noscript

Please Wait...

Sayed Nasrallah: L’ennemi israélien connaitra une riposte de la même ampleur que l’explosion du port, s’il s’en avère responsable

Sayed Nasrallah: L’ennemi israélien connaitra une riposte de la même ampleur que l’explosion du port, s’il s’en avère responsable
folder_openRésumés des discours access_timedepuis un mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed

A l’occasion de la célébration de la victoire de juillet 2006, le secrétaire général du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah a tenu un discours télévisé. Voici les idées principales de son discours :

«Que la paix de Dieu soit sur vous. D’habitude, en commémorant la victoire divine de 2006, nous organisons des rassemblements massifs, mais en raison de la situation sanitaire, nous nous sommes contentés de prononcer un discours.

Je voudrais commencer par une introduction qui a une portée morale. Je félicite les peuples islamiques et arabes ainsi que tous les libres du monde pour cette victoire. Cette dernière a rempli nos cœurs de tranquillité et de quiétude, et les cœurs de nos ennemis de peur et de crainte. Grand merci à tous les combattants et les martyrs qui ont assuré et réalisé cette épopée. Et là je parle de tous les martyrs : ceux du Hezbollah, de l’armée, du peuple, des factions de la résistance et autres. Je cite surtout les dirigeants martyrs hajj Imad Moughniyeh et Mostapha Badredine, tout comme hajj Qassem Souleimani qui ont dirigé et commandé la guerre. Grand merci aux familles de martyrs qui ont perdu les leurs et qui ont toujours affiché la patience et la satisfaction. Grand merci aux familles des combattants et des martyrs du Hezbollah, du mouvement Amal, et des autres mouvements de résistance. Grand merci au peuple de la résistance, aux déplacés, aux familles qui ont accueilli et hébergé ces déplacés, grand merci aux Syriens qui ont ouvert leurs portes aux Libanais déplacés.

Grand merci à ceux qui ont affiché tout le soutien politique à la résistance, à leur tête le président à l’époque Emile Lahoud, le président Nabih Berri qui a dirigé toutes les négociations politiques difficiles et compliquées avec les délégations étrangères et des parties internes. Grand merci aux parties libanaises qui ont soutenu la résistance. Grand merci aux pays peu nombreux et aux libres du monde qui ont soutenu la résistance.

Chers frères, la guerre de juillet a commencé par une opération militaire et est devenue une véritable guerre. Les Israéliens l’ont baptisée la deuxième guerre du Liban. Cette guerre a été menée par les Israéliens et leur soutien américain. Sur le plan militaire, le Liban était seul à combattre et tenir bon face à l’ennemi pendant 33 jours. Suite aux exploits de la résistance, les Israéliens ont dû arrêter la guerre et capituler. Ils n’ont réussi à réaliser aucun de leurs objectifs.

Les résultats de cette guerre étaient majeurs sur le plan politique, militaire, stratégique et culturel.

Je voudrais insister sur trois résultats : le premier résultat était l’avortement du projet du grand Moyen Orient, comme le voulait Condolezza Rice. Tous les documents démontrent que l’objectif était d’imposer des conditions humiliantes sur le Liban, faire plier la Syrie puis l’Iran, pour enfin imposer les conditions sionistes sur le peuple palestinien et permettre à Israël de dominer la région politiquement, économiquement et culturellement.

Tous les efforts US depuis l’Afghanistan et l’Irak et ailleurs ont été vaincus au Liban. Certes, les USA changent de plan après chaque échec. Mais aujourd’hui, les Israéliens vivent une crise existentielle. Ils ont peur pour leur avenir.

2- la guerre de juillet a révélé l’ampleur de l’échec et de la faiblesse de la direction politique sioniste. L’impact de cette guerre sur l’Entité sioniste se fait voir à ce jour, sur les plans politique, social, et psychologique. Alors que nous sommes devenus plus rassurés, et plus tranquilles.

