noscript

Please Wait...

Jihad

Sayed Nasrallah: ’N’ayez point confiance en les Américains. Nous souhaitons la fin de la crise prochainement’

Sayed Nasrallah: ’N’ayez point confiance en les Américains. Nous souhaitons la fin de la crise prochainement’
folder_openRésumés des discours access_timedepuis un mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed

Le secrétaire général du Hezbollah sayed Hassan Nasrallah a prononcé une allocution télévisée durant laquelle  il a commenté les derniers développements politiques dans le pays. Voici les idées principales de son discours:

"Que la paix de Dieu soit sur vous, sur son Messager, sa famille, ses compagnons et tous les autres messagers.

J'ai trouvé qu'il est de mon devoir de vous parler après un mois pour évoquer la situation cruciale dans le pays, notamment en ce qui concerne la question gouvernementale. Je vais parler de quatre points: la dernière politique US, le dossier gouvernemental, la question sécuritaire et enfin le dossier vital.

1- la politique US envers la crise au Liban, comme dans tout autre pays, est la même. Les Américains interviennent immédiatement lorsque des protestations populaires sont déclenchées. Ils tentent d'exploiter ces manifestations à leur profit, sans tenir compte des revendications populaires. Ils se présentent comme s'ils dirigeaient eux-mêmes ces protestations et affichent leur disposition à fournir leurs aides. Mais en réalité, ils présentent des aides conditionnées qui servent leurs projets. On a assisté à cette politique dans plusieurs pays du monde.

Au Liban, lorsque les manifestations ont éclaté suite aux décisions erronées du gouvernement liées aux nouveaux impôts et taxes. Les responsables US ont longuement parlé de la question libanaise et se sont intervenus pour imposer leurs conditions.

Je voudrais commenter les propos US. La déléguée US à l'ONU a clairement déclaré que les troubles se poursuivront dans n'importe quel endroit où se trouve la main d'Iran. Elle a affirmé que son pays possède d'autres formes de pression pour imposer à l'Iran leurs conditions. Pompéo de son côté a dit que ce qui se passe en termes de manifestations vise à s'opposer à l'Iran. Pourtant dans les manifestations libanaises, nous n'avons jamais entendu des slogans contre l'Iran. Pis encore, les manifestants réclamaient que le Hezbollah participe à leur côté dans les protestations. C'est une appréciation erronée de la part des USA, dû aux mauvaises estimations et aux fausses informations fournies par leurs outils.

Au Liban, les Américains vont tenter d'exploiter les manifestations pour résoudre leurs crises. Ils ont alors pointé du doigt le Hezbollah qui représente pour eux le premier danger qui menace le peuple libanais.

Ils ont exercé des pressions pour jeter le Hezbollah hors du gouvernement et du pouvoir. Ils disent qu'ils veulent chasser le Hezbollah du Liban. C'est vraiment ridicule de leur part d'aborder la question libanaise de la sorte.

Les Israéliens pour leur part ont cherché à résoudre leurs crises liées aux blocs de pétrole. 

Pompéo a appelé le peuple libanais à se débarrasser du Hezbollah, prétendant que les Libanais en ont marre avec le Hezbollah, et a dit que les USA sont prêts à fournir tout soutien pour aider le peuple libanais.

Nous sommes fiers de représenter le premier danger réel sur l'Entité sioniste. L'Etat libanais est dans l'incapacité de riposter aux violations israéliennes qui ont construit un mur à la frontière, parce que tout simplement la résistance a laissé aux autorités le soin de traiter ces transgressions.

De même par rapport au navire d'exploration israélien, l'Etat libanais n'a pas pu dissuader l'ennemi de rebrousser chemin. Pour cela, le Hezbollah constitue un danger pour les intérêts US et israéliens.

Les Américains et les sionistes, qui n'ont pas pu vaincre le Hezbollah, veulent profiter des manifestations pour en finir avec le danger du Hezbollah.

Tout ce qu'ils ont fait pour se débarrasser du Hezbollah a échoué. Et ils demandent au peuple libanais d'assumer cette responsabilité. Ceci est un chantage US selon lequel les Libanais doivent renoncer à leur force défensive qui est la résistance, pour obtenir les aides US conditionnées.

Avez-vous confiance dans les promesses US? Je vous conseille de ne pas le faire. Regardez comment les USA abandonnent leurs alliés. Certains pays arabes ont renoncé à leur rôle stratégique et se sont affaiblis en échange de quelques aides US. Voyez-vous qu'ils sont vraiment sortis de leurs crises? Ils nous placent devant le choix de renoncer à notre souveraineté et notre indépendance. C'est de la pure provocation US contre les compatriotes libanais.

Le Liban est face à cette crise en raison des différends et des tensions communautaires. Si nous choisissons de nous unir pour le profit du pays, nous serons capables de sortir de la crise et de sauver le Liban. 

