noscript

Please Wait...

Le penseur juif Jacob Cohen à AlAhed : Il faut combattre le «régime sioniste» dans ses allégations de légitimité

Le penseur juif Jacob Cohen à AlAhed : Il faut combattre le «régime sioniste» dans ses allégations de légitimité
folder_openRapports access_time depuis 29 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par Touba Arar

Le combat contre le sionisme commence par des propagandes dont l'objectif est de saper la légitimité d’«Israël», parce que le sionisme va emmener le peuple juif à la catastrophe, a déclaré Jacob Cohen, penseur et écrivain français juif antisioniste, dans une interview accordée à notre site AlAhed.

1- Les élections israéliennes: comment vous commentez les résultats ?

D’abord c’était prévisible parce que depuis plusieurs mois la situation était dans une impasse. Il y a eu de nouvelles élections pourquoi ? parce qu’en effet Netanyahou ne voulait pas que le président nomme un autre pour former un gouvernement, c’est tout. Sinon on savait pratiquement que ceci n’allait rien changer. Et effectivement cela ne changera rien. Maintenant il va y avoir des tractations, personne ne peut dire ce qui va se passer. Un gouvernement d’Union nationale ? … Parce que le gouvernement de centre n’a pas de majorité pour gouverner, d'autant plus qu'il ne peut pas gouverner avec des Arabes, ce n’est pas possible. On ne peut pas mettre non plus 20% des religieux dehors, c’est très compliqué. De toute façon, pour nous, pour ceux qui soutiennent la Palestine, pour le monde arabe, rien ne changera, il ne faut rien attendre de n’importe quel gouvernement israélien qui sortira. On n’aura rien à attendre ni du point de vue de l’agressivité et de la violence, ni du désir de domination. La nature du sionisme est la même, quelles que soient les obédiences du gouvernement: gauche droite centre, ça sera toujours pareil.

2- Promesses d’Annexion faites par Netanyahu

Les sionistes sont des gens malins et cyniques, au lieu d’annexer la Cisjordanie d’un coup, ce qui aurait été désastreux sur le plan international et au niveau des citoyens parce qu’il aurait fallu désintégrer, donc ils préféraient annexer d’une façon différente aujourd’hui ils ont presque 800 mille colons. Personne ne peut imaginer qu’on fasse partir un seul colon. La rive du Jourdain qui est presque annexée de fait, il y a eu un nettoyage ethnique de toute la rive du Jourdain côté palestinien, et «Israël» a toujours prétendu que tout règlement pacifique avec les Palestiniens doit nécessairement inclure qu’ils (les Israéliens) gardent la souveraineté sur la rive du Jourdain. Pourquoi ? Pour des raisons de sécurité. Or tout le monde Poutine, la Chine, l’Inde, l’Europe, l’Amérique reconnaissent qu’«Israel», en signant la paix, doit avoir des garanties de sécurité, ça veut dire qu’il garde la main sur la rive du Jourdain. C’est une annexion de fait. Cela ne change pas grand-chose. En fait «Israël» se sent dans une situation diplomatique extraordinaire. Il peut faire ce qu’il veut. Donc pourquoi pas l’annexer juridiquement ? Cela ne change rien concrètement à l’affaire. Ce qui me désole c’est que l’autorité palestinienne fait semblant de protester mais elle sait qu’il n’y a rien à faire.

3- Quelle est la voie de défense contre «Israël» ?

La solution militaire doit s’exercer toujours, doit être là, il faut que l’ennemi sache qu’il n’aura jamais l’esprit tranquille, qu’il y aura une résistance armée, qu’il y aura des coups, ça c’est important quel que soit. Mais hier j’ai expliqué dans la conférence que combattre le régime sioniste c’est le combattre dans sa légitimité même. A mon avis, le combat contre le régime sioniste doit aussi venir de l’ouest de l’Europe, de l’Amérique. Ce sont les peuples qui feront fléchir le régime sioniste, du côté de la légitimité, du côté de la propagande. J’ai proposé que tous les groupements de résistance arabes fassent une alliance idéologique, politique, culturelle, intellectuelle, avec la plupart des organisations occidentales. Les opinions publiques en occident sont très anti-israéliennes, donc il faut saper la légitimité du régime sioniste. En occident on ne sait pas grand-chose sur le régime sioniste, par exemple on ne connait pas très bien le système de la détention administrative. C’est très grave qu’on ne le sache pas et je pense que la faute c’est le manque de coordination arabe avec l’occident pour faire connaitre cette situation. Hier j’ai donné l’exemple de Khalida jarrar, la député palestinienne emprisonnée sous le système de la détention administrative. Imaginez une campagne de 3 mois partout en Occident, en France, en Angleterre, aux Etats-Unis, en Australie, uniquement avec sa photo et son nom, et les prisonnières sans avocat, sans procès, sans droit. C’est la détention administrative. Il faut que ça rentre dans la tête des gens. Il est aussi important que n’importe quel autre combat, car «Israël» a peur qu’on remette en cause sa légitimité c.-à-d. le droit d’être ici dans cette région.