3- la résistance et le Liban ont pu fixer des règles d’engagement qui défendent et protègent les droits du pays. En 2000, le grand exploit fut la libération des terres, en 2006, le grand exploit est la protection du Liban. Malgré les violations quotidiennes sionistes, les agressions militaires, qu’elles soient minimes ou d’ampleur, ont disparu. Une équation de force qui protège le Liban a été imposée. Cette équation en or armée-peuple-résistance est la seule qui assure la protection du Liban. Ni l’Onu, ni la Ligue arabe, ni l’OCI n’ont assuré la protection du Liban.

Aujourd’hui, notre problème avec les USA et les Israéliens est la force de la résistance. Leur problème est que nous entravons la réalisation des intérêts d’«Israël» dans la région. Tous les jours, on nous propose de renoncer et de déposer les armes en échange d’une reconnaissance internationale et d’une participation active à l’Etat. Donc, tel est le véritable problème.

Il y a une semaine, le délégué émirati à l’ONU déclare avoir combattu le Hezbollah et le Hamas en faveur d’Israël. Si je dis aux USA : nous n’allons plus combattre Israël, ils nous enlèvent de la liste du terrorisme. Après l’échec de la guerre de juillet qui visait à écraser le Hezbollah, ils procèdent à toute forme de pression politique et économique, comme c’est le cas actuellement au Liban.

Pour nous, la résistance est une question existentielle. C’est notre air et notre eau qui nous permettent de survivre. Ce sont des conditions nécessaires à notre existence. Tant qu’il n’existe pas d’alternative réelle à la majorité du peuple libanais, la résistance est la solution.

J’aborde maintenant trois points actuels :

1- Depuis deux ou trois semaines, une agression sioniste contre l’aéroport de Damas a fait un martyr du Hezbollah. Nous avons dit que le Hezbollah n’allait pas nous taire et que nous allons riposter. L’ennemi a décrété l’état d’alerte sur toute la frontière pour protéger ses soldats. Dès le premier jour, nous avons décidés de riposter pour raffermir l’équation des règles d’engagement. C’est l’action sérieuse et bien calculée qui nous aide à consolider cette équation.  Cet état d’alerte sioniste a bloqué toutes les manœuvres de l’ennemi, en attendant la riposte. Notre décision demeure la même, et ils doivent s’attendre à une riposte de notre part.

2-  Le président US a annoncé hier la conclusion d’un accord de normalisation entre les Emirats Arabes Unis et Israël. Je ne vais pas analyser les dessous de cette décision. En effet, nous n’avons pas été surpris, c’est le chemin emprunté par les EAU depuis bien longtemps. Toute sorte de collaboration existe entre les deux parties. Mais il semble que Trump ait besoin d’une telle annonce pour des fins électorales. Ceci confirme que certains pays arabes sont des vassaux chez les USA. Le mandat de Trump est à ses fins, il n’a réalisé aucun exploit ni sur le plan interne ni externe. Ce qu’a fait ce pays arabe est un service personnel gratuit présenté à Trump et à Netanyahu également, alors qu’ils sont dans la pire posture devant leurs peuples. Ils acclament donc un exploit historique. Nous devons nous attendre à une mesure pareille de la part de certains pays arabes. Nous allons assister à de nombreux accords de paix d’ici deux mois. En effet, Trump va traire les pays arabes politiquement pour garantir sa réélection. Cette mesure émiratie était attendue, parce qu’elle reflète la politique pro-américaine de ce pays. Les médias officiels arabes, surtout les médias du Golfe, qui parlent sans cesse du danger iranien, cherchent à camoufler le projet de normalisation avec «Israël». Ces pays sont faibles, ils cherchent en cachette à entrer en contact avec la direction iranienne. Ils sont faibles et lâches.

La mesure émiratie est une traitrise de l’Islam, c’est un coup porté dans le dos du peuple palestinien qui a qualifié cette action de perfide. Toutefois, ne vous vous attristez pas. Vous pouvez sentir le sentiment de rejet de cet acte, mais il est normal de voir ceux-ci se comporter ainsi. Lorsque les gens véridiques vont brandir la bannière de la victoire, vaut mieux savoir faire le  discernement entre le pur et l’impur.

