noscript

Please Wait...

Du deal à l’erreur du siècle

Du deal à l’erreur du siècle
folder_openAnalyses access_time depuis 24 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par Antoine Charpentier

Par l’annonce de son plan connu sous le nom du deal du siècle, Donald Trump vient au contraire de commettre l’erreur du siècle, engageant les États-Unis ainsi que son ami israélien dans une voie sans issue. Donald Trump s’est révélé dans cette affaire d’être le pantin de Benjamin Netanyahu.

Ce dernier vient également de prouver qu’aucune perspective de dialogue et d’apaisement du conflit est possible, ne laissant au peuple palestinien que le choix de la résistance totale, ce qui peut s’avérer à l’avenir catastrophique pour l’État d’Israël. Donald Trump et Benjamin Netanyahu viennent de mettre le Proche-Orient ainsi que le monde au bord du gouffre.

Pour qu’un plan de paix fonctionne, il a besoin de l’engagement de toutes les parties en conflit, tandis que le plan annoncé par Donald Trump ne sert que les intérêts d’Israël au détriment du peuple palestinien. Jared Kushner l’instigateur de ce plan insiste sur le fait que les palestiniens sont devant une occasion historique d’avoir un État. Toutefois, la proposition d’un État palestinien stipuler par le plan en question est insatisfaisante et injuste. Quant au 50 milliards d’investissement promis, ils vont être réparti entre la Jordanie, le Liban et l’Egypte, ce qui est tout simplement une forme d’aliénation et de soumission type économique. En ce qui concerne les palestiniens, les promesses non tenues à leurs égards sont légions. Il convient de préciser que tout développement économique des territoires palestiniens constituera un danger sur Israël qui ne tient plus la pression démographique face aux palestiniens. Par conséquent les Américains font miroiter les palestiniens avec des aides financières, dont ils savent pertinemment qu’ils ne leur attribueront pas.

L’Union européenne semble très embarrassée par le plan de Donald Trump, auquel elle n’a apporté aucune contribution. Elle affirme par la voie de son envoyé au Moyen-Orient Susanna Terstal qu’elle est toujours attachée à la solution des deux États sans pour autant donner la moindre idée de comment elle envisage l’établissement d’un État palestinien, sur quel territoire exactement et avec quelle forme de capitale. Les positions européennes demeurent toujours floues à propos du dossier palestinien.

 La France affirme également son attachement à la solution des deux États et au dialogue entre Palestiniens et Israéliens, oubliant que ce sont ces derniers qui en refusent toutes solutions outre l’occupation totale de la Palestine. Le président Emmanuel Macron a récemment déclaré au figaro qu’il détient un plan propre à lui concernant le conflit israélo-palestinien. Ceci signifie aussi que les enchères sont ouvertes à ce sujet.

Quant au premier ministre anglais Boris Johnson, il voit dans le plan de Donald Trump quelque chose de très positif. Tandis que l’Allemagne veut toujours espérer qu'il y ait à un moment donné un dialogue entre Palestiniens et Israéliens, oubliant que Trump a mis fin le 28 janvier à tout espoir de dialogue dans ce dossier.

Moscou déclare se tenir prête à collaborer avec les deux parties en conflits afin de trouver une solution, espérant avoir de sérieuses négociations entre Palestiniens et Israéliens. La question primordiale est pourquoi le monde quasi entier est autant conciliant avec Israël dans son nouveau pas de détournement des lois et des conventions internationales.

Le rôle de l’ONU ainsi que celui de la Ligue arabe demeure obsolète pour le premier et inexistant pour la seconde. N’en parlons pas de certains arabes qui ont abandonné depuis très longtemps la Palestine et le peuple palestinien aux mains de l’occupant.

Nous comprenons mieux, quel a été le but primordial du printemps arabe. Détruire les principaux pays arabes soutenant la Palestine, dont la Syrie est en première ligne. Nous comprenons mieux les mannoeuvres, les stratégies, les sanctions économiques et les complots contre l’axe de la résistance à sa tête l’Iran.  Puisque tous affaiblissements de ces forces pro-palestinienne, opposantes à l’hégémonie américano-sioniste au Proche-Orient donneraient plus d’espoir à l’application du plan annoncé par Donald Trump.

Toutefois le plan de Donald Trump a été rédigé pour être rejeter. À partir de maintenant débute une campagne de pression sans précédent sur le peuple palestinien, ses alliés et amis dans le monde, afin d’essayer de liquider à jamais sa cause.

Enfin, le plan de Donald Trump pour le règlement du conflit israélo-palestinien mène le monde vers une catastrophe qui pourrait se traduire par une guerre généralisée au Moyen-Orient. Peu importe le prix à payer, il semble que le plus important pour les deux dirigeants américain et israélien, défaillants et corrompus, est d’échapper par tous les moyens à la justice et de se faire élire pour un nouveau mandat, sur la base d’une paix illusoire.

Comments

//