noscript

Please Wait...

Rétrospective de l’année 2019 en France

Rétrospective de l’année 2019 en France
folder_openAnalyses access_timedepuis 8 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par Antoine Charpentier

Nombreux sont les événements qui ont marqué la France en 2019. Le haut du podium revient au mouvement des gilets jaunes qui a célébré son premier anniversaire le 17 novembre. Le mouvement s’est distingué d’une part par ses actions quelques fois mitigées, mais aussi par sa longévité. Depuis l’ère Sarkozy, il est quasiment le seul mouvement social en France qui a duré aussi longtemps. Il convient de préciser que le président Emmanuel Macron a lancé pendant quasiment trois mois une consultation populaire qui n’a pas donné les résultats escomptés, à l’instar de la mobilisation des gilets jaunes qui n’a en aucun cas atteint ses objectifs.

Le 15 avril un incendie s'est déclaré à l’intérieur de la charpente de Notre-Dame de Paris, un des plus grands lieux emblématiques de l’histoire de France. Notre-Dame de Paris comporte en elle un haut lieu de culte chrétien catholique, en même temps un lieu de tourisme. L’émotion était très vive, le peuple français de toutes ses tendances a été affecté par ce drame qui a suscité beaucoup de polémiques, allant du châtiment de Dieu à la théorie du complot. Pour l’heure rien de nouveau dans les enquêtes qui ont été ouvertes par les autorités policières et judiciaires à ce sujet. Toutefois, le président Macron a promis la reconstruction de la cathédrale dans un délai de 5 ans, ce qui est, hormis la charge émotionnelle, une chose irréaliste.

Le 26 mai a eu lieu les élections du parlement européen où la liste du parti de la République en Marche soutenu par Emmanuel Macron est arrivée en seconde position après la liste du parti le Rassemblement National ex. Front National. L’écart était minime 22% pour le premier contre 23% pour le second, ce qui ne justifiait pas la campagne médiatique et politique qui a visé le président Macron et son équipe. Néanmoins réclamer la démission du président de la République était une chose injustifiée.

Le 26 septembre 2019 est survenu le décès de l’ancien président de la République Jacques Chirac à l’âge de 86 ans. Jacques Chirac était un des piliers de la vie politique française moderne. Sa vie politique a été jalonnée de décisions importantes et de scandales. Il était quasiment le seul dirigeant européen qui s’est farouchement opposé à l’invasion des États-Unis de l’Irak en 2003. Cependant, c’est le même Jacques Chirac qui s’est réconcilié avec les Américains quelques mois après leur agression de l’Irak par le biais de la résolution 1559 concernant le Liban.

Le 3 octobre a eu lieu une attaque au couteau au sein de la préfecture de police de Paris. La gravité de cet acte demeurait dans le fait que l’assaillant était un fonctionnaire de l’État, qui a assassiné deux de ses collègues, blessant quatre autres. Comme à chaque fois les regards se sont tournées vers les pistes terroristes et les enquêtes préliminaires s’intéressaient en premier lieu pour voir si la personne en question s’est convertie à l’Islam où s’est-elle radicalisée. Ceci reflète plusieurs choses à la fois. Tout d’abord le malaise intérieur, psychique et social que vit actuellement la société française. Toutefois, ces actes isolés comme d’autres, sur fond de pensée religieuse radicale de tous bords constituent un réel danger pour l’avenir de la France. Au sein de cette dernière le réveil du radicalisme religieux, mais également politique sera une des grandes thématiques à traiter dans les années avenirs.

Avec la réforme de la retraite et le report de l’âge du départ de 62 à 64 ans, le pouvoir français a essuyé un revers dont les échos durent encore de nos jours. Le mécontentement du peuple français s’exprime également à propos de la remise en cause des avantages des fonctionnaires, ainsi que des régimes spéciaux, le tout chapeauté par un système de point jugé inadapté et peu fiable, menaçant l’avenir du système des retraites en particulier et le système social en général. Le gouvernement français a fixé le 7 janvier 2020 un second tour de discussion avec les partenaires sociaux.

L’année 2019 s’est achevée en France avec encore plus de décadence politique et sociétale, plus de mécontentement et des contestations populaires, ainsi qu’une crise économique qui n’est pas encore très grave, mais elle envoie tout de même des signaux avant-coureurs, d’une grave crise avenir. Si la France ne modifiera pas radicalement sa posture politique sur le plan national et sur le plan international, les conséquences pourront être désastreuses à l’avenir.

 

 

 

 

Comments

//