noscript

Please Wait...

Washington pourrait reconnaître la souveraineté israélienne sur le Golan la semaine prochaine (média US)

Washington pourrait reconnaître la souveraineté israélienne sur le Golan la semaine prochaine (média US)
folder_openŒIL SUR L'ENNEMI access_timedepuis 8 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed et sites web 

La reconnaissance par les Etats-Unis de la souveraineté israélienne sur le Golan pourrait être annoncée dès la semaine prochaine, ont déclaré des responsables américains et israéliens sous couvert d'anonymat cités par l'agence de presse AP.

Selon cette source, une déclaration pourrait être émise lors du déplacement du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Washington, où il rencontrera le président américain pour une réunion de travail lundi avant un dîner des deux leaders prévu mardi, a indiqué mercredi la Maison Blanche.

Lors de cette visite, le Premier ministre israélien prononcera également un discours le 26 mars à la conférence annuelle du lobby pro-israélien AIPAC, au lendemain de celui de son principal rival aux élections législatives du 9 avril, Benny Gantz.

«Israël» a occupé une grande partie du Golan, soit 1.200 km2, lors de la guerre des Six Jours en 1967. De 1967 à 1981, «Israël» a administré les hauteurs du Golan par le biais d’une loi militaire, à l’instar du système utilisé en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Environ les deux tiers du plateau du Golan sont restés sous contrôle israélien après la guerre du Kippour de 1973 et la création d’une zone démilitarisée entre la Syrie et la Palestine occupée.

En 1981, le gouvernement de Menahem Begin a appliqué la soi-disant «loi israélienne» directement sur le plateau du Golan, annexant de fait le territoire à l’entité sioniste.

Les Nations Unies ont jusqu’à présent refusé de reconnaitre l’annexion du Golan par «Israël». Plus tôt ce mois-ci, le département d’état américain a annoncé un changement de politique vis-à-vis du Golan, supprimant les références au «Golan occupé par Israël», faisant référence au territoire avec la phrase plus neutre «contrôlé par Israël».

De même, le sénateur américain Lindsey Graham, allié du président Donald Trump qui affiche un soutien à toute épreuve envers «Israël», a affirmé la semaine dernière lors d'une visite dans la partie occupée du Golan qu'il oeuvrerait pour que les Etats-Unis reconnaissent la souveraineté israélienne sur ce plateau stratégique, une reconnaissance qui pourrait contribuer à légitimer les actions de l'entité sioniste contre ceux qu'il considère comme ennemis.

 

Comments

//