noscript

Please Wait...

Manifestations en Irak: le président appelle à «cesser l’escalade»

Manifestations en Irak: le président appelle à «cesser l’escalade»
folder_openMoyen Orient access_time depuis 12 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

Le président irakien Barham Saleh a appelé lundi 7 octobre à «cesser l'escalade» après une semaine de violences ayant fait une centaine de morts, disant souhaiter «un dialogue national sans ingérence étrangère» pour satisfaire les demandes des manifestants.

Dans un discours télévisé en soirée, le chef de l'Etat a estimé que «ceux qui ont tiré sur les manifestants pacifiques et les forces de l'ordre sont les ennemis du peuple».

Barham Saleh a appelé l'ensemble des forces politiques irakiennes à un «dialogue politique franc et total» sans «ingérence de l'étranger» pour satisfaire les demandes des manifestants qui, a-t-il dit, ne sont «pas impossibles» à réaliser.

Il faudra, a prévenu le président Saleh, mettre en place des mesures pour éviter «le recours à la force excessive», que l'armée a reconnu avoir utilisée dans un quartier de Bagdad.

Après le chaos dans la nuit de dimanche à lundi à Sadr City, dans l'est de Bagdad, où 13 personnes ont péri dans les heurts entre manifestants et forces de l'ordre selon des sources médicales et policières, le commandement militaire a reconnu «un usage excessif de la force» et annoncé avoir «commencé à demander des comptes aux officiers qui ont commis ces erreurs».

Les autorités ont jusqu'à présent assuré s'en tenir aux «standards internationaux» et accusent des «tireurs non identifiés» de viser manifestants et forces de l'ordre.

Le gouvernement irakien a annoncé dimanche matin un décret comprenant 17 mesures sociales, allant de l’aide au logement à l’allocation de pensions aux jeunes sans emploi. Il a également décidé la construction de 100.000 logements.

Les autorités ont réclamé du temps aux manifestants pour mettre en place des réformes afin d’améliorer les conditions de vie des 40 millions d’Irakiens.

Né le 1er octobre d’appels sur les réseaux sociaux, le mouvement de contestation touche essentiellement la capitale Bagdad et le sud du pays depuis mardi dernier.

Selon plusieurs experts, la tournure violente de ces protestations laisse planer un doute sur leurs motivations réelles et montre une ingérence étrangère dans les manifestations.

Comments

//