noscript

Please Wait...

L’Arabie saoudite est en pourparlers avec «Israël» pour acheter du gaz naturel

L’Arabie saoudite est en pourparlers avec «Israël» pour acheter du gaz naturel
folder_openMoyen Orient access_timedepuis 2 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec sites web

L’Arabie saoudite envisage d’acheter du gaz naturel à «Israël»,  dernier signe de la normalisation entre l’ennemi israélien et le royaume wahhabite, a rapporté jeudi l’agence de presse américaine Bloomberg.

«L’Arabie saoudite examine l’achat du gaz naturel à Israël», a déclaré Ayoub Kara, ancien député pour le «Likoud» à la «Knesset», cité par l’agence américaine.

«Tel-Aviv et Riyad ont discuté de la construction d’un gazoduc reliant la ville d’Eilat à l’Arabie saoudite», a-t-il précisé, en référence à la ville palestinienne d’Eilat, occupée par «Israël» et située dans le golfe d’Aqaba, à environ 40 kilomètres de la frontière. Elle a été choisie pour sa proximité avec l’Arabie saoudite.

Le document soulignait que le projet énergétique de cette ampleur nécessiterait l’existence de relations diplomatiques officielles entre l’entité sioniste et l’Arabie saoudite. «Ce qui suscitera très probablement une vague de réactions au niveau du Moyen-Orient. Cela alors qu’Israël fait l’objet de virulentes critiques pour ses comportements vis-à-vis des Palestiniens qui vivent dans la bande de Gaza et en Cisjordanie» occupée.

Selon Bloomberg, «Israël voit en l'Arabie saoudite un client enthousiaste qui projette d'investir plus de 150 milliards de dollars dans le secteur gazier afin de subvenir à ses besoins en une électricité aux coûts réduits».

L’agence de presse américaine a ensuite évoqué une «alliance secrète» entre «Israël» et l’Arabie saoudite contre l’Iran. «Ce n’est pas facile de donner un aspect officiel à cette alliance», indique-t-elle.

Ayoub Kara était l’un des conseillers les plus proches du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu,  chargé des relations avec les pays arabes et l’un des rares ministres israéliens à avoir comparu publiquement dans un État du Golfe l’année dernière.

Comments

//