Par exemple on peut aussi faire campagne contre l’apartheid scolaire en «Israël». Il y a deux systèmes scolaires un juif et un arabe. Pas beaucoup de gens le savent. Il faut mener des campagnes massives et les répéter tout le temps, pour saper la légitimité du régime sioniste, et dire que ce pays ne veut pas la paix, il faut pousser «Israël» dans ses retranchements. Pour moi ces genres de combat idéologique, politique, intellectuel, sont beaucoup plus efficaces. La résistance a deux volets : militaire et culturelle, celle de la propagande. Je ne néglige pas la résistance armée, il faut qu’elle existe, il faut qu’elle se développe, que la force du Hezbollah soit maintenue. La menace de l’invasion de la Galilée, la menace des missiles, etc. Mais c’est aussi important pour moi qui vis en Europe, de voir une alliance entre les organisations arabes, qui font le combat pour la Palestine, et les autres organisations pour dire ce qu’est vraiment «Israël».

4- Y a-t-il une possibilité de former une puissance juive influente en face de l’Entité sioniste ?

Non. Aucune. Parce que les organisations juives à l’étranger ont quasiment bloqué toute possibilité de contestation c.-à-d. qu’elles ont mis la main sur toutes les institutions juives et donc on n’entend qu’une seule voix dans ces ONG. Bien sûr il y a de petites organisations qui contestent ici ou là, mais à l’heure actuelle elles n’auront pas la force de contrebalancer la puissance sioniste parce que l’organisation sioniste a même mis la main sur les religieux alors que, jusqu’en 1948 toutes les tendances religieuses dans le monde étaient antisionistes, d’après eux, il était interdit d’émigrer en masse en Palestine tant que le Messie (Jésus) n’était pas venu, donc il y avait un interdit religieux, et ça a changé en 1948. Aujourd’hui même, la grande majorité des Juifs religieux des Juifs orthodoxes acceptent le sionisme. Et donc ils sont tellement puissants dans tous les pays. En France il n’y a même pas de discussion, mais par exemple en Grande Bretagne, lorsque Corbyn essaye de s’opposer à «Israël», eh bien on lui jette l’antisémitisme à la figure. Moi je suis le premier en France à avoir parlé des sayanim. Les sayanim sont des Juifs sionistes français, anglais, américains, qui travaillent pour le mossad, qui aident le mossad, et ils sont très nombreux. Ils sont à peu près entre 40.000 et 50.000 dans le monde. Donc tous ces agents, ces Juifs qui travaillent dans le business, dans la politique, dans la publicité, à l’université, dans l’édition, apportent tout leur soutien à «Israël» et au mossad. Donc c’est très difficile pour un Juif qui conteste de pouvoir briser cette alliance. A mon avis, il ne faut pas attendre grand-chose pour le moment. Tant qu’on n’aurait pas dit à ces Juifs : Regardez vers quel précipice le sionisme nous mène. Moi, pourquoi je combats ? Parce que le sionisme va emmener le peuple juif à la catastrophe. Et donc parce que ça ne sera pas seulement ici mais dans le monde entier. Et donc il faut peut-être aussi diriger cette propagande dans ce sens-là. C.-à-d. regarder vers quelle catastrophe le sionisme nous entraine, une idéologie de guerre, de violence, de racisme, d’apartheid, etc.

5- Les sionistes accusent toute personne antisioniste d’être antisémite, quel est votre avis à ce propos ?

L’antisémitisme c’est une trouvaille extraordinaire du lobby sioniste. L’antisémitisme n’existait pas en Occident il y a 10, 15 ans, 20 ans. On ne parlait pas d’antisémitisme. C’est ça le travail de propagande. On a créé un problème entier. Il y a eu quelques cas comme ça et puis on a influencé les gouvernements. Un organisme juif sioniste a écrit une définition de l’antisémitisme : toute critique virulente contre «Israël» et contre le sionisme c’est de l’antisémitisme. Le BDS c’est antisémite, et donc on est arrivé aujourd’hui en Europe à ceci de terrible. L’antisémitisme devient l’ultime paravent pour empêcher toute critique d’«Israël». Le lobby juif domine d’une façon terrible. Je veux dire, les gens deviennent antisémites dans leur fond du cœur. Ils en ont marre de la domination juive mais ne peuvent pas le dire et donc il y a une terreur judeosioniste.

