noscript

Please Wait...

Jihad

Le jour où les USA ont tué Soleimani, ils auraient aussi visé un autre haut responsable iranien

Le jour où les USA ont tué Soleimani, ils auraient aussi visé un autre haut responsable iranien
folder_openIran access_time depuis 15 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec Sputnik

Le jour même où l’armée américaine a assassiné le général iranien Qassem Soleimani, les États-Unis ont entrepris une autre mission secrète, également contre un haut responsable militaire iranien, cette fois-ci au Yémen, a annoncé le Washington Post, se référant à des responsables américains au courant du dossier.

Ainsi, une opération avait été lancée contre Abdoul Reza Shahlai, présenté par Washington comme «un commandant de haut rang des Gardiens de la révolution islamique basé au Yémen», mais avait échoué.

L’organisation de deux opérations le même jour pourrait indiquer que l’assassinat de Qassem Soleimani, dans la nuit du 2 au 3 janvier dans une frappe de l’aviation américaine non loin de Bagdad, faisait partie d'une action plus large des forces armées américaines, a estimé le journal.

«La même nuit»

Les responsables américains consultés ont déclaré que l'opération contre Shahlai était classée top secret et ont refusé de fournir aux journalistes quelque détail que ce soit. Pourtant, selon l’un d’eux, les autorités américaines avaient l’intention d’annoncer les deux opérations en même temps si la seconde avait réussi.

«Si nous l'avions tué, nous l’aurions fait savoir la même nuit», a affirmé l’un des hauts responsables américains qui ont tous témoigné sous couvert d'anonymat.

Un autre responsable a déclaré au Washington Post que les deux frappes avaient été autorisées à peu près au même moment et que les États-Unis n'avaient pas soufflé mot de la seconde mission parce que celle-ci ne s'était pas déroulée comme prévu. Il a souligné que Shahlai pourrait être ciblé à l'avenir.

L'émissaire américain pour l'Iran, Brian Hook, avait précédemment annoncé «une récompense pouvant atteindre 15 millions de dollars» en échange d’informations sur les activités financières, les réseaux et les associés d'Abdoul Reza Shahlai.

Deux bases militaires américaines en Irak ont été, dans la nuit du 7 au 8 janvier, la cible de missiles iraniens. Le Pentagone a confirmé ces frappes, revendiquées par la partie iranienne, et a déclaré qu’«aucune victime américaine n’était à déplorer».

La télévision publique iranienne a annoncé pour sa part que 15 missiles avaient été tirés contre des cibles américaines en Irak et qu’aucun n'avait été intercepté.

Comments

//