noscript

Please Wait...

Priver la Turquie des F-35 serait du «vol», selon Erdogan

Priver la Turquie des F-35 serait du «vol», selon Erdogan
folder_openAsie access_timedepuis 5 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé que priver la Turquie de l’avion furtif américain F-35 en guise de sanction pour l’achat d’un système de défense antiaérienne russe serait du «vol», dans des propos rapportés par la presse jeudi.

«Si vous cherchez un client, qu’il y en a un, qu’il paie en temps et en heure, comment pouvez-vous ne pas lui donner son bien? Cela serait du vol», a déclaré M. Erdogan, cité par le quotidien turc Hürriyet.

«Jusqu’à présent, nous avons payé 1,4 milliard de dollars» pour l’achat de 116 appareils F-35, a ajouté le président turc, parlant à des journalistes à l’issue de visites en Chine et au Japon.

Washington a donné jusqu’au 31 juillet à la Turquie pour qu’elle renonce à l’acquisition des batteries de missiles antiaériens S-400 russes, que les Etats-Unis considèrent comme «incompatibles» avec le F-35 car ils pourraient «percer leurs secrets technologiques». Faute de quoi, Ankara sera sanctionné.

Mais après une rencontre avec le président américain Donald Trump en marge du G-20 au Japon la semaine dernière, M. Erdogan s’est dit convaincu qu’il n’y aurait pas de sanctions.

Selon lui les premiers S-400 doivent être livrés à la Turquie dans la première moitié de juillet.

Le porte-parole du président turc, Ibrahim Kalin, a indiqué jeudi que les S-400 seraient livrés «très prochainement», et a balayé l’hypothèse, régulièrement soulevée par des observateurs, selon laquelle Ankara recevrait les batteries russes mais ne les déploierait pas afin de ménager Washington.

«La Turquie va utiliser les S-400 de façon active», a déclaré M. Kalin lors d’une conférence de presse à Ankara, ajoutant que les responsables militaires n’avaient pas encore décidé du lieu où les systèmes russes seraient déployés.

Comments

//