noscript

Please Wait...

Discours à l’occasion de la reconnaissance du président américain de la souveraineté israélienne sur le Golan

Discours à l’occasion de la reconnaissance du président américain de la souveraineté israélienne sur le Golan
folder_openDiscours complets access_timedepuis 8 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Au nom de Dieu

Je voudrais commencer par présenter mes vœux aux musulmans et aux chrétiens pour les fêtes que nous avons célébrées ces quelques jours, et qui nous permettent de nous retrouver tous pour rendre hommage à la Vierge Marie et à Jésus Christ en plus de fêtes purement musulmanes.

En même temps, certains peuples musulmans célèbrent ces quelques jours le début de l’année solaire de l’hégire. Il s’agit des frères en Iran et des Kurdes et certains peuples d’Asie centrale. Je voudrais donc aussi leur présenter mes vœux.

En même temps, nous célébrons aussi certaines occasions tristes, comme celle du martyr de l’imam Moussa al Kazem qui  est très importante en Irak. Je voudrais donc exprimer ma peine au peuple irakien, à tous nos frères en Irak, autorités religieuses, commandement, gouvernement, parlement, partis politiques, forces armées, organisations de la résistance, la Force de mobilisation populaire etc. Je voudrais leur exprimer aussi ma solidarité avec eux à la suite de la tragédie de Mossoul en souhaitant aux proches des victimes la patience et le courage et aux blessés la guérison.

Je voudrais aussi rendre hommage à nos frères à Gaza, à leur résistance et à la façon courageuse dont ils font face à l’agression israélienne. Je rends aussi hommage à nos frères en Cisjordanie et à leurs martyrs tombés ces derniers jours, en particulier le martyr courageux et héroïque en dépit de son jeune âge, je parle du moujahed Omar Abou Layla. Je rends aussi hommage aux otages palestiniens dans les prisons israéliennes qui ont mené ces derniers jours des confrontations héroïques.

Il faut aussi que je rende hommage au peuple yéménite, à l’armée, aux commissions populaires et aux frères à Ansarallah et à tous ceux qui se tiennent à leurs côtés, au moment où la guerre entame sa cinquième année. Nous avons d’ailleurs vu à cette occasion, les manifestations gigantesques à Sanaa, à Saada et dans d’autres villes du Yémen. Ces manifestations sont une preuve de la volonté de résistance du grand peuple du Yémen.

Chers frères et sœurs, mon discours d’aujourd’hui était au départ destiné à commenter la visite du secrétaire au Département d’Etat américain Pompéo à Beyrouth, ses déclarations, ses entretiens  et ce qu’il a demandé aux responsables et aux forces politiques du Liban. Mais je voudrais commencer par l’événement important qui s’est produit et qui consiste dans la reconnaissance officielle américaine de la souveraineté israélienne sur le Golan et par conséquent, l’annexion du Golan à l’entité israélienne.

Nous avons tous vu comment Trump a signé le document en présence du Premier ministre ennemi Benyamin Netanyahu. Il s’agit évidemment d’un tournant dans l’histoire du conflit arabo-israélien et des dangers qui menacent notre terre, nos lieux sacrés et l’avenir de notre région et de notre oumma.

Les condamnations ne servent plus à rien. Je voudrais commencer par parler des signaux adressés à travers cette reconnaissance américaine. Cette reconnaissance de la part de Trump et la rapidité de la signature officielle comportent des signaux évidents. D’abord, elles indiquent  un mépris total à l’égard du monde arabo-musulman.  Qaudn je parle du monde arabo-musulman, ej veux dire un milliard et 500 millions de musulmans, des dizaines de pays et de gouvernements, des centaines de millions d »’arabes, avec les dirigeants desquels Trump s’est réuni. Tous ceux-là étaient unanimes pour considérer le Golan  comme une terre syrienne arabe occupée par les Israéliens. Malgré cela, il n’a pas tenu compte de leur opinion et il n’a fait aucun cas de la possibilité qu’ils s’opposent à sa décision, ou qu’ils en soient gênés ou qu’ils se sentent humiliés. Que cette décision leur fasse du tort auprès de leurs populations respectives ne l’a pas dérangé un seul instant lorsqu’il a pris sa décision. Il s’agit d’une position unanime indépendamment du conflit entre certains Etats et régimes avec le commandement syrien, ou avec l’Etat actuel en Syrie.

Trump s’est comporté de cette façon, alors que de nombreux Etats arabes et musulmans sont des alliés des Etats-Unis et leurs amis. En tout cas, ils ne sont pas ni des adversaires ni des ennemis. Il a agi ainsi sans tenir compte d’eux tous, juste pour servir les intérêts d’Israël. Après la décision sur Jérusalem, c’est donc maintenant le Golan. Le monde arabo-musulman dans son ensemble doit désormais mesurer le peu d’importance qu’il a aux Etats-Unis et chez l’administration Trump en particulier.

