noscript

Please Wait...

Explosions de Beyrouth: Report des convocations de ministres prévues ce vendredi

Explosions de Beyrouth: Report des convocations de ministres prévues ce vendredi
folder_openLiban access_timedepuis un mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec sites web

Les audiences de l'instruction sur les explosions dévastatrices du 4 août, auxquelles les ministres des Travaux publics et des Finances avaient été convoqués ont été reportées, dans l'attente d'une missive du juge d'instruction près la Cour de justice chargée du dossier, Fadi Sawan, concernant les prérogatives relatives à l'interrogatoire de ministres, selon l'Agence nationale d'Information (Ani, officielle).

Les ministres avaient été convoqués aujourd'hui par le procureur général près la cour de cassation, Ghassan Oueidate, qui chapeautait jusque là l'enquête judiciaire. Mais ces interrogatoires ont été reportés «jusqu'à ce que le juge Fadi Sawan, nommé hier juge d'instruction dans l'affaire, transmette une note au parquet général de Cassation concernant le fait qu'il n'est pas compétent pour enquêter auprès de ministres, cela relevant de la Haute Cour de justice pour le jugement des présidents et ministres», selon l'Ani. Et de préciser que suite à cette procédure, les enquêtes sur les responsabilités des ministres compétents reprendront.

La Haute Cour de justice est composée de sept parlementaires, élus par le Parlement, et huit des plus hauts magistrats pris par ordre hiérarchique, ou à rang égal, par ordre d’ancienneté. A ce jour, la Haute Cour de justice n’a pas encore exercé ses fonctions, puisque depuis sa création dans les années 1920, aucun président ni ministre n'a été poursuivi.

Fadi Sawan, juge d’instruction près le tribunal militaire, a été nommé jeudi par le Conseil supérieur de la magistrature pour mener l'investigation dans l’explosion meurtrière qui a ravagé Beyrouth, faisant plus de 170 morts, plus de 6.000 blessés et laissant 300.000 personnes sans abri. Cette nomination avait fait l'objet de nombreux tiraillements, le CSM ayant refusé plusieurs candidats proposés par la ministre démissionnaire de la Justice, Marie-Claude Najm, ce qui a jeté le doute sur les suites de la procédure judiciaire.

La Cour de justice, chargée par le gouvernement (désormais démissionnaire) de l'enquête sur les explosions du port de Beyrouth, est un tribunal pénal d’exception, présidé par le président du CSM. Le juge d'instruction en charge de l’enquête préliminaire dans une affaire déférée devant la Cour de justice est à la fois juge d’instruction et procureur.

Comments

//