noscript

Please Wait...

corona

Le général Rizai à AlAhed: le Hezbollah est l’un des cadres de transfert des expériences révolutionnaires

Le général Rizai à AlAhed: le Hezbollah est l’un des cadres de transfert des expériences révolutionnaires
folder_openRapports access_timedepuis un mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par Mokhtar Haddad

Dans le contexte du 20e anniversaire de la défaite et retrait sioniste du Liban sud et de la fête de la Résistance et de la Libération, AlAhed a interviewé le secrétaire du Conseil iranien du discernement de l'intérêt du régime, le général Mohsen Rizai.

Cet homme, un combattant des années précédant la révolution islamique, qui est devenu à l'âge de 27 ans le premier commandant  des Gardiens de la révolution islamique, est aujourd'hui l'une des figures influentes de l'arène politique en Iran et même au niveau international.

La Force Al-Qods  a été créée au moment où il commandait les Gardiens de la Révolution. Il est également l'un des théoriciens dans les domaines militaire, politique et économique.

Ce dessous le texte de l'entretien avec le général Mohsen Rezai:

-De l'organisation Al-Mansourine, au premier chef des Gardiens de la Révolution islamique avant l'âge de trente ans, que dit le général Mohsen Rezai sur cette expérience?

Notre grand peuple a mené une lutte  à long terme contre le colonialisme, c'est-à-dire pendant les 100 ans où nous avons combattu le colonialisme, la colonisation de la Russie tsariste, le colonialisme britannique et le colonialisme américain, depuis la montée de la révolution constitutionnelle, de la nationalisation pétrolière, le soulèvement du 6 juin 1963 et la victoire de la révolution islamique le 11 février 1979, soit pendant une période de 100 ans de lutte.

Finalement nous avons gagné, et la victoire de la révolution islamique en 1979 est une partie de l'histoire de la lutte révolutionnaire du peuple iranien.

À 17 ans, je suis entré dans le travail et la lutte révolutionnaire. En 1971 j'ai fondé avec mes amis de l'école un groupe d’Al-Mansourine, pour entamer la lutte contre le régime du Shah.

Ces expériences ont été importantes pour moi dans la victoire de la révolution islamique. A ce moment-là, nous avons appris comment lutter. Nous avions bâti une vision politique et appris comment et comment former des groupes de combat. Nous avons été arrêtés, emprisonnés et endurés beaucoup de tortures. Nous avons appris le travail de sécurité et de renseignement. C'était un atout important pour moi.

Par conséquent, lorsque nous avons assisté à l'escalade de la révolution islamique en 1978 et à l'entrée de l'imam Khomeiny sur  place, nous sommes entrés sur le champ de bataille avec une bonne expérience et une bonne organisation, car nous avions une organisation et des groupes affiliés à Al-Mansourine dans 7 provinces et 17 villes.

Nous avons été exposés à une ou deux frappes dans les villes de Yazd, Dezful et Ispahan, mais nous avons maintenu notre organisation. Notre lutte fondamentale a commencé en 1978 et 1979 derrière l'imam Khomeiny. Nous avons profité directement de ces expériences après la victoire de la révolution islamique, notamment en créant la première organisation de sécurité et de renseignement après la victoire de la révolution et en créant les Gardiens de la revolution.

-16 ans dans le commandement des Gardiens et de la Force Al-Qods, que signifie pour vous la Palestine dans le contexte notamment de la Journée mondiale d'Al-Qods?

Un de nos principaux slogans au cours des 100 années de notre lutte contre la tyrannie était le slogan de la libération de la Palestine et de l'opposition au sionisme. A une époque où nous n'avions pas encore achevé notre victoire contre le régime du Shah, nous considérions la lutte du peuple palestinien comme faisant partie de notre révolution. Nous ne disions pas qu'il y avait une révolution iranienne en Iran et en Palestine une lutte arabe.Nous ne voyons point de séparation entre les deux.

Nous avons considéré la lutte contre le Shah comme une lutte contre «Israël».