Deuxièmement, la décision de Trump montre un total mépris à l’égard des décisions internationales et de droit international. Le monde entier avait reconnu que le Golan était une terre syrienne et arabe occupée. Mais Trump n’en a pas tenu compte. Il n’a d’yeux que pour les intérêts d’Israël et il confirme le fait que son administration est arrogante et ne tient aucun compte de l’ONU, du Conseil de sécurité, du droit international, des institutions internationales et de la communauté internationale. Cette administration utilise simplement ces titres lorsque cela sert ses intérêts. Mais lorsque ces titres ne servent pas ses intérêts, elle les bafoue sans vergogne. Cela confirme aussi le fait que les décisions internationales et ce qu’on appelle la communauté internationale ne peuvent pas protéger les droits des peuples sur un territoire ou à la souveraineté ou encore à récupérer un territoire occupé comme c’est le cas du Golan. Toutes les institutions internationales, le secrétaire général des Nations Unies et autres sont impuissants face à la tyrannie américaine. C’est aussi un élément dont il faut tenir compte.

Troisièmement, ce qui s’est passé hier montre que pour les Etats-Unis, la priorité absolue est à Israël. Certes, toute l’histoire le montre, mais il y avait pour certains, un débat sur cette question. Toutefois, il est désormais clair que pour les administrations successives américaines, et en particulier pour l’actuelle, tout intérêt qui est contraire à celui des Israéliens n’existe pas. Il en est de même pour les lois, les valeurs, les principes, les dignités. Les Etats-Unis ne tiennent compte ni de leurs alliés, ni des valeurs, ni des lois ou des accords dès qu’il s’agit d’Israël. Leur seul souci est de l’appuyer, de la renforcer et de la protéger. Il faut tenir compte de cette constante américaine qui rend impossible un rôle de médiateur honnête des Américains dans ce qu’on appelle le processus de paix dans la région, basé sur le principe de la terre contre la paix. Les voilà donc qui prennent la terre, avec ses Lieux sacrés et ils ne réclament pas la paix en contrepartie. Ils veulent simplement une normalisation des relations. Comme ils l’ont fait avec Jérusalem, ils ont pris la terre, sans se soucier de la paix.

Je vais donc attirer l’attention sur plusieurs points pour qu’ils servent de base aux positions, aux réflexions, à l’éveil.

1-Lorsque le monde et en particulier le monde arabo-musulman s’est tu face à la décision de Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël, il lui a permis d’aller encore plus loin. Si Jérusalem qui est l’une des villes les plus chères au cœur des musulmans et des chrétiens, une ville symbolique s’il en est, a été donnée aux Israéliens sans que nul ne bronche, toutes les autres terres arabes et musulmanes peuvent donc être annexées. C’est vrai que chaque terre arabe et musulmane est sacrée, mais Jérusalem l’est plus que toutes les autres...

Ce qui a donc permis à Trump d’oser prendre la décision sur le Golan, c’est la position du monde arabo-musulman à l’égard de Jérusalem. C’est pourquoi nous devons désormais nous attendre à ce que Trump dise qu’il reconnaît la souveraineté israélienne sur la Cisjordanie, puisqu’il s’agit d’une revendication israélienne et sionistes.  D’ailleurs, ils appellent la Cisjordanie la Judée et la Samarie et ils considèrent qu’elle fait partie de l’histoire sacrée des Juifs et des sionistes. De plus, les efforts de colonisation en Cisjordanie sont un indice inquiétant à ce sujet. Je le dis en premier pour nos frères palestiniens.  La Palestine, votre Palestine ne sera plus que Gaza et il y aura des négociations, comme par exemple ce qu’on appelle le deal du siècle, avec l’Etat égyptien pour qu’il vous donne une partie du Sinaï. Cette portion de territoire pourrait être achetée par des fonds arabes, non israéliens ou américains. Ce sera le deal du siècle et point final.

2-Après le Golan, nous devons nous attendre à chaque moment que Trump décide de reconnaître la souveraineté israélienne sur la Cisjordanie. La réponse véritable du monde arabo-musulman ( je ne parle pas de la Ligue arabe, car elle n’existe plus) existe. Elle exige un peu de courage. Elle aurait pu avoir lieu après la décision sur Jérusalem, mais parlons-en pour le Golan. Dans quelques jours, un sommet arabe se tiendra à Tunis. Je ne demande pas qu’on déclare la guerre contre Israël ou quoique ce soit du même genre. Il y a quelque chose qu’on appelle « l’initiative de paix arabe » que les Israéliens ne voient d’ailleurs pas et dont ils ne tiennent aucun compte. Mais s’il y a un minimum de décence, de dignité, de conscience, les dirigeants arabes réunis à Tunis devraient retirer cette initiative qui avait été lancée au cours du sommet de Beyrouth en 2002. Ils devraient la retirer et revenir au point de départ. Ce serait la réponse la plus simple qui a une valeur politique et morale. Si cette réponse n’est pas faite, après le Golan, il y aura la Cisjordanie et avant Jérusalem.

3-Tous ceux qui hésitent encore et misent sur des négociations ou autres doivent désormais comprendre que le seul choix  pour les Syriens de reprendre le Golan, pour les Libanais de reprendre les fermes de Chebaa, les collines de Kfarchouba et une partie du village de Ghajar et de préserver leurs ressources en eau, en pétrole et en gaz, et pour les Palestiniens de retrouver ses droits légitimes, c’est la résistance, la résistance et encore la résistance. Surtout que nous sommes dans une époque où la résistance est en train de remporter des victoires et où l’axe de la résistance est fort, alors que les Etats-Unis qui multiplient les menaces et veulent imposer leurs choix, traînent derrière eux des défaites et des déceptions dans plusieurs champs de batailles et scènes de confrontation et que les décisions internationales n’ont plus aucune valeur, face à la logique de la force utilisée par Trump et par ceux qui l’ont précédé.

