noscript

Please Wait...

leaders martyrs

Assassinat du général Soleimani: erreur stratégique selon plusieurs élites politiques françaises

Assassinat du général Soleimani: erreur stratégique selon plusieurs élites politiques françaises
folder_openFrance access_timedepuis un mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed

L'assassinat du général Qassem Soleimani a suscité plusieurs réactions sur les réseaux sociaux dans le monde, notamment dans les milieux politiques français.

Le député français, Thierry Mariani, a critiqué la politique étrangère de la France à l'heure actuelle. Il a indiqué sur son compte twitter que «la France a eu des Pdt, comme De Gaulle ou Chirac, qui ont su conduire une politique étrangère indépendante… c’était dans l’ancien monde».

Rappelons qu’après l’assassinat de général Soleimani, le président français Emmanuel Macron a rassuré son homologue américain de «son entière solidarité avec les alliés».

«L’assassinat (comment appeler cela autrement ?) de Soleimani, par les USA est une faute grave qui sera lourde de conséquence et que l’Iran ne peut laisser sans réponse», a également tweeté Mariani.

Le Terrorisme d’état

Par ailleurs, le député européen du Rassemblement National, Hervé Juvin, a écrit: «L’assassinat du général iranien Soleimani marque une nouvelle et grave étape dans la dégradation des mœurs internationales».

«Les assassinats ciblés et le terrorisme d’état nous font sortir du droit de la guerre, cette conquête de la civilisation européenne, et régresser vers les temps barbares où chacun prétend avoir dieu, le bien ou le droit de son côté», a-t-il ajouté.

Et de conclure : «Il est urgent que la France mesure les effets dramatiques de la destruction de l'Irak, de la Libye, de la Syrie comme du Liban, et se prépare avec l’Union européenne à faire face aux effets prévisibles de la déstabilisation de l'Algérie.».

Une erreur stratégique

De sa part, Nicolas Dhuicq, ancien Député-Psychiatre des Hôpitaux, a fermement critiqué l'assassinat. Il a indiqué que «l'assassinat du général Soleimani, est une erreur stratégique qui renforcera la violence, au moment où au Liban et en Irak les peuples souhaitent se débarrasser des ingérences extérieures».

«Concordance des temps sur des échelles de réalité différentes, le général Soleimani tué en Irak, alors que l’Iran lutte contre nos ennemis djihadistes en Syrie. Pendant ce temps, l’hybridation continue entre idéologie islamiste, délinquance et/ou psychiatrie à Villejuif ?», a-t-il souligné.

Dhuicq a également indiqué qu’«avec la mort de Qassem Soleimani, le général commandant la force Al-Qods, en Irak, les USA se trompent d’adversaire. L’Iran restera la puissance régionale du Golfe persique, l’ennemi reste les islamistes, or, les Iraniens luttent contre eux, en #Syrie! Funeste politique!»

L’un des artisans de la victoire contre «Daech»

En outre, Pierre Gentillet, président du Cercle Pouchkine, a rappelé que «Soleimani était le 2ème personnage le plus important et populaire d'Iran. Son rôle fut déterminant dans la destruction de Daech en Syrie. Pire qu'une faute, son assassinat par les USA est une quasi-déclaration de guerre qui va souder toute la population iranienne contre eux.»

Et d'ajouter: «Imaginez un instant les réactions internationales si l'Iran avait assassiné le chef d'Etat-Major des Etats-Unis? Cet assassinat du général Soleimani est non seulement une atteinte au bon sens mais aussi à la paix mondiale!», a-t-il déploré.

De surcroit, Jean Messiha, membre du bureau politique du Rassemblement National, a écrit que «l’assassinat par les Etats-Unis de Trump du général iranien Qassem Soleimani est une erreur stratégique majeure qui va avoir plusieurs répercussions:

1-susciter la vengeance de l’Iran

2-coaliser les extrémismes chiites et sunnites contre l’Occident

3- contribuer à embraser encore plus le Moyen-Orient.

«L’Orient compliqué, comme le disait de Gaulle. Soleimani a été l’un des artisans de la victoire contre Daesh en Syrie et en Irak. Les USA lui doivent indirectement une fière chandelle. L’enchevêtrement des liens et des causes dans la région exclut toute solution bourrin ! Notre lecture de l’élimination de Soleimani ne doit être ni américaine, ni israélienne, ni arabe mais FRANÇAISE. La France ne peut se faire le relai de cette manichéenne politique de terre brûlée», a insisté Messiha.

La politique française impuissante

Pour sa part, Jean-domerchet, journaliste à L'Opinion et pacha du blog secret-defense, a écrit: «Impuissance. Difficile de décrire autrement la politique française au lendemain de l’assassinat du général Soleimani par les Américains. Une impuissance très largement partagée en Europe».

Le membre du Parlement Sébastien Nadot a quant à lui tweeté : «En tuant le général Soleimani, Donald Trump poursuit l’escalade vers un conflit total. Les populations iraniennes et irakiennes seront les premières victimes avec des conséquences aussi sur les populations occidentales. L’intelligence est pacifique. Le reste est bêtise.»

«Il y a 1 an, j’avertissais des risques du rôle belliqueux de la France au Yémen aux côtés des USA et UK, dans le camp de l’Arabie Saoudite et des Émirats Arabes Unis. De Khashoggi à Soleimani. Nous y sommes. Comment désormais faire face à l’escalade dramatique Trump Iran ?», a ajouté Nadot.

Manon Aubry, députée européenne membre du parti France insoumise et co-Présidente du groupe de la gauche GUENGL, a souligné que «l'implication irresponsable des USA dans la mort de Soleimani met gravement en danger la paix. Face à l'aventurisme guerrier de Trump, la France et l'UE doivent peser de tout leur poids pour éviter une nouvelle escalade de violence.»

Comments

//