noscript

Please Wait...

Jihad

Pour l’Iran, Washington est responsable de l’échec du dialogue

Pour l’Iran, Washington est responsable de l’échec du dialogue
folder_openIran access_timedepuis 3 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

Téhéran a rendu responsable dimanche Washington de l'échec d'un dialogue entre l'Iran et les Etats-Unis en marge de l'Assemblée générale des Nations unies à New York.

«La responsabilité de l'absence de dialogue à New York incombe directement au gouvernement américain», a déclaré à la presse le porte-parole du gouvernement iranien, Ali Rabii.

«Le président [iranien Hassan Rohani] était prêt à parler à toute les parties [du groupe] 5+1 [qui inclut les Etats-Unis, ndlr] en cas d'annulation des sanctions, mais le [président américain Donald] Trump n'était pas prêt à dissiper l'ombre des sanctions sur notre nation», a-t-il ajouté.

Téhéran et Washington sont à couteaux tirés depuis que les Etats-Unis se sont retirés unilatéralement en mai 2018 de l'accord international sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015, rétablissant du même coup des sanctions économiques contre l'Iran. Les deux pays ont frôlé un conflit armé direct en juin sur fond d'escalade militaire dans le Golfe et de multiplication.

Pour tenter de faire baisser la tension, la France a cherché à organiser une rencontre entre MM. Trump et Rohani en marge de l'assemblée générale annuelle des Nations unies qui s'achève mardi. Mais les deux hommes ont quitté New York sans s'être rencontrés.

Début septembre, M. Rohani avait déclaré que l'Iran excluait par principe l'idée de «négociations bilatérales avec les Etats-Unis». Il avait néanmoins ouvert la porte à des discussions avec Washington, «comme par le passé» sur les questions nucléaires, dans le cadre du format «5+1», si les Etats-Unis lèvent leurs sanctions.

Le format 5+1 correspond aux cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU (Chine, Grande-Bretagne, Etats-Unis, France et Russie) plus l'Allemagne, soit les six pays qui avaient négocié l'accord de Vienne.

Comments

//