J’en arrive au sujet libanais  et à la visite de Pompéo à Beyrouth.

Dans la forme : nous avons vu le ministre des Affaires étrangères de l’Etat le plus fort au monde tenir des rencontres et effectuer des visites à plusieurs responsables libanais. Nous l’avons vu lire un communiqué écrit au ministère libanais des Affaires étrangères. Chaque mot y était pesé et il n’y avait aucune place à l’improvisation. Selon le texte écrit que j’ai demandé aux frères de se procureur, il a prononcé 18 fois le mot Hezbollah. Certains disent plus. Mais voilà ce que j’ai lu. Il a aussi mentionné 19 fois le nom de l’Iran. Tout cela en quelques minutes : 18 fois Hezbollah et 19 fois Iran, sur un ton cassant. Il a aussi refusé de répondre à la moindre question, comme s’il se faisait une déclaration solennelle avant de partir. Chacun peut interpréter cette forme à sa convenance. Certains peuvent y voir de l’arrogance, d’autres une faiblesse dans la logique et les arguments qui pousse à éviter les questions des journalistes libanais. En ce qui concerne, cette forme flatte notre égo. Finalement, le Hezbollah est un parti libanais et le Liban est un petit pays sur le plan géographique et à l’échelle du monde. Malgré cela, le ministre des Affaires étrangères du pays le plus puissant de monde considère le Hezbollah comme son ennemi et son problème au point de le mentionner 18 fois dans son communiqué ( L’Iran est quand même une puissance régionale, mais le Hezbollah...) et d’en faire probablement le principal sujet  de ses entretiens avec les responsables libanais. En fait, cela nous flatte.  Dans la forme toujours, cela nous fait plaisir que les Etats-Unis nous considèrent  à ce point comme des ennemis, alors que dans notre culture, l’administration américaine est « Le Grand Satan ». Si, donc, le Grand Satan est fâché de nous, cela signifie que Dieu est avec nous. Nous faisons partie d’une école qui dit : lorsque les Etats-Unis sont d’accord avec nous, c’est que nous devons revoir nos positions, dans notre approche et notre comportement. Ce qu’a donc dit Pompéo à notre sujet nous a donc rassurés et nous a montrés que nous sommes sur la bonne voie et que nous adoptons la bonne position.

Sur le fond : Je n’ai lu, dans le communiqué de Pompéo ( je parle du texte officiel publié par l’ambassade américaine à Beyrouth), aucune phrase vraie ou sincère, conforme à la réalité. Je n’ai rien trouvé dans ce qu’il a dit qui justifie que les Libanais s’en prennent au Hezbollah ou l’affrontent. Mais avant d’entrer dans les détails, je voudrais dire qu’il ne s’agit pas de simplifier ce que Pompéo a dit et de considérer qu’il s’agit d’une déclaration prononcée avant d’être oubliée et de passer à autre chose.

Il faut être conscient que les Etats-Unis mènent une bataille dans la région en faveur d’Israël, sur toutes les scènes et partout. L’une des scènes est le Liban.

Si vous avez remarqué il a parlé du Liban, de sa stabilité et de sa prospérité. Il n’a pas mentionné Israël. Il a dit que le Hezbollah est le problème du Liban depuis 34 ans. Bien entendu, il n’a pas évoqué Israël, ni l’existence d’une entité agressive à proximité du Liban qui l’a envahi à plusieurs reprises, y a perpétré des massacres et y a fait des milliers de prisonniers pris en otages, des femmes et des hommes, dans les geôles de Khiam, de Ansar ou de Atlit ou encore dans les geôles en Palestine occupée. Israël qui viole tous les jours la souveraineté israélienne dans l’espace aérien ou maritime, qui construit un mur en terre libanaise, face au silence international, qui empêche le Liban d’exploiter ses ressources maritimes et menace de détruire le Liban tous les jours, tout cela n’existe pas pour Pompéo. Pour lui, les Libanais doivent avoir le courage de se révolter et d’affronter leur seul problème, le Hezbollah.

Je vais commencer par ce grand mensonge. Je m’adresse au peuple libanais et aux responsables, même ceux qui considèrent que le Hezbollah est un problème. Je leur pose la question : est-ce vrai que le Hezbollah est le seul problème du Liban ? Il a dit que le Hezbollah est une entrave aux rêves des Libanais !

