noscript

Please Wait...

L’armée israélienne accélère le rythme des destructions en Cisjordanie occupée, selon l’UE

L’armée israélienne accélère le rythme des destructions en Cisjordanie occupée, selon l’UE
folder_openPalestine access_timedepuis 9 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

L’armée de l’occupation israélienne poursuit les destructions régulières de bâtiments palestiniens en Cisjordanie occupée, souvent des maisons ou des écoles. L’Union européenne vient de publier les chiffres pour l’année 2018: ils sont en hausse de 10%.

L’armée sioniste continue aussi à s’en prendre aux infrastructures financées par les Européens. C’est un sujet de tension depuis des années entre les pays européens et «Israël».

Les Européens financent des infrastructures de base au profit des Palestiniens en Cisjordanie occupée. Mais en «zone C», zone sous contrôle exclusif de l’armée israélienne, l’armée détruit régulièrement des projets européens.

51 structures ont ainsi été réduites en poussières par les bulldozers israéliens l’année dernière.

L’Union européenne estime que, depuis 10 ans, les investissements ainsi perdus s’élèvent à près d’un million et demi d’euros.

«Israël» poursuivent ces destructions sous prétexte de «l’absence de permis de bâtir pour ces infrastructures». Les Européens font remarquer que ces «permis» ne sont pratiquement jamais accordés aux Palestiniens.

A «Jérusalem-est», une hausse de 25%

En 2018, 461 bâtiments palestiniens ont été rasés, c’est une hausse de 10% par rapport à l’année précédente, mais loin du record de 2016 qui avait vu la destruction de plus de 1000 infrastructures.

L’augmentation est particulièrement forte au secteur oriental d’al-Qods occupée (Jérusalem-Est): 25% de démolitions en plus.

Pendant ce temps, les activités de colonisation israélienne de la Cisjordanie occupée s’intensifient.

Au-delà des destructions effectuées, l’armée israélienne émet des milliers d’ordres de démolition.

Quelque 13.000 structures palestiniennes sont menacées.

Parmi elles, une cinquantaine d’écoles, dont certaines ont bénéficié de financements européens.

L’Union européenne rappelle que les confiscations et démolitions de biens en territoire occupé constituent une violation du droit international.

Comments

//