3-  Je passe à l’explosion au port de Beyrouth. Au Hezbollah, nous n’avons pas de version officielle sur ce qui s’est passé. Nous attendons les enquêteurs de l’Etat libanais pour connaitre la vérité. Théoriquement, il existe deux options : soit il s’agit d’un incident accidentel en raison du laxisme et de la corruption administrative, soit c’est un acte de sabotage. Certains ont parlé d’un avion qui a bombardé le port, ou peut-être quelqu’un a provoqué cet acte de sabotage. Il se peut que le responsable soit «Israël» ou une partie tierce. Ce n’est pas vrai que le Hezbollah sait tout au Liban. Nous sommes concernés par la résistance, par l’ennemi et nous ne sommes pas capables d’assumer la responsabilité de la sureté nationale dans tout le pays.

Si l’enquête révèle qu’il s’agit d’un acte accidentel, l’Etat doit prendre les mesures nécessaires. Mais si c’est un acte de sabotage, et qu’on accuse Israël de l’attaque, nous aurons une position différente.

L’enquête doit fournir au peuple libanais la réponse définitive face à l’ampleur de cette explosion. Si le FBI va prendre part à l’enquête, vous n’allez point parvenir à la vérité. Nous n’avons pas confiance dans l’enquête internationale. Si l’enquête libanaise déduit que le responsable est Israël, chaque libanais doit réagir, non seulement le Hezbollah. Toutes les parties libanaises doivent répondre à cette hypothèse. Je vous le dis catégoriquement : le Hezbollah qui n’accepte pas l’assassinat d’un de ses combattants, ne tolèrera aucunement une telle attaque sioniste. Et le Hezbollah ripostera à cette agression par une riposte de la même ampleur.

Après l’explosion, la priorité était aux actions humanitaires : évacuer les martyrs, héberger les sinistrés, relever les décombres… certes, d’aucuns ont immédiatement passé à l’exploitation médiatique, comme quoi le Hezbollah possédait un dépôt d’armes au port de Beyrouth. Aucune personne rationnelle ne peut croire à ceci.

Nous avons assisté aux tentatives de certaines forces politiques de mener un coup d’Etat dans le pays. Toute une campagne politique et médiatique contre le mandat du président Michel Aoun a commencé, avant même de comprendre ce qui est arrivé. Ils ont usé de toute sorte de pression politique immorale pour pousser le président Michel Aoun à la résignation. Mais certaines parties politiques ne sont pas allées jusqu’au bout de cette action. Le président Aoun n’est pas une personne qui se plie devant les injures et les pressions. Nous nous rappelons bien la position courageuse du président lors de la guerre de juillet.

En même temps, des contacts ont eu  lieu pour une démission collective du Parlement. Certains blocs parlementaires ont rejeté l’option de la démission en raison de calculs politiques avec le chef du Parlement. Donc, l’objectif était de mener un coup d’Etat, de renverser le régime. Est-ce un comportement rationnel de la part de certains  d’entrainer le pays dans l’abîme et dans la guerre civile. D’aucuns cherchaient à réaliser le même scénario que celui de la détention du premier ministre Saad Hariri en Arabie Saoudite.

J’accuse certains partis politiques de vouloir renverser le régime et d’entrainer le pays dans la guerre civile pour des gains politiques personnels. Vous pouvez revoir les déclarations de ces responsables.

Ce qui a renversé le gouvernement est l’ensemble de pressions, de complications et sous l’effet de l’explosion.

Les Libanais aujourd’hui doivent bien être vigilants et de ne pas prêter leurs oreilles à ceux qui exploitent les maux des gens pour tirer des profits personnels et tenter de toutes ses forces de renverser le régime. Nous devons tous agir sous le plafond de protéger la paix civile, de garder l’Etat, et d’assurer un minimum de dialogue entre les Libanais.

Par ailleurs, je remercie le premier ministre démissionnaire Hassan Diab qui a accepté cette mission dans une période délicate, et je remercie tous les ministres pour leurs efforts. Nous comprenons bien les raisons qui les ont poussées à démissionner. Nous souhaitons qu’ils poursuivent leur travail honnête en attendant la formation d’un nouveau gouvernement.

