noscript

Please Wait...

Que s’est-il passé dans les coulisses de la rencontre avec sayed Nasrallah ?

Que s’est-il passé dans les coulisses de la rencontre avec sayed Nasrallah ?
folder_openPresse arabe access_timedepuis 2 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par Imad Marmal *

L’interview du secrétaire général du Hezbollah, sayyed Hassan Nasrallah, avait de nombreuses connotations, en raison de la divulgation des positions et des informations sensibles. Mais ce qui a été diffusé sur la chaine télévisée n’était pas tout, les coulisses dissimulent beaucoup de détails, et sans elles la scène ne se complète pas.

Vendredi dernier, vers 19 heures, la trajectoire vers l'interview télévisée prévue avec le secrétaire général du Hezbollah sur la chaine Al-Manar a commencé. Les mesures de sécurité sont pareilles dans ce genre de situation, en ce qui concerne le changement de voitures à plusieurs reprises et à plus d'un endroit. Les rideaux noirs recouvrent les fenêtres des voitures, il est donc impossible de reconnaitre les zones traversées ou de localiser la destination prévue une fois le «tour de camouflage» terminé.

Remarquablement, à chaque arrêt nécessitant un changement de voiture, mes accompagnateurs étaient très polis et s’excusaient pour les inconvénients et les mesures de précaution adoptées. L'enthousiasme suscité par la rencontre avec son éminence à une époque extrêmement complexe et alimentée par des dossiers sensibles a contribué à atténuer les mesures pénibles. De plus, la bonté des accompagnateurs a également facilité le voyage. Peu de temps après, nous sommes arrivés à la destination prévue pour l'interview. Il s'agissait d'une grande salle où une petite partie était transformée en studio de transmission, tandis que la salle de réception se trouvait en face, il y avait des canapés autour d’une table où il y avait des tasses de thé et des assiettes de dattes, de noix et de raisins secs.

Immédiatement, les assistants de sayed nous ont reçus chaleureusement alors que l'équipe finalisait les détails du studio, qui a été «conçu» de manière à convenir la personnalité interviewée et l’évènement commémoré celui de la guerre de Juillet. Vers 8h30, sayed Nasrallah arriva avec le sourire, signe de bonne humeur et de satisfaction. Après s’être serré dans les bras, sayed examina le studio, surveillant les derniers détails et exprimant son opinion sur certains points. Il s'assit sur son siège pour le tester, quelques instants avant l’entretien, il signala qu’il n'était pas assez confortable, suggérant de le remplacer par un autre plus approprié.

Quelques minutes avant le début de l’interview, son éminence nous a dit que «ce soir, je vais surprendre les israéliens par une carte géographique leur montrant comment ils sont exposés aux roquettes de la résistance». À ce moment-là, nous avions compris que l'interview serait exceptionnelle et le chef d'équipe a rapidement demandé au photographe de prendre de près la carte lorsque sayed Nasrallah commence l’explication.

Nous nous renseignons sur la santé de son Eminence, il nous rassura qu’il était en bonne santé, nous lui rappelons qu’il essayait de perdre du poids, il souriait en signalant qu’il avait pris un peu de poids pendant le mois de Ramadan dépassant la limite prévue.

Il est 21h00, c'est l'heure du début de l’interview diffusée en direct, l’émission a débuté par la question primordiale celle de la guerre de juillet et des équations établies à la suite de la guerre, sayed Nasrallah a profité de l’occasion pour envoyer des messages à l’entité israélienne. Pendant la première pause, l’un des assistants de sayed entra pour lui donner un compte rendu des premières réactions à ses propos, notamment au sein de l’entité israélienne, notant que certains médias israéliens ont intitulé ce dernier discours du «discours de la carte». Sayed Nasrallah fit un grand sourire laissant entendre que le premier  lot de messages avait atteint sa cible.

L’entretien se poursuivit, et sayed Nasrallah présenta les défis auxquels sont confrontés la région et le Liban, complétant le tracé des équations stratégiques.

Pendant le deuxième intervalle son éminence reprit son souffle avec un verre de jus de carotte, avant de reprendre l'interview, pour achever ce qu'il avait commencé. Trois heures et demie plus tard, la plus longue interview de sayed Nasrallah s’est achevée. Les gens autour de lui commençaient à exprimer leurs avis en ce qui concerne l’interview, alors que les signes de satisfaction et de contentement apparaissent sur son visage, malgré les longues heures de dialogue. Après avoir discuté du contenu de l’émission et de ses impacts potentiels, sayed Nasrallah nous permettra de poser avec lui. Entretemps, un homme sur place a soulevé la question des examens officiels et des résultats, sayed Nasrallah ne manque pas une occasion pour faire un commentaire plaisant disant «si mon fils avait obtenu un résultat supérieur, certains l'auraient attribué au Hezbollah et à ses armes», a-t-il déclaré, «il me suffisait qu’il réussisse».

Son éminence nous fait ses adieux puis s'en alla calmement, avant que nous quittions les lieux, en adoptant les mêmes mesures de sécurité alors que les échos de l’entretien venaient de partout autant de l'intérieur que de l'extérieur.

* Article paru dans le quotidien libanais AlJoumhouriya, traduit par l'équipe du site 

 

 

 

Comments

//