bien qu'elle ait échoué, Riyad a poursuivi sa guerre. Depuis 1979, la guerre saoudienne ne s'est jamais calmée contre l'Iran. Aujourd'hui, les campagnes médiatiques saoudiennes ne cessent pas et les guerres par procuration se poursuivent au Liban, au Pakistan et dans d'autres pays. Les Saoudiens paient de l'argent mais ne vont jamais dans des guerres directes contre les pays adversaires. 

7- Que dites-vous des propos de Walid ben Talal qui a dit que les sunnites de la région soutiennent une guerre israélienne contre l'Iran?

Walid ben Talal n'a pas le droit de parler au nom des sunnites pour faire de déclaration pareille. Le problème de l'Arabie Saoudite avec l'Iran n'est pas confessionnel. Riyad avait des problèmes avec Jamal Abdel Nasser en Egypte, avec le Yémen, les Frères musulmans, la Syrie, et ils sont tous sunnites. L'Arabie veut que tous les pays dans la région soient sous son ombrelle.

 

Sayed Nasrallah: «Les brigades Abdallah Azzam, commandées par l’Arabie , derrière l’attaque contre l’ambassade iranienne

 

8- Est-il vrai qu'une délégation qatarie est venue s'entretenir avec le Hezbollah?

La nouvelle administration au Qatar adopte une nouvelle orientation envers nous. Elle a fait un geste positif en contribuant à la libération des détenus à Azaz. Depuis le début de la crise, nous réclamions une solution politique en Syrie. Nous étions toujours ouverts aux pays du Golfe. Nous ne sommes pas avec la rupture de relations avec ces pays. Oui, le Qatar a envoyé une délégation pour nous rencontrer mais en politique nous sommes complètement en désaccord. 

9- Y a-t-il une tentative pareille avec les Turcs?

Malgré les divergences politiques avec la Turquie, jamais les relations n'ont été rompues. Les visites entre les responsables des relations étrangères du Hezbollah et l'ambassadeur turc étaient multiples. La nouveauté réside dans les relations irano-turques. Sachez que l'image de la Turquie s'est beaucoup détériorée après le début de la crise syrienne. La Turquie a perdu tous ses intérêts dans la région et maintenant elle tente de récupérer ce qu'elle a perdu.

10- Quel est l'effet de l'accord iranien avec les Occidentaux sur la cause palestinienne?

La position de l'Iran envers la cause palestinienne est idéologique. Au moment même de la rencontre entre l'Iran et les pays 5+1, Sayed Ali Khamenei réaffirmait que l'entité sioniste est vouée à la disparition et que la cause palestinienne demeure primordiale.

 

Sayed Nasrallah: «Les brigades Abdallah Azzam, commandées par l’Arabie , derrière l’attaque contre l’ambassade iranienne

 

11- Qui des factions palestiniennes sont plus proches de vous?

La position des factions palestiniennes sur la crise syrienne a brouillé les cartes, mais on ne peut pas parler de partie proche ou partie éloignée de nous. Actuellement on reparle du «processus de négociation de paix», mais ce processus n'a pas de chance de réussir. Les Américains certes veulent préserver les intérêts d'«Israël», mais dans plusieurs dossiers l'intérêt des Américains est prioritaire. Quand nous traitons nos tensions, la position arabe devient plus forte. 

12- D'aucuns parlent de tutelle iranienne sur vous, Est-ce vrai?

L'Iran est un pays régional voire le premier pays qui influence les événements dans la région. L'Iran discute avec nous, cherche à connaitre notre avis sur plusieurs questions et des fois elle adopte à 100% notre point de vue. Sachez que nous nous comportons en toute indépendance sur les dossiers libanais et l'Iran soutient toute entente et tout rapprochement entre les Libanais.

13- Etes-vous d'accord avec ceux qui disent que l'accord irano-occidental est un prélude au démantèlement des armes de la résistance?

Alors qu'une certaine partie considère que l'Iran a perdu dans cet accord, la réalité c'est que l'Iran a préservé tous ses droits à l'enrichissement nucléaire. Ni le Hezbollah ni la Syrie seront sommés à faire de quelconque concession suite à cet accord. Au contraire, l'Iran et ses alliés sont les gagnants. 