Le peuple libanais rêve de reprendre ce qui reste de son territoire occupé, de la continuation de la sécurité et de la paix civile. Il rêve que cette stabilité et cette sécurité ne soient pas remises en cause ou ébranlées. Il rêve de ne pas être attaqué ou agressé, ni lui, ni sa souveraineté, ni son eau, ni sa terre. Le peuple libanais rêve d’un Etat où il n’y a pas de corruption, de gaspillage, de dilapidation de fonds, un Etat juste et fort capable de le protéger et de lui donner ses droits. Il rêve d’un Etat qui puisse lui assurer  une vie digne, qui protège ses intérêts et veille sur eux. Ce sont les rêves de base des Libanais et le Hezbollah constitue une entrave, un obstacle face à leur réalisation ? Ou bien le Hezbollah fait-il partie des forces  sur lesquelles les Libanais attachent de l’espoir en vue de la réalisation de leurs rêves ?

L’obstacle à la réalisation des rêves des Libanais c’est Israël et ceux qui l’appuient, à leur tête Pompéo, ceux qui empêchent le Liban d’exploiter ses ressources, ceux qui imposent des sanctions sur les banques libanaises et menacent de les augmenter, ceux qui empêchent le retour chez eux des déplacés syriens, ceux qui empêchent le retour chez eux des réfugiés palestiniens... C’est ceux-là qui empêchent le peuple libanais de réaliser ses rêves.

2-Pompéo déclare : Le Hezbollah a mis le peuple libanais en danger pendant 34 ans en raison de des décisions unilatérales qui ne sont soumises à aucune demande de comptes et qui concernent la paix et la guerre, ainsi que la mort ». Il parle ainsi de la résistance. Il ne parle pas de la Syrie à laquelle il a consacré un point entier. Là, il parle de la résistance pendant 34 ans dont le Hezbollah était une partie importante, mais qui ne se limite pas à lui. Mais M.Pompéo et ceux qui l’appuient, qui est-ce qui a mis en danger le peuple libanais, non seulement depuis 34 ans mais depuis 1948 ? C’est Israël que les Etats-Unis appuient et protègent. Par contre, la résistance, dont le Hezbollah, est celle qui a éloigné le danger du Liban, qui a bouté l’occupant hors du Liban, alors que vous autres, vous vouliez maintenir l’influence et le contrôle israéliens sur le Liban à travers l’accord du 17 Mai que vous aviez parrainé. Le danger vient donc d’Israël et le Hezbollah ainsi que l’ensemble de la résistance ont permis de l’éloigner.

3-« Que ce soit à travers ses promesses politiques ( il veut dire mensongères), dit Pompéo ( Vous allez découvrir avec moi qu’il n’y a aucune phrase vraie dans sa déclaration)ou à travers les menaces directes sur les électeurs, le Hezbollah est représenté au Parlement et dans d’autres institutions de l’Etat et se présente comme appuyant ce dernier ». De la sorte, Pompéo répond aux responsables libanais  qui lui ont dit que le Hezbollah est représenté au Parlement et au gouvernement. Il conteste donc la représentativité du Hezbollah en disant qu’il a obtenu ses députés en faisant pression sur les électeurs ou en leur faisant des promesses mensongères.  Nous autres, nous faisons des promesses mensongères ?! Mettons cela de côté. Nous faisons pression sur les électeurs ? Personne n’a dit cela, aucune force importante n’a lancé une telle accusation. Il y a certes un petit groupe de personnes qui ne représentent qu’elles-mêmes, mais elles ne font pas le poids. Mais où avons-nous exercé des pressions sur les électeurs ? Ces élections ont eu lieu au grand jour, devant les yeux du monde entier. Cela signifie donc que Pompéo ignore ce qui se passe au Liban et les données qui lui ont été remises ont été données par des traîtres s’il s’agit de Libanais ou par des services incompétents, s’il s’agit des leurs, qui lui donnent de fausses informations.

4-Il dit aussi : « En ce moment, le Hezbollah défie l’Etat et la population du Liban ( comme si nous étions des mercenaires venus d’on ne sait où) par le biais de son aile terroriste soucieuse de semer la destruction ».  Où le Hezbollah est-il en train de répandre la destruction ?  Qui sème la destruction dans la région ?  Vous, M.Pompéo, vos pères, vos grands-pères, vos administrations, votre Etat et votre armée ! Je ne veux pas parler du passé, du Vietnam et du Japon. Mais parlons de l’Afghanistan, de l’Irak, de la Syrie, l’appui  depuis des années à Israël dans tous les massacres, les bombardements et les agressions, votre agression contre le Yémen, vos menaces de guerre et des destruction à l’égard du Venezuela et de la Russie, ainsi qu’à d’autres pays du monde. C’est vous qui semez la destruction, pas nous !

5-« Les campagnes armées du Hezbollah sont totalement contraires aux intérêts du peuple libanais. Comment le fait de dépenser les ressources et  de détruire les vies au Yémen, en Irak et en Syrie aide—t-il les citoyens au sud Liban, à Beyrouth et dans la Békaa ? ». Il y a ici une nuance qui mérite d’être relevée car il s’agit d’un texte écrit où il n’y a aucune place pour l’improvisation ? Pompéo ne dit pas les citoyens du Liban en général, mais il précise les citoyens du Liban Sud, de Beyrouth et de la Békaa. En d’autres termes, il parle des chiites.  C’est un signe de stupidité. Car dans l’environnement favorable au Hezbollah, il y a de tout. Cela a d’ailleurs été dit à Pompéo dans les rencontres avec ses interlocuteurs libanais. On lui a dit par exemple que le participation du Hezbollah aux combats en Syrie a permis de faire face au projet takfiriste israélo-américain en Syrie, ce projet dont les contours  sont devenus clairs notamment à cause de la décision prise hier par Trump. Certes, le Hezbollah est une partie des forces qui ont fait front contre ce projet. Nous nous sommes donc rendus en Syrie pour défendre celle-ci mais aussi pour le Liban, pas seulement les habitants de la Békaa, du Sud ou de Beyrouth. Nous l’avons fait pour protéger tout le Liban, tous les Libanais. Tous les Libanais le savent, même ceux qui critiquent sur les chaînes de télévision, ils savent quel aurait été le sort du Liban si Daech ou Nosra avaient pris le contrôle de la Syrie.