Certains médias arabes s'attellent à déformer ou même à fabriquer des propos attribués aux dirigeants iraniens.

Ils veulent embarrasser le Hezbollah et ses alliés les uns envers les autres, il nous faut de la patience pour s'assurer de la véracité des propos.

Certains pensent que si l'Iran est attaqué, celui-ci comptera sur ses alliés pour se défendre. L'Iran n'acceptera pas que quelqu'un d'autre riposte à sa place.

Ceux qui protestent ne doivent pas permettre aux Américains et aux Israéliens d'exploiter les protestations, sinon ce sera une grande perte.

2- concernant le dossier gouvernemental, nous avons dit dès le début que nous nous opposons à la démission du gouvernement, parce que la situation vitale ne peut pas supporter le vide politique. Lundi, on attend la tenue des consultations et la formation du gouvernement ne sera pas facile. Le temps perdu a fait payer cher au peuple libanais. Nous avons dit que nous préférons le maintien du gouvernement ainsi que les protestations, parce que ceci aurait pu exercer des pressions sur les responsables pour entamer des réformes en faveur du peuple libanais. Depuis, les crises vitales se multiplient quotidiennement et on ne parle plus de ces crises, mais de l'identité du nouveau premier ministre.

La majorité parlementaire assume la responsabilité de cette situation. Je voudrais être transparent:

Nous sommes devant des choix sur la question gouvernementale:

1- la formation d'un gouvernement unicolore, qui comprend seulement les alliés de la résistance. Nous nous sommes opposés à une telle alternative parce qu'elle exclut toute une communauté du pays. On réclamait toujours un gouvernement d'union nationale même quand on était hors du gouvernement. Le pays passe par la crise économique la plus cruciale de son histoire. De plus, tout le monde doit s'unir et assumer les responsabilités.

Un gouvernement unicolore pose des problèmes sur le plan international. Donc, ce n'est pas dans l'intérêt du peuple libanais de former un gouvernement pareil.

2- la deuxième option est la formation d'un gouvernement unicolore de la part du courant du Futur et de ses alliés. En réalité, c'est plus facile pour nous de nous mettre à l'écart et de nous retirer du gouvernement. De plus, comment vont-ils avoir  la confiance gouvernementale au Parlement alors que nous sommes la majorité?

3- nous passerons au choix du gouvernement de partenariat patriotique qui assure la plus grande représentativité du peuple, et permet à tout le monde d'assumer ses responsabilités. On propose donc un gouvernement dirigé par le président Saad Hariri. Mais ce choix n'a pas été réalisé en raison des conditions posées par Hariri, dont certaines éliminent des représentants.

4- le dernier choix est la nomination par Saad Hariri d'une personnalité à la tête du gouvernement. On a donc proposé les noms de Mohammad Safadi, de Bahij Tabbara, et Samir Khatib.

Les deux choix sont toujours valables.

Le groupe de soutien international a exigé un gouvernement de réformes, donc qui regroupe toutes les parties politiques pour sauver le pays.

A ce jour, les blocs parlementaires ne se sont pas mis d'accord sur le nom du premier ministre. Les consultations de lundi permettront de savoir qui sera nommé à la tête du gouvernement.

Passons au volet sécuritaire: je remercie les Libanais qui ont fait preuve de patience face au blocage des routes. Ces gens sont responsables, alors que certains oeuvraient à semer des troubles et des tensions. Je m'adresse à tout le monde de patienter pour éviter les confrontations.

Les médias du Golfe accusent le Hezbollah et Amal d'être derrière les troubles, mais ce n'est pas vrai. Nous avons fait preuve d'une grande retenue et nous avons réussi à contenir la situation. J'appelle les jeunes irrités au calme et à la patience pour ne pas entrainer le pays dans le chaos. Nous devons être responsables pour ne pas permettre à l'ennemi d'en profiter. Quand nous décidons de descendre dans les rues, nous sommes bien organisés et nos objectifs sont clairement annoncés.

Ceux qui bloquent les routes n'ont pas de couverture politique, ni populaire. Les forces de sécurité font leur possible pour préserver la stabilité. Inchallah, nous sommes proches de la fin de la crise.

Le dernier point que je voudrais évoquer est celui de la question vitale: le gouvernement des affaires courantes est responsable financièrement envers son peuple. De plus, les gens doivent s'entraider et éviter d'augmenter les prix des produits alimentaires ou autres. La situation actuelle affecte tout le monde. Il n'est pas acceptable de hausser les prix, ni de chercher à augmenter la marge de profit. Il est prohibé de s'accaparer de certains produits en ces moments. Tout ce qui est en rapport directement avec la vie du peuple ne doit pas faire objet de chantage. Cherchez d'autres moyens de pression pour obtenir vos revendications.

Nous espérons que le lundi prochain sera le jour de la nomination d'un nouveau premier ministre pour assurer une formation rapide du gouvernement qui s'attellera à régler les crises grandissantes du peuple"...   

//