noscript

Please Wait...

Le diplomate iranien Amir Moussavi à AlAhed: Téhéran a tenu à ses promesses envers le peuple syrien, malgré les procrastinations US

Le diplomate iranien Amir Moussavi à AlAhed: Téhéran a tenu à ses promesses envers le peuple syrien, malgré les procrastinations US
folder_openRapports access_timedepuis 3 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed

L’ancien diplomate iranien Amir Moussavi a déclaré samedi au site libanais AlAhed que le pétrolier iranien Adriyan Dariya 1 avait atteint la côte syrienne précisant que le navire avait déchargé sa cargaison et s’apprête à se diriger vers un autre port.

Dans une interview exclusive à AlAhed, M. Moussavi a révélé que le pétrolier était enregistré sous une société de marketing nord-coréenne.

«La cargaison a été déchargée pour le compte de la société nord-coréenne et non de l'Iran», a précisé le directeur du Centre d'études stratégiques et de relations internationales.

«L’Iran a réussi à briser la restriction imposée par les Etats-Unis à ses alliés», a souligné M. Moussavi, insistant sur le fait que «Téhéran avait tenu à sa promesse envers le peuple syrien en dépit des querelles et des procrastinations américaines qui ont duré quatre mois».

Et de poursuivre: «La cargaison sera livrée directement au citoyen syrien et contribuera à alléger les longues files d'attente devant les stations-service en Syrie».

Le diplomate iranien a en outre souligné que «les dernières déclarations du conseiller américain à la Sécurité nationale, John Bolton, confirment que l’Iran l’a irrité et l’a rendu incapable de prendre la moindre décision pour affronter» la République islamique.

«L'Iran a levé le siège imposé au peuple syrien et en a supporté toutes les conséquences», a conclu Amir Moussavi.

Un flou total régnait sur la destination finale du tanker et sur le sort de sa cargaison depuis son départ de Gibraltar, le 18 août.

Début juillet, Gibraltar avait arraisonné ce pétrolier, sous prétexte de «transporter du pétrole» vers la Syrie, en application des sanctions européennes contre la Syrie.

Le pétrolier a été autorisé à repartir «quand Téhéran a assuré que la cargaison de 2,1 millions de barils ne serait pas livrée à la Syrie», selon les autorités de Gibraltar.

Le porte-parole de la diplomatie iranienne, Abbas Moussavi, a pour sa part assuré que Téhéran n’avait pas donné de garanties concernant le fait que le pétrolier ne se dirigerait pas vers la Syrie.

Rebaptisé Adrian Darya 1, le pétrolier est passé sous pavillon iranien, et le drapeau du pays flotte à sa poupe. Il naviguait auparavant sous pavillon panaméen et portait le nom de Grace 1.

Comments

Breaking news

//