Nous pensons que la montée de la Palestine, sa résistance et la confrontation du peuple palestinien avec les sionistes sont la ligne de front d'une lutte civilisée. L'histoire du monde nous montre que 200 ans de guerres de croisade et d'extrémistes de divers pays européens, d'Italie et de France sont venus à Cham et en Palestine à des centaines de kilomètres de là, pour combattre les musulmans.

Après une période de calme, les Européens ont posé la cause d’«Israël». Ils ont envoyé les sionistes en Palestine et ils ont commencé une guerre contre nous, sur notre territoire, au début avec l'aide de la Grande-Bretagne, ils ont occupé nos terres, puis avec l'aide des Etats-Unis.

Ainsi, la civilisation américano-occidentale-colonialiste est devenue en guerre avec la civilisation islamique.

D'autre part, nous assistons en Palestine à une confrontation entre deux pensées. La foi islamique face à la doctrine impérialiste et coloniale occidentale qui veut contrôler le monde islamique et ne veut pas de l'existence de l'Islam. Nous assistons également à une confrontation entre deux puissances, la puissance islamique émergente avec les puissances européenne et américaine. Les Occidentaux sont venus tôt pour empêcher cette puissance émergente, et donc la Palestine est la ligne de front de notre lutte et de notre civilisation ainsi que notre ligne de défense idéologique.

La guerre en Palestine se situe entre la puissance de l'Islam et l'athéisme. C'est une question importante. A tout moment de l'histoire de notre lutte et de nos vies, nous ne considérons pas la Palestine comme distincte de nous, mais nous la considérons comme la ligne de base de notre lutte.

-Quel est votre message aux moudjahidines de la Palestine, à la suite de cette longue expérience?

Nous proposons aux moudjahidines  que leur cause devienne une renaissance internationale de la Palestine. Dans le passé où «Israël» prenait des mesures contre les Palestiniens, des gens de divers pays du monde, dont les Etats-Unis, l'Europe et les pays islamiques descendaient dans la rue et organisaient des manifestations contre «Israël», mais cela n'est plus envisagé maintenant et ne suffit plus. Les révolutionnaires palestiniens doivent établir une renaissance internationale contre «Israël» et tous les musulmans du monde peuvent être membres de cette renaissance.

«Israël» a des partisans au nom du sionisme, ayant un réseau de soutien à travers le monde. La lutte contre l'entité sioniste uniquement dans les territoires occupés ne suffit pas. Nous nous devons avoir une renaissance démocratique internationale contre le sionisme, et ici les Palestiniens doivent avancer dans cette direction et porter la bannière de cette nouvelle renaissance.

En Europe, aux Etats-Unis et en Afrique, il y a de nombreux partisans de la Palestine qui croient que «Israël» devrait disparaître, et beaucoup soutiennent la tenue d'élections démocratiques en Palestine afin que les gens décident de la constitution, du retour des réfugiés dans leur pays et participent aux élections et aient le droit de voter, si ces millions reviennent à leur patrie et des élections libres et démocratiques ont eu lieu, la situation sera différente.

A l'intérieur de la Palestine, les aspects de la défense doivent être renforcés jour après jour, et les militants palestiniens doivent innover et posséder des techniques pour neutraliser les systèmes radar et lancer des roquettes plus précises.

- Comment l'Imam Khomeiny (son exemple) a-t-il vu l'invasion sioniste du Liban et qu'a-t-il demandé aux Gardiens de la révolution à ce moment-là?

Lorsque l'occupation sioniste a attaqué le Liban, l'imam Khomeiny a déclaré: Le plus tôt possible, allez au Liban pour l'aider, mais essayez que votre présence vise à soutenir, promouvoir, former et transférer l'expertise et les services médicaux et participer au domaine militaire de manière limitée afin de former le peuple libanais, le peuple syrien et les peuples de la région pour constituer un front réel. Cette recommandation a conduit à envoyer un nombre minimal de nos frères au Liban et en Syrie. Nous avons commencé à aider les gens à se redresser.