Pour ce qui est du nouveau gouvernement, les pourparlers ont commencé pour choisir un nouveau Premier ministre. Pour nous, au Hezbollah, chaque peuple s’attend à un gouvernement capable de relever les défis et d’assumer les responsabilités, surtout dans un pays comme le nôtre. Nous voulons un gouvernement soutenu par les principaux blocs parlementaires pour qu’il puisse travailler. Nous avons besoin d’un gouvernement fort.

Traditionnellement, nous sommes toujours avec un gouvernement d’union nationale. Nous nous sommes opposés à la démission de Saad Hariri. Nous appelons à la formation d’un gouvernement d’union nationale, ou d’un gouvernement représentatif du peuple. Les priorités doivent être la lutte contre la corruption, l’électricité, les écoles publiques, la sécurité, la crise économique. De plus, il faut que le prochain gouvernement poursuive les enquêtes dans l’explosion du port.

Le fait de parler d’un gouvernement neutre est une perte de temps. Qui est neutre au Liban ? Chacun de nous parle politique et a une position politique. Nous ne croyons pas à la présence de personnes neutres au Liban. Les politiques US et européennes suivent ce modèle lorsque les grands parties politiques sont vaincus. Ils commencent ainsi à réclamer des gouvernements neutres ou de spécialité.

L’idée d’un gouvernement neutre est un leurre pour franchir la représentativité politique. Nous devons former un gouvernement efficace et sérieux.

Peut-être, certaines forces politiques diront qu’elles ne veulent pas prendre part au prochain gouvernement. Quand vous fuyez les responsabilités, alors que vous avez pris part à la gouvernance du pays depuis trente ans, je vous propose de quitter la vie politique et de laisser les gens choisir d’autres options politiques. Je ne sais pas que dire de ceux qui s’attachent à rester dans la vie politique et en même ils s’abstiennent de participer à la réforme de ce qu’ils ont détruit.

Enfin, je remercie le peuple de la résistance qui fait preuve de patience face aux campagnes d’injures contre lui. Les actes immoraux de certains sont condamnables voire suspicieux. Ils sont commandés par les ambassades étrangères. Je vais les nommer plus tard. Je vous remercie pour votre clairvoyance et votre patience. J’ai demandé aux frères au Hezbollah, Amal et autres alliés d’être patients face aux tentatives de certains de vouloir nous entrainer dans un combat fratricide. Gardez votre colère pour un jour qui nécessitera un jour de l’investir pour freiner les efforts visant à entrainer le pays vers la guerre civile.

Pour ce qui est de la décision du Tribunal international qui sera décrété le 18 aout, nous ne serons pas concernés par cette décision. Et l’accusation qui sera portée contre nos frères, sera pour nous caduque. Pour nous, nos frères sont innocents. Certes, certains vont essayer d’exploiter cette décision pour s’attaquer à la résistance, et nous devons avorter ceci par la patience et la clairvoyance, afin de surmonter ces épreuves. 

Un point à ajouter sur le coronavirus qui se répand de plus en plus, et on risque de perdre le contrôle à ce sujet. C’est un grand danger. Il faut prendre les précautions nécessaires pour contrecarrer l’expansion du virus. Il faut porter le masque et garder la distance avec les autres.

Lundi prochain je parlerai des mesures de précaution que nous allons prendre pour commémorer l’achoura.

La protection du Liban passe par l’attachement à la résistance et à la patience face à toutes les pressions. De toute façon, la situation dans la région et dans le monde connait des développements majeurs.

Pour ce qui est des navires de guerres en mer, je vous le dis : ne craignez rien, il n’y a rien à ajouter à ce sujet. Celui qui compte sur Dieu ne doit rien craindre.

Finalement, sachez que le Hezbollah n’est pas confus, n’est pas en crise, tout est clair pour nous. Nous, nos alliés locaux et régionaux, sommes à l’aise. En effet, c’est l’ennemi israélien qui est en crise.

Comments

//