noscript

Please Wait...

Jihad

Sayed Nasrallah: Les lignes rouges n’existent plus, toute l’entité sioniste sera sous le feu de la Résistance

Sayed Nasrallah: Les lignes rouges n’existent plus, toute l’entité sioniste sera sous le feu de la Résistance
folder_openRésumés des discours access_timedepuis 4 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed

Commentant les derniers développements sur le terrain suite à l'opération militaire de la résistance au cœur des territoires occupés, le secrétaire général du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah a prononcé le discours suivant:

"Que la paix de Dieu soit sur vous, sur son Messager et sa sainte famille. Je vais commencer mon discours par remercier Dieu le Tout Puissant, et les combattants moudjahidines et commandants de terrain, qui ont déployé leurs efforts depuis huit jours, et ont travaillé jour et nuit, au long de la frontière avec la Palestine occupée pour parvenir à la fin par réaliser l'exploit qui va protéger le pays et dissuader l'ennemi.

Ces combattants opéraient à découvert sous les yeux de l'ennemi qui avait pris toutes les mesures de précaution et multiplier l'état d'alerte. Je remercie l'armée libanaise et la population du Sud qui sont restés dans leurs terres malgré les tensions et la confrontation.

Je remercie les dirigeants de l'Etat, les présidents qui ont suivi tous les détails des événements et qui ont adopté des positions que nous apprécions fort.

Je remercie aussi les médias pour leur couverture continue, et les analystes.

Pour évaluer ce qui est survenu sur le terrain, je commence par faire un bilan de la situation:

1- Au début, il y a eu les bombardements israéliens du village syrien Aqraba qui ont provoqué la mort en martyre des deux jeunes combattants Daher et Zbib. Quelques heures après, l'ennemi a envoyé deux drones piégés, portant des explosifs pour mener des explosions dans la Banlieue Sud. Et là je vous révèle un point important: cette opération a échoué. L'ennemi sait très bien ce qu'il est venu bombarder, mais il a échoué grâce à Dieu.

2- Après ces développements, nous avons dit que nous n'accepterons point le changement des règles d'engagement respectées depuis la guerre de juillet 2006.

Pour ce qui est des attaques ennemies sur le terrain, nous avons dit ouvertement que nous allons riposter à partir du Liban, de la frontière et peut-être des profondeurs des territoires palestiniens occupés. On aurait pu cacher notre intention de riposter, mais une grande partie de notre action est liée au facteur psychologique, et ceci est un grand défi relevé par la résistance. Depuis mon discours de dimanche dernier, l'ennemi vivait dans un état de crainte sans précédent. Depuis ce discours, l'ennemi a évacué ses soldats, ses casernes, ses postes militaires. Aucune patrouille n'a été observée sur place. L'ennemi a déserté les positions avancées. Toute une caserne qui renferme un centre de commandement a été complètement évacuée à la frontière et même à une distance de 5 à 7 km. Mêmes les colonies sont complètement inanimées. Tout le monde s'est réfugié dans les abris. Des mesures sécuritaires strictes ont été prises, et la batterie de défense antimissile aérienne a été activée. 

Donc, cet Israël qui se veut comme l'armée la plus puissante dans la région et le  pays arrogant le plus fort, a été paralysé à une distance de 5km de la frontière. C'est une forme de la faiblesse de l'Entité sioniste qui est une fois de plus assimilée à la toile d'araignée.

Du côté libanais, la vie était tout à fait normale. Les combattants étaient déployés dans leurs positions, les agriculteurs étaient dans leurs champs et les habitants se déplaçaient tout librement. De plus, la résistance a agi en plein jour et nous avons pris la décision de travailler pendant le jour. Cette résistance n'a pas bombardé à la ligne frontalière. Et malgré les cibles fictives comme les jeeps militaires à bord desquels ils ont installé des soldats mannequins. Ceci est un indice de notre force, de notre bravoure et de notre expertise.

Le plus important de cette opération c'est qu'elle a été exécutée en plein jour, et malgré les menaces et avertissements de tous les responsables israéliens. Sans oublier les médiations et les messages diplomatiques qui nous ont avertis contre toute riposte. Ce qui est important c'est que ni le Hezbollah ni les médiateurs n'ont été ébranlés devant ces menaces.

Quand nous faisions des opérations militaires par le passé, nous agissions à partir des fermes occupées de Chebaa. Cette fois, nous avons frappé au cœur des territoires occupées en 1948. Par cette opération, le Hezbollah a brisé la ligne rouge la plus cruciale pour l'ennemi.

L'Israélien, qui normalement détruit et bombarde tout à son passage, a fait tout hier pour contenir ses réactions. L'ennemi a choisi des cibles désertes, pour ne pas pousser le Hezbollah à élargir son champ d'action.

Nous avons ainsi institué une nouvelle équation sur le terrain: pour le Hezbollah, les lignes rouges n'existent plus parce que l'ennemi a tenté de changer les règles d'engagement.

Notre victoire réside dans cette nouvelle équation: quand vous nous attaquez, tout votre territoire situé au cœur des terres de 1948 sera  sous le feu de la résistance.

Retenez cette date: le 1er sptembre 2019 est une date historique qui marque une nouvelle période dans la défense et la protection du Liban. Plus de lignes rouges.

Dans les dernières années, nous évitions pour des raisons purement internes libanaises de riposter au survol des drones israéliens.

Aujourd'hui, nous avons confirmé le droit du Liban à défendre l'espace aérien libanais, et dorénavant, ceci fera partie de notre mode d'action. Nous allons confirmer sur le terrain cette équation.

Quand nous allons abattre le premier drone, certains vont nous dire que cette action va provoquer une tension dans le Liban. A ces gens je leur dis clairement: allez discuter avec les Israéliens pour mettre fin au survol des drones, parce que nous n'accepterons jamais ce fait.

Nous venons donc de terminer ce round de confrontation en imposant une nouvelle équation et en renforçant la force de dissuasion.

Voilà comment ce dirigeant idiot, éclaboussé par les affaires de corruption, a payé le prix de ses tentatives de changer les règles d'engagement.

Nous venons de tourner cette page en établissant de nouvelles équations, et dorénavant nous allons agir selon les nouvelles donnes. Nous allons riposter à toute nouvelle agression, et la prochaine fois nous ne reconnaitrons plus la présence de la ligne bleue.

Une fois de plus, nous remercions Dieu et les combattants pour ce grand exploit.

 

Comments

//