noscript

Please Wait...

corona

Le porte-parole du ministère yéménite de la Santé à AlAhed: Pas des cas de Coronavirus au Yémen, le blocus continue à tuer les Yéménites

Le porte-parole du ministère yéménite de la Santé à AlAhed: Pas des cas de Coronavirus au Yémen, le blocus continue à tuer les Yéménites
folder_openRapports access_time depuis 12 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed

Le gouvernement yéménite confirme qu’aucun cas de la pandémie mondiale du coronavirus n’a été enregistré dans le pays jusqu’à l’heure. Cependant, le peuple yéménite subit toujours les répercussions douloureuses du blocus pendant que les problèmes du secteur de santé augmentent.

Le porte-parole du ministère yéménite de la Santé le Dr. Youssef AlHaderi assure à AlAhed que la situation au Yémen s’empire chaque jour dû au bombardement de la «coalition arabe» dirigée par l’Arabie et au blocus.

«Au fil de cinq années, l’arrogance saoudienne bat son plein au Yémen. La destruction du pays se fait à deux volets : le bombardement et le blocus. La banque centrale a été déplacée de Sanaa vers Aden, les aéroports et les frontières terrestres et maritimes ont été fermés. Le port de Hodeïda, seule voie d'entrée pour les importations et l'aide humanitaire, est souvent attaqué par l’Arabie et ses alliés», souligne-t-il.

«Bien qu’aucun cas de coronavirus n’ait été identifié au Yémen, la population souffre des maladies chroniques et difficiles en absence des soins médicaux à cause du blocus», ajoute le Dr. Youssef AlHaderi.

«Vue cette situation, plusieurs épidémies (le Choléra, la grippe H1N1, la diphtérie et autres) ont émergé, faisant des milliers de victimes et des milliers de personnes infectées. En outre, plus de 320 mille civils yéménites se sont vus interdits de voyager à l’étranger pour être soigné après la fermeture de l’aéroport de Sanaa. Des dizaines de malades ont décédé alors que d’autres attendent la mort», poursuit-il.

«Les blessés civils et ceux de l’armée et des comités populaires qui défendent le Yémen ont besoin de soins médicaux, ce qui a épuisé davantage le secteur médical qui œuvre à subventionner à ces besoins», déplore le porte-parole du ministère yéménite de la Santé.

Et de poursuivre : «La destruction des centaines d’hôpitaux et des centres médicaux ainsi que la suspension des salaires de 48 mille fonctionnaires ont paralysé 40 % du secteur médical, qui était déjà vulnérable après 40 ans de corruption».

«Bref, la situation sanitaire au Yémen est tragique dû au blocus. Je n’ai dressé qu’un schémas concis», confirme-t-il.

Une pénurie de médicaments

Concernant les médicaments et les équipements médicaux, le porte-parole du ministère yéménite de la Santé indique que plus de 800 mille personnes souffrant de maladies chroniques recevaient gratuitement les médicaments. «Actuellement, ces aides ont été suspendues et le prix des médicaments a augmenté à plus de 150 % avec la hausse du prix de dollars».

Il précise que «le Yémen manque 28 types de médicaments et de tests de dépistage après la fermeture de l’aéroport de Sanaa car ces médicaments nécessitent un transfert rapide et un refroidissement spécial. De plus, 93% à 98% des équipements médicaux sont périmés, mais nous continuons à les utiliser et ils risquent de ne plus fonctionner à n’importe quel instant».

En ce qui concerne le coronavirus, Dr. Youssef confirme qu’aucun cas n’a été diagnostiqué au Yémen jusqu’à maintenant. «Nous avons plusieurs cas suspects, mais ils ont été testés négatifs», explique-t-il.

Le porte-parole du ministère yéménite de la Santé met en relief la coopération entre le ministère et les secteurs concernés dans le pays qui ont pris les mesures nécessaires pour la protection contre cette pandémie, dont clôture des écoles et des universités et l’interdiction des rassemblements ainsi que les campagnes de sensibilisation. Il implore Dieu pour que le coronavirus n’émerge pas dans le pays car la situation sera tragique vu l’effondrement du secteur de santé et la fragilité des infrastructures.

«Certes, des plans ont été mis en coopération avec tous les secteurs et l’armée pour contenir cette pandémie», affirme-t-il.

Selon M. AlHaderi, la communauté internationale et les Nations Unies observent un silence assourdissant concernant la souffrance des Yéménites pendant ces 5 années d’agression saoudienne, voire elles sont complices.

«Les aides offertes au secteur médical ne couvrent que 19% des besoins. L’Organisation mondiale de la Santé dit que 24 millions de Yéménites ont besoin d’aide humanitaire, cependant, les organisations ne nous offrent rien et si elle le fait ça sera pour des agendas politiques. De ce fait, nous ne comptons pas sur la communauté internationale et nous n’attendons rien d’elle», conclut le responsable yéménite.

Comments

//