noscript

Please Wait...

National Interest: Assad vainqueur de la guerre, Washington admettrait-elle la réalité ?

National Interest: Assad vainqueur de la guerre, Washington admettrait-elle la réalité ?
folder_openPresse occidentale access_time depuis 23 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par National Interest, Traduit par AlAhed

Le président syrien Bachar al-Assad a essentiellement vaincu ses nombreux ennemis. La question n'est plus centrée sur la survie du gouvernement syrien. À toutes fins utiles, Assad était sur le point de gagner la guerre dès que ses forces ont repris la ville d'Alep en 2016 après des années de combats.

La victoire d'Assad a été encore cimentée en avril 2018, lorsque des centaines de combattants militants (membres de groupes terroristes) ont décidé de se retirer dans des bus voyageant vers le nord.

La question est maintenant de savoir si Washington ravale sa fierté et admet la réalité. Bachar al-Assad a non seulement gagné la guerre militairement mais restera au pouvoir jusqu'à ses derniers jours.

La signature de la loi César sur la protection des civils (Caesar Civilian Protection Act) en décembre dernier garantit essentiellement des sanctions américaines à toute entreprise, individu ou institution financière qui cherche à soutenir la reconstruction de la Syrie après le conflit. La stratégie de Washington semble être fondée sur la mise en quarantaine des champs pétroliers de l'est de la Syrie et sur l'effarouchement des investisseurs potentiels de toucher le marché syrien, jusqu'à ce qu'Assad accepte à la table de négociation ce qu'il a refusé d'accepter sur le champ de bataille: se retirer du chemin pour des élections libres et équitables. Cela ne va tout simplement pas se produire.

Il est difficile de voir comment un régime de sanctions américain permanent rendra la vie du peuple syrien plus facile à gérer. Le pays a perdu 226 milliards de dollars de PIB entre 2011-2016. L’UNICEF signale que deux écoles sur cinq en Syrie sont endommagées ou détruites et que la moitié des établissements de santé du pays ne sont pas en performance ou ne fonctionnent pas du tout.

La Syrie était autrefois en mesure de répondre à 90% de ses besoins médicaux; maintenant, Damas doit importer ses besoins dans ce domaine. Étant donné que les importations sont plus délicates, les propriétaires d’établissements doivent compter sur le marché noir plus cher, ce qui signifie qu'ils doivent augmenter les prix pour réaliser un profit. Le gouvernement syrien a du mal à gagner de l'argent et essaie de sauver la situation grâce au rationnement du carburant, de la nourriture et de l'huile de cuisson imposé par le gouvernement. Cela signifie également que la population syrienne en souffrira également.

La stratégie de Washington est désormais entièrement punitive et attachée à un objectif politique fantaisiste.

Comments

//