Deuxième volet:

14- Quand est-ce que êtes-vous intervenus militairement en Syrie?

Notre première position sur la Syrie est apparue trois semaines après l'éclatement de la crise dans ce pays. Nous avons attendu pour comprendre ce qui se passe sur le terrain. Nous avons essayé de communiquer avec les parties du conflit en exploitant nos relations afin d'épargner la Syrie d'une guerre. Nous sommes entrés en contact avec plusieurs parties, mais malheureusement les Frères musulmans en Syrie, les parties extrémistes, et certains partis laïcs nous ont menacés de riposter contre nous si nous poursuivons notre médiation.
Ils ont rejeté le dialogue et étaient sûrs de l'option militaire. Même les médiations de l'Iran ont été vaines. L'Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie n'étaient point prêts au dialogue politique. C'est aujourd'hui seulement que des forces de l'opposition se disent prêtes au dialogue.
Nous sommes entrés en Syrie dans les villages habités par des chiites à la frontière. L'armée syrienne ne pouvait plus assurer la sécurité de 30000 habitants qui se sont vus devant deux options: soit quitter leurs terres, soit porter les armes.
Malheureusement, l'Etat libanais n'a rien fait pour assurer leur protection. Au contraire, il a laissé les frontières ouvertes. C'est ainsi que les gens ont pris la décision de se défendre. Les fils de ces régions ont pris à leur charge de défendre leurs familles et leurs propriétés. Mais les familles résidant dans ces villages frontaliers ont perdu la capacité de se protéger au moment où des combattants des quatre coins du monde sont venus pour envahir ces villages. Je suis sûr de ce que je dis. C'est ainsi que nous sommes intervenus pour trancher cette bataille.
Ensuite, nous étions obligés d'intervenir dans la région de Sayeda Zeinab lorsque les villes de la Ghouta sont tombées dans les mains des extrémistes. Sachez que la destruction du mausolée de Sayeda Zeinab aurait provoqué une guerre sectaire dans toute la région. Nous avons envoyé 40 combattants seulement pour protéger ce lieu-saint.
A Qousseir, nous sommes intervenus pour repousser l'offensive des assaillants. Nous avons annoncé au grand jour le nombre et l'identité de nos combattants parce que nous sommes convaincus de ce choix.
Nous ne sommes pas entrés en Syrie suite à une décision iranienne. Tout ce qui a été dit sur des ordres iraniens donnés au Hezbollah pour entrer en Syrie n'est pas vrai.

15- Qu'en est-il des propos qui disent que l'armée syrienne a évacué Qousseir volontairement pour vous pousser à intervenir?

Ces propos ne sont pas vrais. L'armée syrienne a été placée devant une guerre à tous les fronts et poussée à lutter contre des centaines de milliers d'hommes armés venus de tout le monde. Donc, des centaines de soldats déployés par exemple à Maaloula ne sont pas capables de repousser les attaques de milliers d'hommes armés bien équipés.
Passons au Liban, si Qousseir, Qalamoun, les frontières avec le Liban tombent dans les mains des groupes armés, soyez surs que des centaines de voitures piégées seront envoyées contre toutes les régions libanaises et pas seulement contre la banlieue Sud. Ce que nous faisons en Syrie est une action préventive pour protéger le Liban des agissements de ces groupes armés.
Nous sommes intervenus avant 2013 en Syrie lorsque la révolution a été ravie. Au camp du 14 mars je dis: Quelles sont les garanties que vous présentez aux Libanais si la Syrie tombe dans les mains d'al-Qaida? Dans les mains de ceux qui décapitent les gens et qui massacrent la population?
Certains groupes armés agissant en Syrie ne sont plus soumis aux pays qui les financent.
On exagère beaucoup au Liban au sujet de notre présence en Syrie. L'armée syrienne et les comités populaires dans les régions défendent leurs villes. A Deraa par exemple, aucun combattant du Hezbollah ne s'y trouve tout comme à Raqqa, Hassaké, Deir el-Zour, Tartous, le nord d'Idelb. Nous sommes surtout présents à Homs, Qousseir et Damas. Les Iraniens sont par dizaines en Syrie et ils y habitent depuis des décennies. L'objectif de publier des informations sur une grande présence du Hezbollah en Syrie est de montrer que l'armée syrienne est faible. C'est l'armée qui combat à Qalamoune alors que notre intervention est faible.
Actuellement, le peuple syrien souffre des groupes takfiris. 