6-« Comment le fait d’entasser des milliers de missiles sur le territoire libanais pour les utiliser contre Israël peut-il renforcer le pays ? » Y a-t-il plus arrogant, plus stupide et plus léger que cela ? Il dit cela au peuple libanais qui est attaqué par Israël depuis le premier jour de sa naissance, dans son armée, ses forces de sécurité, son territoire, ses eaux maritimes etc ... Les Israéliens ont attaqué les commissariats au sud, les villages à la frontière, violé l’espace aérien, réalisé des opérations à l’intérieur libanais...Il dit cela au peuple libanais qui a mesuré concrètement le fait que la résistance fait partie de l’équation en or ( armée-peuple-résistance) qui a créé une dissuasion face à Israël, à ses ambitions et à son agressivité. Le Liban bénéficie aujourd’hui de la sécurité et de la paix et Israël fait mille calculs avant de lancer une agression, une attaque ou une opération dans un village ou contre une position de l’armée. Cela est dû à quoi M.Pompéo ? A la résistance et à ses missiles, ces mêmes missiles que vous interdisez à l’armée libanaise. Et avec cela, vous dites aux Libanais que le problème est là ! Pourtant, les exemples sont clairs, ces missiles renforcent le Liban, en tout cas plus que vos garanties, vos promesses et vos engagements mensongers.

7-« Ils ( Il parle du Hezbollah et de l’Iran) voient dans la paix, la prospérité et l’indépendance du Liban, une grande menace pour leurs intérêts politiques et pour les ambitions hégémoniques de l’Iran ». Cela aussi c’est un mensonge. Nous sommes une partie importante dans l’équation de la stabilité et de la paix interne au Liban. Qui peut discuter cela ou dire le contraire ? Certes, nous sommes une force militaire très importante ( à l’échelle interne et régionale) mais nous ne faisons rien pour ébranler la sécurité et la stabilité internes ou pour mettre en question la prospérité libanaise. Lorsque nous appelons  à la lutte contre la corruption, nous menaçons la prospérité ? Lorsque l’Iran propose d’aider sur le plan de l’électricité, sur le plan de l’infrastructure routière ou dans d’autres dossiers, elle est en train de menacer la sécurité, la stabilité et la prospérité, alors que l’Iran ne se mêle pas comme vous des affaires internes libanaises ? Au contraire, M.Pompéo, nous sommes ceux qui tenons le plus à la stabilité, à la paix civile et à la prospérité. Nous ne cherchons pas à être remerciés pour cela, car nous faisons partie du peuple libanais dont l’intérêt national passe par la paix civile, la sécurité, la stabilité et la prospérité. L’Iran est avec nous dans cela.

8-« Les réseaux criminels internationaux de l’Iran et son trafic de drogues ainsi que ses tentatives de blanchir de l’argent à travers son système international et ses interventions auprès des douanes ( Je ne savais pas que l’Iran intervenait dans les douanes libanaises) placent le Liban sous la loupe de droit international et le transforme en cible pour les sanctions ».  Vous dites que l’Iran utilise le Liban, ses banques et ses frontières pour faire le trafic de drogues. Donnez-nous un seul indice à ce sujet. Donnez-nous un seul indice sur le blanchiment d’argent. Vous n’en avez pas. Il s’agit donc d’un tissu de mensonges et d’accusations sans fondement.

9-« Le Hezbollah vole les ressources de l’Etat libanais qui sont un droit légitime pour le peuple ». Nous avons volé l’Etat ? Il y a en tout cas des accusés, la Justice tranchera. Certains sont accusés d’avoir pillé des fonds et profité de crédits, mais jusqu’à présent, nul n’a dit que le Hezbollah fait partie des accusés. Si quelqu’un veut nous accuser, je l’ai dit dans un précédent discours, qu’il se dirige vers la Justice ; Nous ne devons donc pas nous arrêter à cette phrase. Nous sommes convaincus que l’argent de l’Etat, c’est celui du peuple. C’est interdit d’y toucher par loi mais aussi par la charia. Pour nous, il est totalement interdit de profiter d’une seule livre appartenant à l’Etat libanais de manière contraire à la loi.

