noscript

Please Wait...

corona

La Belgique doit «entamer un parcours de vérité» sur son passé colonial

La Belgique doit «entamer un parcours de vérité» sur son passé colonial
folder_openEurope access_time depuis 14 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

Quelques heures après la parution d'une lettre du roi Philippe exprimant «ses profonds regrets» quant aux souffrances infligées au Congo, la Première ministre Sophie Wilmès s'est exprimée à son tour.

«Comme pour d'autres pays européens, l'heure est venue pour la Belgique d'entamer un parcours de recherche, de vérité et de mémoire», a-t-elle déclaré ce mardi lors d'une cérémonie dans le cadre du 60e anniversaire de l'indépendance de la RDC.

«La question coloniale nécessite un débat approfondi et contradictoire impliquant les différentes composantes belges et nos partenaires congolais. Un débat qui doit être mené sans tabou avec sincérité et sérénité», a-t-elle poursuivi, renvoyant à la création d'une commission à cet effet au Parlement.

«Il ne s'agit pas de réécrire l'histoire, mais de mieux la comprendre», a assuré la libérale francophone.

D'après elle, cette démarche constitue un préalable à l'écriture de nouveaux chapitres de l'histoire commune de la Belgique et de la RDC.

«Profonds regrets»

Après son intervention, une plaque commémorant l'indépendance de la RDC a été inaugurée à la maison communale d'Ixelles.

L'indépendance du Congo a été proclamée le 30 juin 1960. Avant cela, ce pays d'Afrique centrale fut la propriété personnelle du roi Léopold II de 1885 à 1908 et ensuite la colonie de l'État belge pendant 52 ans.

Avant que Mme Wilmès ne s'exprime, le Palais royal a publié, ce mardi matin, une lettre de félicitations au président de la RDC Felix-Antoine Tshisekedi.

Dans sa missive, le souverain belge exprime ses «profonds regrets» pour les «blessures du passé dont la douleur est aujourd'hui ravivée par les discriminations encore trop présentes dans nos sociétés».

Le Roi avait été invité en RDC mais n'a pu s'y rendre en raison de la pandémie de coronavirus.

Comments

//