16- Depuis le début de la crise syrienne, combien de combattants avez-vous perdu?

Certains médias libanais avancent des chiffres irréalistes sur le nombre de martyrs et des détenus du Hezbollah. Quand nous choisissons de combattre en Syrie, nous savons à l'avance le prix à payer. Pour le moment, aucun combattant du Hezbollah n'est détenu en Syrie et sachez que le fait de parler de 200 martyrs n'est pas correct.

 

Sayed Nasrallah: «Les brigades Abdallah Azzam, commandées par l’Arabie , derrière l’attaque contre l’ambassade iranienne

 

17- Qu'en est-il de la Syrie après l'accord sur les armes chimiques?

Les circonstances sur la scène internationale ont changé. L'opinion publique américaine et arabe a changé tout comme les conditions économiques et politiques. Ce qu'ont fait les groupes extrémistes en Syrie nous a rendu un grand service. Les grandes puissances ont un problème de poursuivre leur soutien à ces groupes. De même la Turquie qui cherchait à s'ouvrir au monde arabe s'est vue obliger de construire un mur de centaines de km à sa frontière. On en parle plus du renversement du régime en Syrie par la force. Aujourd'hui, tout le monde ressent le danger de ces groupes et a décidé d'opter pour une solution politique. La plupart des pays européens revoient leurs calculs diplomatiques et sécuritaires, sauf l'Arabie Saoudite n'admet pas pour l'instant une entente politique. Je prévois des combats acharnés d'ici la tenue de Genève-2. Les pertes dans leurs rangs sont très grandes dans la Ghouta. La décision saoudienne est de tout faire pour changer la donne en Syrie, soit affaiblir le régime, soit provoquer l'annulation de Genève-2. Mais ces tentatives sont vouées à l'échec.
Nous souhaitons que le reste des pays mettent leurs rancunes de côté et cherchent à stopper l'effusion du sang dans ce pays.
La solution politique doit être élaborée par les Syriens eux-mêmes et si les pays extérieurs veulent contribuer à régler la crise, ils n'ont qu'à aider les Syriens à trouver un accord au lieu d'imposer une solution.
Nous n'avons pas rompu nos relations avec certaines parties de l'opposition syrienne. Les pertes du régime syrien sont plus importantes que celles de l'autre partie. Si les autorités syriennes se basent seulement sur la force militaire, elles n'auraient pas survécu pendant trois ans. Le régime jouit d'une large base populaire et donc, une solution politique est inévitable. 

18- Certaines forces politiques vous accusent d'avoir entrainé les groupes armés sur la scène libanaise et que les voitures piégées ont atteint l'ambassade iranienne. Qu'en dites-vous?

