noscript

Please Wait...

corona

Libye: Tripoli ouvre la voie à un soutien militaire accru d’Ankara

Libye: Tripoli ouvre la voie à un soutien militaire accru d’Ankara
folder_openAfrique access_timedepuis 3 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

Le Gouvernement libyen d’union nationale (GNA), reconnu par l’ONU et basé à Tripoli, a voté jeudi la «mise en œuvre» d’un accord de coopération sécuritaire et militaire signé récemment avec la Turquie, ouvrant la voie à une intervention plus directe d’Ankara en Libye.

Lors d’une réunion, le conseil des ministres a «approuvé à l’unanimité la mise en œuvre du mémorandum d’entente sur la coopération sécuritaire et militaire entre le GNA et le gouvernement turc signé le 27 novembre», a indiqué le gouvernement dans un communiqué.

Le GNA n’a pas donné de détails sur les termes de l’accord ou la nature de l’aide qu’Ankara pourrait lui fournir en plus des drones et blindés déjà livrés ces derniers mois, selon l’ONU, par la Turquie aux forces gouvernementales dans sa guerre contre les forces rivales du maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l’est libyen, qui mènent depuis avril une offensive contre Tripoli.

Le 10 décembre, Le président turc Recep Tayyip Erdogan est allé jusqu’à promettre d’envoyer des troupes en Libye pour soutenir le GNA, si ce dernier le demande, exacerbant davantage les tensions.

Les forces de Haftar sont appuyées notamment par les Emirats arabes unis et l’Egypte, deux rivaux régionaux d’Ankara.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a d’ailleurs réagi mardi au rapprochement entre le GNA et Ankara, dénonçant toute velléité de «contrôler la Libye» voisine.

«Nous n’autoriserons personne à contrôler la Libye (…) c’est une question qui relève de la sécurité nationale de l’Egypte», a déclaré M. Sissi, cité par plusieurs médias d’Etat.

Malgré le soutien dont elles bénéficient, les troupes du maréchal Haftar, qui espéraient une victoire rapide à Tripoli, ont échoué à rentrer dans la capitale, plus de huit mois après le début de leur assaut.

Le maréchal Haftar a annoncé jeudi dernier une nouvelle «bataille décisive» pour s’emparer de la capitale, sans résultats probants sur le terrain jusqu’ici.

Comments

//