10-« Le peuple libanais ne doit pas être obligé de souffrir à cause des ambitions politiques et militaires d’une partie illégale et à cause de ses liens terroristes. Il faudra donc du courage au peuple libanais pour affronter la criminalité du Hezbollah, son terrorisme et ses menaces ». Le plus grand criminel dans ce monde, le plus grand terroriste, celui qui menace les Etats et les peuples dans le monde, tient ces propos à l’égard du Hezbollah et parle de ses menaces et de son terrorisme ! Quelle est l’importance de ce point? C’est l’incitation. Pompéo appelle le peuple libanais à affronter le Hezbollah. Il ne le lui demande pas gentiment. Non, le peuple libanais doit le faire. Il doit affronter le Hezbollah « et cela exigera des efforts  pour garantir le respect et l’indépendance totale des forces armées libanaises  et des autres institutions nationales ». Je ne veux pas m’étendre sur ce sujet car il est sensible.  Comment les Américains abordent ce sujet sera laissé de côté. Mais en tout état de cause, ces propos montrent le véritable objectif de la visite de Pompéo à Beyrouth. Il s’agit  de monter les Libanais les uns contre les autres. Nous, Libanais, nous devons nous entretuer pour que MM.Trump et Pompéo soient satisfaits. Les Américains sont visiblement mécontents de voir que le Liban reste sûr, stable et vit dans la coexistence, alors qu’ils ont tout fait pour détruire l’Irak, la Syrie, le Yémen, la Libye et Gaza.

En dépit de leurs rivalités et de leurs divergences politiques, et malgré leurs déclarations parfois violentes, les Libanais restent soucieux d’arrondir les angles et de préserver leur vie en commun. Ils tiennent aussi à préserver la stabilité de leur pays, en le maintenant à l’écart  des conflits régionaux et ils ne veulent pas que ces conflits se répercutent à l’intérieur par des conflits sur place. Cela ne plaît pas à M.Pompéo qui va essayer de changer cette réalité. Cela nous rappelle ce qui s’est passé il y a un peu plus d’un an lorsqu’un des alliés de M.Pompéo  a retenu le Premier ministre du Liban en Arabie et lorsqu’un ministre saoudien a tenté d’inciter les Libanais les uns contre les autres pour déclencher une nouvelle guerre civile. Ils ont un œil sur la guerre civile. Dans ce cas qui est plus soucieux de la stabilité, de la prospérité et de la sécurité au Liban ? Qui évite les conflits internes et qui, au contraire, pousse les Libanais vers des batailles internes et sanglantes, vers une discorde, voire une guerre interne ? C’est clairement l’Américain, dans l’intérêt des Israéliens.

11-Ecoutez donc ce menteur ! Il dit : Nous appuyons le retour des déplacés syriens de façon sûre et le plus rapidement possible ». Ce n’est pas vrai. Pas du tout. Je vais donner un petit exemple. Il existe un camp en Syrie proche de la frontière avec la Jordanie et l’Irak, dans une région syrienne appelée Al Tanaf. Les Américains sont présents dans ce secteur. Ils sont entourés de factions armés et à côté d’eux, il y a le camp al Rokbane qui abrite des dizaines de milliers de déplacés syriens. Les habitants du camp souhaitent revenir  chez eux, dans leurs localités. Le gouvernement syrien a donné son accord. Il a même dit plus que cela : il a accepté que celui qui ne veut pas revenir dans les régions sous contrôle de l’Etat et préfère se rendre dans le Nord, sous le contrôle de l’opposition le fasse. Le gouvernement lui assure un déplacement sûr. Qui, dans ce cas, empêche les déplacés syriens du camp d’al Rokbane de rentrer dans leurs localités ou de se rendre dans le Nord sous contrôle de l’opposition ? Les Américains, M.Pompéo.

Quant aux déplacés syriens présents au Liban, ce dossier mérite à lui seul un long discours, dans les prochains jours inchallah. Pompéo demande ce qu’ont fait le Hezbollah et l’Iran pour le Liban ? Il ne voit pas tout ce qu’a réalisé la résistance au Liban, sur le plan de la libération du territoire, de la dignité, de la victoire donnée au Liban et du fait que ce pays a désormais une présence digne et importante dans l’équation régionale et même internationale. Tout cela Pompéo ne le voit pas. Pourtant, sans la présence du Hezbollah au Liban, vous et vos semblables ne seriez pas venus au Liban, vous n’auriez même pas reconnu l’existence de ce pays. Il dit : « Ils ont apporté des cercueils pour les jeunes rentrés de Syrie et encore plus d’armes iraniennes ». C’est cela son problème avec nous. Il nous en veut parce que nous faisons partie de ceux qui se sont battus en Syrie et qui ont mis en échec le projet américain, oui, le projet américain en Syrie. C’est cela son problème avec nous. Si les jeunes libanais s’étaient rendus en Syrie pour combattre aux côtés de l’opposition et seraient rentrés au pays dans des cercueils, cela n’aurait suscité aucune protestation de la part de Pompéo.

