noscript

Please Wait...

Washington se dit «prêt à riposter» aux attaques contre des installations saoudiennes

Washington se dit «prêt à riposter» aux attaques contre des installations saoudiennes
folder_openMoyen Orient access_timedepuis un mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec Sputnik

Donald Trump a exprimé sa solidarité avec l’Arabie saoudite qui a subi samedi 14 septembre des attaques de drones contre le plus grand site mondial de transformation de brut, et s’est dit prêt à «agir» dès que Riyad désignera «le coupable».

Les États-Unis se sont déclarés dimanche 15 septembre «prêts à riposter» aux attaques de drones la veille contre deux installations pétrolières d’Aramco à Abqaiq et à Khurais, qui ont entraîné une réduction de moitié de sa production.

«L'approvisionnement en pétrole de l'Arabie saoudite a été attaqué. Il y a des raisons de croire que nous connaissons le coupable, sommes prêts à riposter en fonction des vérifications, mais nous attendons que le Royaume [saoudien, ndlr.] nous dise qui il estime être le coupable de cette attaque, et sous quelle forme nous devrons agir!», a tweeté Donald Trump.

Dans un tweet précédent, le Président américain avait «autorisé l'utilisation du pétrole de la Strategic Petroleum Reserve, si besoin, pour une quantité qui reste à définir».

Quelques heures après l’attaque, les forces armées yéménites ont annoncé que dix drones yéménites ont visé deux installations pétrolières saoudiennes, affirmant que la banque de cibles yéménites en Arabie saoudite s’élargit jour après jour et que les attaques deviendront plus douloureuses.

L’opération baptisée : opération d’équilibre de la dissuasion numéro 2, intervient dans le cadre de riposte légitime et naturelle contre les crimes de l’offensive, ont indiqué les forces armées yéménites.

Selon le ministre de l'Énergie saoudien, Abdoulaziz ben Salmane, cité samedi par l'agence officielle SPA, 5,7 millions de barils par jour sont concernés par l'interruption partielle, soit près de la moitié de la production saoudienne, ou 5% du commerce quotidien mondial du pétrole.

Les États-Unis ont imputé les attaques à l'Iran, ce que la République islamique a nié, dénonçant des accusations «insensées».

Comments

//