noscript

Please Wait...

Une 1ère en Tunisie, la «Semaine des films de la résistance et de la Libération»

Une 1ère en Tunisie, la «Semaine des films de la résistance et de la Libération»
folder_openAfrique access_timedepuis un mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec agences

La Cinémathèque tunisienne en partenariat avec l’Association libanaise des Arts «Rissalat» organisent l’édition inaugurale de la «Semaine des films de la résistance et de la Libération» prévue du 20 au 26 janvier 2020 à la Cité de la Culture.

C’est le premier partenariat entre cet organisme libanais et la Cinémathèque. Pas moins de seize films y seront projetés entre les salles «Omar Khelifi» (350) et «Tahar Chériâa» à la même cinémathèque.

Les œuvres choisies sont issues de pays comme l’Italie, l’Algérie, l’Iran, le Liban, la Palestine, la Syrie et la Tunisie.

Une conférence de presse a eu lieu, vendredi, à la Cinémathèque pour présenter les grandes lignes de cet évènement, en présence de Mohamed Khafeja, directeur exécutif de la «Semaine des films de la résistance et de la Libération».

«La lutte palestinienne continue malgré les tentatives de diversion que pratique l’occupant dans le but d’abattre la notion de résistance», a déclaré M. Khafeja en évoquant l’objectif de cette manifestation.

Les organisateurs présentent une sélection de films autour de la lutte des nations opprimées et particulièrement du peuple palestinien face à l’occupant israélien, la défense de la cause palestinienne et les diverses violations commises dans les territoires occupés.

A la cérémonie d’ouverture a été projeté le long-métrage: «Damascus Aleppo», datant de 2018, du réalisateur syrien Bassel Al Khatib.

Des stars et autres sommités arabes y seront présentes. Il s’agit de l’acteur Aymen Zidane, du réalisateur Joud Saïd, du journaliste Abdelberi Atouane, du chanteur Lotfi Bouchnak et de bien d’autres artistes.

Cette première édition de la Semaine des films de la résistance et de la libération sera l’occasion de découvrir de nouveaux films tunisiens réalisés en 2019, tels: «Fellaga» de Sameh Mejri, et «Le lion d’Orbata» d’Abdelaziz Fadhlaoui.

D’autre part, une table ronde sera organisée le 22 janvier à 11 heures du matin à la salle «Sophie El Goulli» autour des films de la résistance. De même qu’un Master Class sera proposé par le critique Adnen Jdey autour du scénariste, réalisateur et producteur hongrois Béla Tarr, à la même salle.

La Cinémathèque Tunisienne anticipera l’hommage que la France rendra à ce réalisateur en février 2020 en ressortant quatre films de Béla Tarr en versions restaurées. Il s’agit des films: «Satantango», «Damnation», «The Outsider» et «Family Nest».

Une 1ère en Tunisie, la «Semaine des films de la résistance et de la Libération»

Une 1ère en Tunisie, la «Semaine des films de la résistance et de la Libération»

Une 1ère en Tunisie, la «Semaine des films de la résistance et de la Libération»

Une 1ère en Tunisie, la «Semaine des films de la résistance et de la Libération»

Une 1ère en Tunisie, la «Semaine des films de la résistance et de la Libération»

Une 1ère en Tunisie, la «Semaine des films de la résistance et de la Libération»

Une 1ère en Tunisie, la «Semaine des films de la résistance et de la Libération»

 

 

Comments

//