noscript

Please Wait...

Liban: des dizaines de milliers de manifestants dans la rue, ingérence flagrante des USA

Liban: des dizaines de milliers de manifestants dans la rue, ingérence flagrante des USA
folder_openLiban access_time depuis 23 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec sites web

Les Libanais manifestent par dizaines de milliers depuis jeudi contre la classe politique accusée de corruption. Dans une ingérence flagrante dans les affaires intérieures du pays, des responsables américains critiquent l'incompétence du gouvernement libanais.

«Le peuple libanais est frustré par l'incapacité du gouvernement à donner la priorité aux réformes», a déclaré un responsable du département d'Etat américain interrogé par la chaîne panarabe Al-Hurra.

Ce responsable a ajouté que Washington «soutient le droit du peuple à manifester pacifiquement».

«La mise en place de réformes significatives peut ouvrir la voie à un soutien international de plusieurs milliards de dollars, mais cette décision revient aux Libanais», estime ce responsable.

Selon un autre responsable de la diplomatie américaine interrogé par la chaîne saoudienne Al-Arabiya, «des décennies de mauvais choix ont mené le Liban au bord de l'effondrement économique».

«Nous espérons que ces manifestations poussent le gouvernement à faire des réformes économiques», a-t-il ajouté.

Du nord au sud du pays, les Libanais ont défilé le dimanche 20 octobre pour exprimer leur ras-le-bol, au 4e jour d'un mouvement d'une ampleur inédite qui a paralysé le pays.

Partout, sous une nuée de drapeaux libanais, des foules compactes ont repris les slogans du «Printemps arabe» qui rythment désormais leur révolte: «Révolution, révolution», «le peuple veut la chute du régime»...

Ultimatum au gouvernement

Face à la pression de la rue, le Premier ministre libanais Saad Hariri avait donné vendredi trois jours à son gouvernement pour avaliser des réformes jusque-là bloquées par les divisions politiques, un ultimatum qui expire lundi en début de soirée.

Les principaux dirigeants politiques ont répondu dimanche à cet ultimatum, acceptant notamment de ne plus imposer de nouveaux impôts et un programme de privatisations, a indiqué un responsable du gouvernement sous couvert de l'anonymat.

Un conseil des ministres devrait donner lundi matin son approbation formelle, en présence du président de la République Michel Aoun.

Démission d’un parti pro-US

Tard dans la soirée de samedi 19 octobre, un parti pro-US, allié du Premier ministre Saad Hariri, a annoncé la démission de ses ministres, fuyant ses responsabilités.

«Nous sommes convaincus que le gouvernement n’est pas en mesure de prendre les mesures nécessaires pour sauver la situation», a estimé le chef du parti des Forces libanaises (FL), Samir Geagea.

«C’est pourquoi le bloc (parlementaire) a décidé de demander à ses ministres de démissionner», a-t-il ajouté.

L’armée appelle à s’exprimer de manière pacifique

Dans un communiqué, l’armée a appelé samedi les manifestants à «s’exprimer de manière pacifique sans porter atteinte aux biens publics et privés».

Les services de sécurité ont  arrêté plusieurs dizaines de personnes avant de les relâcher, selon l’Agence nationale d’information (ANI).

Les dernières manifestations ont été déclenchées par l'annonce inopinée jeudi d'une nouvelle taxe sur les appels effectués via les applications de messagerie Internet comme WhatsApp et Viber. Une mesure qui a dû être aussitôt annulée sous la pression de la rue.

Comments

//