Nous n'avons pas lancé de campagne militaire comme les autres pays. Nous avons plutôt responsabilisé et organisé les gens afin que le peuple libanais, avec notre soutien, puisse tenir tête à «Israël».

L'imam croyait que le Liban était capable de faire face à «Israël». Il a dit: «Donnez au Liban cette capacité». Les Libanais sont capables de vaincre «Israël», et il n'est pas vrai que ce qui est dit que tous les pays islamiques doivent unir leurs forces pour vaincre «Israël», mais le Liban seul est suffisant pour vaincre «Israël».

L'imam Khomeiny nous a dit d'aller former et transférer des expériences et créer des hôpitaux, et la suite, créer une résistance nationale.

- Dans l'atmosphère de l'anniversaire de la Journée de la Résistance et de la Libération, quel est votre message au Liban en tant que résistance et peuple?

Mon message fraternel au cher et sincère peuple libanais et ma suggestion que le peuple ne rate pas ce début de créer son histoire. Cette résistance qui a inspiré de nombreuses forces de résistance et a donné un nouvel esprit à la résistance en Palestine, a créé l'éveil islamique.

Aujourd'hui au Liban, avec la résistance, la question de l'économie est importante. Autrement dit, outre les bastions défensifs, il est utile d'avoir des bastions économiques. Le Liban était l'un des principaux centres commerciaux de la région et l'un des plus grands centres financiers du monde. C'était l'un des centres touristiques du monde. Le peuple libanais est un peuple qui comprend bien l'économie et qui a beaucoup de jeunes créatifs.

C'est le jour où il est bon pour les Libanais d'entamer un mouvement économique et de renaissance pour soutenir la résistance. Les fruits de la résistance ne sont pas dans la sécurité et la défense, mais aussi dans l'économie et la vie des gens.

La planification de la prospérité de l'économie libanaise est l'une des choses les plus importantes que nous comptons suivre de la part de nos frères au Liban et ailleurs et suivre la question de la prospérité économique plus sérieusement qu'auparavant. Bien sûr, jusqu'à présent, un bon travail de santé a été fait, mais il y a beaucoup de travail à faire.

 

- Comment le général Rezai, voit-il aujourd'hui la résistance islamique au Liban et le développement de ses capacités depuis la libération jusqu'à aujourd'hui?

La résistance a connu un très bon développement. Aujourd'hui, la résistance est devenue une force révolutionnaire. La confiance dans la volonté des nations est la plus grande réussite du peuple iranien et libanais, et même en Irak et en Syrie. Pour cette raison, nous avons proposé de former une mobilisation populaire pour préserver la sécurité et la défense dans les deux pays.

Le Hezbollah au Liban a atteint un haut niveau de capacités, et aujourd'hui dans le monde arabe, le Hezbollah est l'un des centres de transfert d'expériences révolutionnaires. En effet, l'expérience révolutionnaire libanaise est devenue bénéfique pour de nombreuses forces de résistance dans les pays occupés qui font face à des armées d'invasion ou combattent des terroristes tels que «Daech».

L’expérience libanaise du Hezbollah en Syrie a été très influente dans la formation de l’armée nationale et la coopération avec nos chers frères de l’armée syrienne a été très bonne.

- Le chef Qassem Soleimani a toujours représenté le lien fort entre la République islamique et les factions de la résistance dans la région. Son assassinat a-t-elle porté un coup à ce lien ou l'a affaibli?

La Force Al-Qods des Gardiens de la Révolution a été formée après la période de la défense sacrée. Au départ, j'ai nommé mon cher frère, le brigadier-Wahidi, comme commandant de la force Al-Qods des Gardiens de la révolution. Après quelques années, mon cher frère Qassem Soleimani est devenu commandant de la Force Al-Qods, et maintenant le général Qaani est devenu commandant  en chef de la Force. Cette chaîne de commandement montre la cohérence de ce groupe puissant. Cependant, nous devons admettre que l'équipe du martyr Hajj Qassem Soleimani a créé une transformation majeure dans le front de la résistance. C'est-à-dire que ses idées et son école ont créé un changement majeur dans le front de résistance de la Palestine à la Syrie, l'Irak, l'Afghanistan, le Yémen et toutes les terres islamiques. Ce fait a donné une dimension internationale à la résistance islamique.