12-Il dit : « Kassem Soulaymani et d’autres Iraniens qui, comme lui, appuient le Hezbollah, continuent  à affaiblir les institutions officielles et légales libanaises tout en menaçant la sécurité et la tranquillité du peuple libanais ». Pauvre hajj Kassem, notre cher frère. Pauvres frères Iraniens ! Les Iraniens et Hajj Kassem Soulaymani sont en train de réduire l’influence des institutions libanaises et de mettre en cause la sécurité des Libanais ?!  L’Iran et hajj Soulaymani nous ont grandement aidés, nous et le peuple libanais en général à préserver la sécurité et la tranquillité de notre pays, lorsque nous avons combattu Daech, dont votre président M.POmpéo reconnaît que les Etats-Unis sous la houlette d’Obama et de Hillary Clinton ont créée et ont fabriquée. L’Iran nous a aidés, a aidé l’Irak et la Syrie, notamment Kassem Soulaymani  qui s’est tenu à nos côtés et nous a donnés les armes, pour combattre les groupes takfiristes et terroristes  que vous avez amenés et que vous avez appuyés. C’est avec les armes iraniennes que nous avons libéré notre terre de l’occupant sioniste que vous avez appuyez. En quoi les Etats-Unis ont-ils joué un rôle de bienfaiteur, un rôle positif  au Liban ou pour le Liban ? En appuyant Israël à travers des dizaines d’années ? En appuyant les groupes terroristes et takfiristes qui, s’ils l’avaient pu, seraient entrés au Liban ? A travers  les sanctions ? A travers les menaces d’aider Israël pour nous empêcher de profiter de nos ressources dans notre eau territoriale ? En quoi les Etats-Unis ont-ils joué un rôle positif ?  Il accuse l’Iran d’avoir réduit l’influence des institutions légales. Comment ? En proposant à l’armée des armes gratuites ? et sans la moindre contrepartie, alors que vous, chaque vous que vous donnez des aides à l’armée, qui bien sûr, ne peuvent pas permettre de dissuader Israël, vous n’arrêtez pas de le dire sur tous les toits et de le rappeler à la moindre occasion ! Il dit encore : L’Iran et Soulaymani affaiblissent les chances de paix entre les Palestiniens et Israël. C’est là le cœur du problème. Le problème avec l’Iran et le Hezbollah et avec tous ceux qui sont dans ce cas, ce sont les Palestiniens. Aujourd’hui, il est question « du deal du siècle ». L’Iran appuie la cause palestinienne et se tient avec force aux côtés du peuple palestinien, dans les instances internationales, dans les positions politiques, intellectuelles, idéologiques et sur le plan financier, ainsi que sur le terrain et avec les armes, je le dis franchement. De leur côté, les Etats-Unis font tout pour étouffer le peuple palestinien, l’affamer ( L’arrêt du financement de l’UNRWA est un exemple), suspendre les aides qui lui étaient accordées, fermer les bureaux de l’OLP etc. Tout cela pour faire plier le peuple palestinien et le faire céder pour qu’il accepte des miettes. En face, il y a l’Iran qui se tient aux côtés du peuple palestinien. C’est là le véritable problème. L’Iran se tient aux côtés du peuple palestinien alors que l’administration de Trump veut liquider sa cause, lui imposer de signer  sur le non-retour des réfugiés palestiniens chez eux, sur la reconnaissance de Jérusalem comme capitale éternelle d’Israël et sur la renonciation à sa terre. Il devra accepter des miettes. C’est cela le problème de Pompéo avec l’Iran. Cela n’a rien à voir avec ce qu’il prétend au sujet du trafic de drogue et autres sottises du même genre ! Je vais m’arrêter là car je pourrai parler de ce sujet pendant des heures.

En toute sincérité, je ne vois aucune phrase juste, ni une seule vérité dans ce qu’a dit cet homme ! Je vais conclure et je laisse d’autres sujets comme le Yémen à un discours que je devrais prononcer bientôt, car il mérite qu’on s’y étende.

Donc, Pompéo est venu pour inciter les Libanais les uns contre les autres, sur le plan populaire, médiatique et politique. Il a voulu leur faire peur. Selon ce qu’on nous a dit des rencontres internes qu’il a tenues, il n’a pas évoqué la possibilité qu’Israël mène une guerre contre le Liban. Cela a été dit dans la presse et d’autres nous ont affirmé qu’il ne l’a pas dit. Au contraire, il aurait transmis aux Libanais qu’il a interdit à Israël de mener une guerre contre le Liban. Bref, il y a des informations contradictoires sur ce sujet. Mais en tout état de cause, ce qui empêche Israël d’agresser le Liban, c’est l’équation en or et les capacités de la résistance. Vous avez vu  hier et avant-hier la panique provoquée au sein de l’entité israélienne par le lancement d’un missile tombé au Nord de Tel Aviv. Ce missile a été lancé à partir de Gaza qui est encerclée depuis des années. Cette entité est vraiment plus fragile qu’une toile d’araignée. Que M.Pompéo cesse de solliciter notre reconnaissance. Ce qui empêche Israël de lancer une attaque contre le Liban, ce sont les Libanais !

Les Américains sont prêts à couvrir tout ce que fait Israël, si c’est dans leur intérêt.