Dans tous les dossiers sécuritaires et politiques, ces parties accusent le Hezbollah et ses armes d'être derrière le sabotage de la formation du gouvernement et des projets de développement. C'est tout un projet régional préparé contre nous et ceci n'a rien à voir avec notre action en Syrie. Sachez que si le Hezbollah n'était pas présent en Syrie, nous aurions fait face à 30 voitures au lieu de trois. L'attentat contre l'ambassade est lié à l'attaque contre l'Iran et non pas à l'implication du Hezbollah en Syrie.
Nous croyons au communiqué des brigades d'Abdallah Azzam qui ont revendiqué l'attentat contre l'ambassade iranienne. Je suis convaincu que les renseignements saoudiens dirigent et commandent ces groupes et qu'ils sont derrière ce genre d'attaques. La plupart de ces groupes d'al-Qaida sont subordonnés aux renseignements saoudiens.
Quant aux attentats contre Tripoli, nous sommes les premiers à avoir condamné les attaques contre les mosquées. Et ceux qui accusent le Hezbollah d'implication, qu'ils fournissent leurs preuves. Toute explosion contre les civils est condamnable.
Passons au Jabal Mohsen: On a accusé Ali Eid d'être derrière les attentats contre les mosquées. Si on soupçonne le chauffeur d'Eid d'avoir transporté une personne en Syrie, ceci ne signifie pas qu'Eid en est au courant.
Les attentats de Tripoli étaient exploités dans la politique. Lorsque les attentats dans la banlieue ont eu lieu, nous n'avons accusé personne. Les services de sécurité savent ceux qui sont impliqués dans les attentats de Bir el-Abed et où la voiture a été piégée, mais dans le cas des attaques contre Tripoli, ils sont allés à la fin dans leur accusation.
Si chacun de nous cherchent à venger le sang des victimes des attentats, le pays sera détruit. Ceux qui ont prétendu vouloir venger les victimes de Tripoli ont commencé à tirer sur les travailleurs alaouites passant par Tripoli. Ce qui est le plus important dans l'affaire de Tripoli est d'aller vers une solution politique. Ceci a commencé maintenant. L'Etat doit assumer ses responsabilités pour trouver une solution. Lorsque Mikati a appelé à décréter Tripoli zone militaire, il a été accusé de traitrise.
Les propos rapportés du mufti du Nord sur le lien entre les groupes armés et les services de sécurité sont corrects. Nous savons que depuis des années les services de sécurité intérieure paient des fonds aux groupes armés, et acheminent des munitions dans leurs voitures, notamment dans les dernières années.
La solution réside dans la prise par l'Etat du contrôle de la situation sécuritaire à Tripoli et dans la formation d'une cellule de crise. Tripoli et le Nord ont besoin d'un dialogue et toutes les parties de l'affaire doivent se réunir. 

19- La formation du gouvernement est-elle toujours possible?

La formule gouvernementale 6-6-9 qui a été proposée dernièrement est logique et garantit les droits de tous. Je n'ai pas haussé le ton à ce sujet. Mais même si je l'ai fait, est-ce que ceci leur permet de bloquer les affaires du pays?
L'autre camp accepte en grande majorité la formule 6-6-9, mais l'Arabie Saoudite leur a ordonné de patienter et de ne pas former un gouvernement. Riyad n'est point empressé dans le dossier libanais. En effet, ladite formule octroie 9 ministères à l'autre camp et leur permet d'accéder au pouvoir.
C'est ce camp qui a provoqué le vide dans le pays. Des pressions ont été exercées sur Mikati pour qu'il démissionne ou pour qu'il réalise les demandes de ce camp. Personne n'a demandé notre avis sur la nomination de Tammam Salam. Ils l'ont nommé et sont ensuite venus pour nous en informer. Nous avons accepté sur la base de formation d'un gouvernement d'union nationale. N'oublions pas que Tammam Salam fait partie du camp du 14 mars..
Nous sommes avec la tenue des élections présidentielles dans leur délai. Où est le problème? Que le Parlement se réunisse et élise un président. Je suis pour la désignation par notre camp d'un président déterminé et que notre camp œuvre pour son élection en tant que chef d'Etat.
Au sujet de l'incident à l'université de Saint-Joseph: Nous ne payons aucun sou pour les étudiants du Hezbollah dans cette université. Je n'accepte aucune atteinte à un quelconque symbole politique libanais. La réaction de l'autre camp nous laisse penser à des tentatives de déclencher une guerre civile dans le pays. Toutefois, je sens que la partie attaquée est le général Michel Aoun et non pas nous. Je vous assure que je suis prêt à remettre aux autorités officielles le responsable des slogans inscrits sur les murs de l'université s'il est du Hezbollah. Par contre, si le responsable ne fait pas partie du Hezbollah, il devra être aussi remis à la justice. Nous ne cherchons pas à mettre la main sur l'université Saint-Joseph, ni à l'islamiser. Il est dans l'intérêt de tout le monde de ne pas provoquer des divisions confessionnelles dans les universités.
Nos choix politiques gagnent alors que ceux du 14 mars tombent. Nous n'avons pas de projet plus grand que le Liban. Nous sommes avec un partenariat réel au Liban. 

Source : French.alahednews

 

Comments

//