noscript

Please Wait...

Jihad

Qassem Soleimani: La gloire d’un militant international

Qassem Soleimani: La gloire d’un militant international
folder_openAnalyses access_time depuis 11 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par Mohamad Ali Jaafar – AlAhed

Ce fut comme une victoire internationale de la révolution iranienne, illustrée dans la gloire des funérailles du martyr Qassem Soleimani.

Les années de lutte de haj Qassem Soleimani coïncident avec l'âge de la Révolution islamique depuis sa naissance en 1979 à sa victoire mondiale en 2020.

En effet, la République islamique a donné une leçon au monde entier sur la signification de la fierté des populations et des pays. Elle a donné une leçon sur l'essence de la révolution iranienne, dont les valeurs n'ont jamais été limitées sur le plan géographique, mais avait toujours l'objectif de constituer une révolution mondiale.

L'enterrement du martyr Qassem Soleimani, qui a eu lieu à la suite des funérailles massives et de la riposte iranienne marquante, a tourné la page d'une période de la vie des populations du monde.

Le grand martyr n'a pas été enterré, qu'après le début de la prochaine période que vivront toutes les populations, sans exception aucune, conformément à sa volonté. Une période de gloire et de victoire.

Son itinéraire jihadiste entamé avec la révolution islamique, a été poursuivi grâce à son rôle central dans la force Al-Qods, comme responsable de l'expansion de la révolution en soutien aux vulnérables dans le monde.

Les forces arrogantes ont estimé qu'avec l'élimination du général Soleimani, elles écraseront son rôle et provoqueront le recul des effets de la révolution islamique. Mais leurs calculs ont été faux. Le cerveau iranien a triomphé où a échoué le cerveau américain.

La démarche de Washington n'a été qu'un prélude à une nouvelle étape de l'histoire, qui a placé la République islamique comme tuteur des politiques de la région, voire du monde.

Ce constat découle d'une série de vérités.

Dans les normes de la force, il y a une différence entre posséder la force, et savoir la gérer. L'importance réside dans la gestion de cette force, non dans sa possession.

C'est notamment la limite entre le comportement de ceux qui prônent le droit et le comportement de ceux qui prônent le mal, arrogants dans l'usage de la force.

Dans le monde de la gestion de la force, la Nation iranienne a réussi, là où a échoué des nations, des empires, des royaumes et plusieurs pays. L'Iran a réussi pour avoir réalisé tôt le sens de la rébellion contre les tyrans et les moyens de remporter la gloire, depuis sa victoire dans les années 70 du siècle dernier.

Le Chah de l'Iran ne représentait-il pas alors l'arrogance de l'occident en orient?

Celui qui a écrasé l'arrogance sur son territoire, échouera-t-il dans la gestion de la révolution contre l'arrogance dans le monde? Ce sont des vérités historiques. Mais nous sommes une nation qui ne tire pas les leçons de l'histoire.

Le monde s'est attardé de comprendre ce qui se déroule à l'heure actuelle. Cependant, la République islamique a trouvé dans l'assassinat de Qassem Soleimani l'opportunité pour affirmer au monde que ce sont les valeurs qui triomphent en fin de compte, même avec un certain retard.

Elle a ainsi infligé la punition juste selon une méthode délicate et bien planifiée, à la hauteur de la sécurité nationale iranienne et du martyr de l'axe de la résistance.

A la lumière de la complémentarité entre les choix de la sécurité nationale iranienne, et les  intérêts de l'axe de la résistance, l'image de la révolution islamique acquiert une dimension mondiale.

Dans le langage de la force, furent constatées la gloire et la sagesse du commandement iranien, tout comme la montée en puissance du concept du droit, contre la chute des Etats-Unis comme titre de l'arrogance, marqué par un état de confusion et de faiblesse. L'Iran a humilié la tête de l'arrogance. C'est un début qui sera suivi prochainement par l'effondrement du système de l'hégémonie, avec sa dimension politique, économique, militaire et sécuritaire.

De surcroit, l'enterrement a eu lieu à la suite de la punition qui a prouvé par sa méthode, timing et lieu, la signification de la gestion de la force.

Ainsi sera entamée la période de la gloire des vulnérables et de l'humiliation des arrogants, sur toute la scène internationale. N'est-ce pas la première fois de l'histoire qu'un grand chef prônant le droit est enterré après la punition assénée à ses ennemis? Et si c'est le début, comment sera la prochaine période?

Pour répondre à cette question il faut évoquer ce qui a eu lieu avant la riposte.

Washington n'a-t-il pas mobilisé toutes ses relations diplomatiques pour mener une médiation auprès de Téhéran et empêcher la riposte? Des puissances n'ont-elles pas œuvré pour convaincre l'Iran d'éviter la riposte et de poser ses conditions, auxquelles répondra Washington?

La première riposte a eu lieu. Le changement dans les équilibres de la force a été apparent. Cependant, ce changement précédant la naissance d'un nouveau système mondial, constitue la période la plus difficile dans l'histoire de l'humanité et sera douloureuse en raison de la nature du conflit. Mais en voie de la gloire, la douleur se transforme en un sentiment d'euphorie, à la lumière notamment du passage de la révolution des vulnérables à une révolution mondiale.

Article traduit de l'arabe (original)

Comments

//