noscript

Please Wait...

Affaire Khashoggi: il faudrait déplacer le G20 de Riyad, dit une experte de l’ONU

Affaire Khashoggi: il faudrait déplacer le G20 de Riyad, dit une experte de l’ONU
folder_openMoyen Orient access_timedepuis 5 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

Les grandes puissances devraient revenir sur la tenue du prochain G20 en Arabie saoudite si des comptes ne sont pas rendus concernant l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, a dit mardi l'experte de l'ONU qui a enquêté sur sa mort.

Agnès Callamard, la rapporteuse spéciale de l'ONU sur les exécutions extrajudiciaires, avait affirmé à l'issue de près de six mois d'investigation avoir rassemblé suffisamment de «preuves crédibles» pour justifier l'ouverture d'une enquête internationale afin d'établir les rôles de hauts responsables saoudiens dans ce crime, y compris le prince héritier Mohammed ben Salmane.

Lors d'une visite à Washington, Mme Callamard a jugé que le prochain Sommet du G20, prévu pour novembre 2020 à Riyad, offrait une occasion de faire pression sur l'Arabie saoudite.

«Une prise de responsabilité politique pour M. Khashoggi veut dire qu'il [le Sommet] ne se tiendra pas ou qu'il sera déplacé, ou que quelque chose est en train d'être fait pour garantir que le système politique aux États-Unis et dans d'autres pays ne devienne pas complice de ce crime international», a souligné la rapporteuse spéciale de l'ONU.

L'experte de l'ONU a affirmé qu'il était crucial de reconnaître qu'un État avait mené l'assassinat de Khashoggi, l'avait tué puis démembré dans l'enceinte du consulat saoudien à Istanbul en octobre. Le Saoudien collaborait notamment avec le Washington Post et résidait aux États-Unis.

«Jusqu'ici les gouvernements occidentaux qui ont adopté des sanctions individualisées et ciblées - ce qui, par ailleurs, est très bien - vendent aussi la théorie [d'agents] «voyous» en faisant cela», a-t-elle dit, en référence au fait que Riyad dit que des agents ayant agi de leur propre chef sont responsables du meurtre.

«Il est donc très important d'insister sur ce que nous faisons vis-à-vis de l'État d'Arabie saoudite, pas [à l'égard] de 15, 17 individus», a-t-elle ajouté.

Elle a aussi appelé à des sanctions pour restreindre l'accès des Saoudiens à la technologie de surveillance, affirmant qu'on ne pouvait «faire confiance» au gouvernement sur cette question.

L'administration Trump a sanctionné des individus dans cette affaire, mais a promis de garder des liens étroits avec Riyad, en partie en raison de ses achats d'armes américaines et de son hostilité à l'Iran.

Samedi, Donald Trump a loué le «travail extraordinaire» du prince héritier Mohammed ben Salmane.

Comments

//