6- Quelle est la situation contemporaine des Juifs dans le Maghreb arabe ?

Tout d’abord il y a des Juifs au Maroc, il y a aussi une petite communauté en Tunisie. J’imagine qu’ils vivent correctement. Mais il ne faut pas oublier une chose, c’est que 99.5% des Juifs sont partis. Les Juifs étaient à peu près 400 mille au Maroc. Je dis à peu près parce qu’on n’a jamais su le chiffre exact.

Depuis 40 ans, tous les bacheliers juifs s’en vont en Europe, en France et ne reviennent pas au Maroc, c’est systématique. Donc même les familles qui sont là-bas, les familles qui sont au Maroc. Lorsque leurs enfants obtiennent le bac, ils s’en vont étudier à l’étranger et ne reviennent pas au Maroc. C.-à-d. il y a un sentiment chez les 2000 ou 3000 qui restent, que l’avenir de ces jeunes n’est pas dans ce pays. Et pourtant, pour cette communauté la situation est tout à fait convenable. C’est un peu comme une espèce en voie de disparition, comme des espèces protégées. Et puis le Maroc profite de ça pour dire : «Regardez nous sommes un pays de tolérance…», pour se donner une image. Mais bon c’est juste de la propagande. Les Juifs ne souffrent pas, mais en même temps ils n’ont pas une grande confiance en l’avenir pour leurs enfants.

7- Y a-t-il un mouvement d’émigration réciproque des Juifs, quittant «Israël» ?

Non il ne s’agit pas d’un retour de masse, mais plutôt des cas personnels. Il n’y a pas de retours de Juifs d’«Israël» vers d’autres pays, même pas vers l’Europe. Les portes de l’occident ne sont pas tellement ouvertes pour les Israéliens qui veulent s’établir. C’est très difficile de pouvoir travailler, etc. mais je peux vous dire ceci : Quand l’Allemagne et la Pologne ont offert aux descendants des refugiés (ceux qui ont subi l’Holocauste) la nationalité allemande et polonaise il y a eu des dizaines de milliers d’Israéliens qui ont pris le passeport. On ne sait jamais, donc il y aurait beaucoup d’Israéliens qui seraient prêts à partir.

8- Et les Juifs en Iran ?

Je n’ai pas de contact mais d’après ce que j’ai lu, c’est une minorité assez importante, 25000 ou 30000, qui vit correctement, qui a ses droits religieux, etc. et à mon avis ils n’ont pas de problème particulier. Ils ne subissent pas de harcèlement particulier. Ils ne sont pas discriminés, ils ne sont pas opprimés.

9- Comment les lobbys sionistes influencent-ils les politiques occidentales dans le Moyen-Orient ?

«Israël», comme je l’ai déjà dit, a créé un truc extraordinaire : les sayanim. Je regrette que le monde entier et les organes de propagande ne parlent pas suffisamment de sayanim. Imaginez dans un pays, aux USA par ex. vous avez 3000 Juifs sayanim qui travaillent dans le système bancaire. Imaginez 3000 ou 5000 qui travaillent dans le domaine audiovisuel : le cinéma, la TV, etc. et travaillent tous pour servir la propagande sioniste. En France par exemple, si vous prenez le marché publicitaire, c’est très important. C’est ce qui détermine l’avis des médias. Le système publicitaire en France est détenu au deux tiers par deux Juifs sionistes, il suffit de dire ça, c’est fini. Si un média s’amuse à faire des trucs contre «Israël», on lui coupe la publicité. Dans les maisons d’édition c’est pareil, il y a des sayanim. Dans les universités, dans la politique, dans les colonies, partout où on peut avoir de l’influence, il y a des sayanim. Le mossad envoie ses mots d’ordre aux sayanim. Ils contrôlent les médias en France pour empêcher toute prise de position pour la Palestine ou pour le Hezbollah, etc. Donc tout le monde dit que le Hezbollah est une organisation terroriste. C’est ça qui fait la force de la propagande sioniste, quand on a compris le système des sayanim, et qu’il est très difficile d’aller contre ce système.

 

Comments

//