En d'autres termes, la résistance, qui était principalement au Liban et en Afghanistan, a occupé sous la direction du martyr Qassem Soleimani une place importante sur la scène internationale. Par conséquent, son nom, ses connaissances, ses idées et son drapeau brilleront toujours sur le front de la résistance.

- La République islamique fait face à l'épidémie mondiale du coronavirus à la lumière des sanctions américaines injustes. Quel est le message que l'Iran transmet à travers son succès face à ce défi?

Dans la révolution islamique, nous avons une équation qui convertit les menaces en opportunités, que j'appelle la technique de la révolution. Elle se compose de trois étapes: d'abord nous créons des opportunités, puis nous profitons de ces opportunités, puis nous construisons les systèmes et les institutions nécessaires.

Le coronavirus est une maladie mondiale qui a mis à genoux de grands pays comme les Etats-Unis et des pays développés comme l'Allemagne. Presque tout le monde essuie un échec.

Les Américains eux-mêmes ont admis avoir été vaincus par le Coronavirus. Toutefois, nous sommes sortis victorieux. Non seulement nous sommes sortis vainqueurs, mais nous avons maintenant réalisé des progrès impressionnants dans l'industrie médicale et de la santé, dans les sciences médicales, dans les sciences de la santé et du traitement, et dans la production de médicaments. Nous avons maintenant atteint le stade de l'exportation. Nous exportons maintenant des produits anti-corona, y compris des masques, des kits de diagnostic spéciaux et d'autres produits vers les pays européens. C'est une grande réussite et victoire ici.

- L'occupation américaine manœuvre toujours en utilisant la carte «Daech» en Irak. Cela pourrait-il conduire à un retour des années en arrière au contrôle de l'Etat islamique sur les zones irakiennes et à l'expansion de l'occupation américaine?

Le nouveau «Daech» est 100% américain. L'ancien «Daech» était également américain. Ces derniers ont réussi à le diriger à travers une série de personnes proches de lui. Dans une zone située entre la Syrie et l'Irak, de la région d'Ain al-Assad à la frontière syrienne, les Américains veulent former, organiser et utiliser Daech lors d'actes terroristes en Syrie et en Irak. D'une manière ou d'une autre, ils veulent reconstruire leur échec militaire qui a brisé leur prestige, ce qui  échouera surement  à nouveau. Tout comme le précédent «Daech» a été vaincu, le nouveau le sera également (…).

-Le peuple yéménite souffre toujours du siège injuste américano-saoudien, malgré la pandémie du Coronavirus. Quel est votre message aux forces d'agression?

La résistance yéménite a largement dévoilé le visage inhumain de l'Europe, des Etats-Unis, et des Saouds. Les Yéménites ont mené une résistance très spéciale. Pourtant, ils sont piégés et ne peuvent pas obtenir d'eau, de nourriture ou de carburant, en plus du blocus. Ilssont bombardés et ils ont contracté des maladies infectieuses telles que le choléra pendant plus de trois ans, qui ont infecté plus de 200 000 personnes. La résistance du peuple yéménite mérite des éloges et aucun peuple au monde ne fait face à trois guerres simultanément. Guerre économique, guerre militaire et guerre contre les maladies. La résistance des Yéménites est unique en son genre. Cela doit être appelé le miracle de la résistance. Le peuple yéménite a fait un grand miracle. D'autre part, le visage antihumain a été révélé en Europe, aux Etats-Unis, en Arabie saoudite. A l'avenir, ces actes honteux menés par les Saoudiens avec l'aide des colonisateurs se transformeront en protestations dangereuses, même en Arabie saoudite. Certes, le peuple yéménite gagnera comme Dieu l'a promis.

Comments

//