A ce stade, il est de mon devoir de remercier le président de la République, le général Michel Aoun et le président de la Chambre Nabih Berry sur les propos qu’ils ont adressés à M.POmpéo, le ministre des Affaires étrangères du Grand Satan et sur ce qui en a filtré dans les médias, qui sont d’ailleurs concordants. C’était d’ailleurs prévisible de la part du chef de l’Etat et du président de la Chambre. Il faut aussi remercier le ministre des AE pour ses positions, pour son attitude, comment il s’est tenu debout et Pompéo aussi. Cette attitude comporte des signaux importants moraux et politiques. Ils étaient tous les deux debout devant les caméras et devant tous les médias alors que le ministre libanais lui a transmis la position officielle du Liban. Bien entendu toutes ces positions, celles du président, du chef de l’Assemblée, du ministre des AE ne sont pas une surprise, puisqu’ils sont partisans de la force du Liban, de sa souveraineté et de son immunité, ce sont des amis et des alliés. Ils sont aussi des partenaires et font partie de ceux qui fabriquent cette option.

Je voudrais aussi remercier toutes les forces politiques, les personnalités, les journalistes, les élites, tous ceux qui ont exprimé  leur refus, par tous les moyens disponibles, l’écrit et l’oral, sur les réseaux sociaux, et les jeunes qui ont manifesté devant le siège de l’ambassade américaine. Je voudrais aussi remercier les forces dont nous n’attendons pas qu’elles nous défendent et qu’elles fassent notre éloge en public ou en privé. Mais lorsque ces forces ne réagissent pas favorablement aux appels à l’incitation et tiennent des propos raisonnables et sensés  sur les réalités libanaises et privilégient l’intérêt national sur l’incitation américaine, elles méritent nos remerciements pour leurs positions privées et publiques. Nous devons nous tous, Libanais, profiter des leçons du passé. Les Etats-Unis ne se soucient pas de l’intérêt du Liban. Surtout cette administration. Les preuves de cela sont données constamment au sujet du Golan, de Jérusalem etc. Les Etats-Unis ne se soucient pas du Liban en tant que pays, ni de l’intérêt d’une partie précise au Liban. Leur seul souci c’est Israël.

Miser sur les Etats-Unis est un pari perdant. On ne peut pas être blessé deux fois par la même pierre. Les Libanais et les forces politiques, notamment celles qui ont misé sur les Américains, ont été blessés des dizaines de fois. Nous voyons tous comment les Etats-Unis traitent leurs alliés et leurs amis. Les Américains ne traitent pas seulement leurs agents avec hauteur et arrogance en pillant sans vergogne leurs ressources, ils le font avec tous.  Regardez comment ils traitent  les dirigeants du Golfe, comment ils suscitent les discordes  pour vendre ensuite des armes et prendre de l’argent. Le cœur des Etats-Unis ne bat pour aucun Libanais. Ils ne se soucient d’aucun Libanais. Pour eux, seul Israël compte, pas parce que c’est leur allié, mais parce qu’Israël c’est les Etats-Unis. Certains peuvent dire qu’Israël est l’allié des Etats-Unis et regardez comme ils lui sont fidèles§ je répondrai, c’est faux. Israël est une partie des Etats-Unis, une partie du projet américain et de l’hégémonie américaine. Israël est une base arrogante avancée américaine dans notre région.

C’est pourquoi, après cette visite, nous, Libanais, sommes appelés à préserver notre paix civile, notre coexistence et à organiser nos divergences. Nous sommes invités à préserver autant que possible le calme  sur la scène interne et à coopérer pour construire un Etat fort, capable et juste, en mesure de protéger les intérêts des Libanais et de leur assurer une vie digne, en profitant des ressources  naturelles du pays.  Nous devons aussi être en mesure de surmonter nos conflits et travailler comme nous le faisons à arrondir les angles, pour ne pas laisser les Grands Satans et les petits démons exploiter les détails pour provoquer une guerre civile ou une discorde interne.

En ce qui nous concerne au Hezbollah, après cette expérience, nous sommes  plus que jamais convaincus  de nos options et de nos choix et nous sommes plus engagés que jamais envers la protection de la paix civile, de la coexistence, de l’appui à l’Etat et à ses institutions, de l’appui à l’armée libanaise et aux forces sécuritaires, ainsi qu’à l’unité nationale. Nous tenons à la coopération entre tous les Libanais, en dépit des divergences, des rivalités et même des conflits notamment au sujet de la situation régionale.  Nous serons, comme nous l’avons toujours été, attachés à cette paix,  à cette stabilité et à ce développement. Nous continuerons, comme nous l’avons fait par le passé, à mettre nos amitiés et nos relations au service de l’intérêt du Liban, non à ses dépens.

Cette visite que certains avaient annoncée comme étant le début d’une étape dangereuse pour le Liban s’est terminée et je crois que ces craintes ont été dépassées en grande partie, si ce n’est totalement, grâce à l’éveil, à la sagesse et au courage des responsables libanais et des forces politiques au Liban.

Quant aux sanctions, laissons-les continuer. Pompéo n’a-t-il pas dit qu’il voulait lutter contre nous par tous les moyens pacifiques disponibles ? Laissons-le faire. Nous n’avons pas de problème, tant que l’injustice nous vise à nous seulement. Nous ferons face à cette injustice, nous gèrerons nos affaires de façon à rester forts et résistants, avec l’aide de Dieu. Mais si l’injustice touchera un jour l’ensemble du pays, l’ensemble de la population, nous devrons réfléchir à une autre position...

 

Comments

//