Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

Les autorités bahreïnies se pressent pour suspendre Al-Wefaq Deux Saoudiens tuent leur mère qui ne voulait pas qu’ils rejoignent «Daech» Les forces irakiennes ont affirmé avoir totalement libéré Fallouja Foot: Messi met un terme à sa carrière en sélection Accord pour normaliser les relations entre «Israël» et la Turquie Le Royaume-Uni n’activera l’article 50 que lorsqu’il sera prêt Les armes livrées par la CIA aux miliciens syriens entrent sur le marché noir Législatives en Espagne: le Parti populaire en tête, mais sans majorité absolue Liban: une série d’attentats suicide secoue le village frontalier de Qaa dans la Békaa Bahreïn: des milliers de manifestants appellent le régime à retirer sa décision contre cheikh Qassem Un Ramadan en France Des personnalités islamiques dénoncent la déchéance de nationalité de cheikh Issa Qassem Trump lance un site sur les «dix tromperies légendaires de Clinton» Brexit: la procédure de retrait longue et compliquée Général Jazairi sur le Brexit: Les Britanniques ont rejeté la dépendance aux USA Fusillade à Marseille: deux morts, une adolescente grièvement blessée Tirs de missiles : Pyongyang rejette la condamnation de l’ONU Une cellule terroriste liée à «Daech» démantelée au Maroc Après le Brexit, Berlin va jouer un «rôle central» au sein de l’UE Sayed Hassan Nasrallah: «La bataille d’Alep est stratégique. Nous allons accroitre notre présence» Cette mamie de 98 ans qui tricote pour sauver les bébés manchots Un homme sème la panique à des terrasses de café à Paris avec un fusil factice 21 journalistes palestiniens emprisonnés par «Israël» Le Brexit pourrait provoquer un référendum sur l’indépendance de l’Ecosse Trump: le Brexit c’est «fantastique» Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Afrique >> Afrique

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

L’Algérie et la Tunisie ont refusé la décision des six monarchies du Conseil de coopération du Golfe (CCG), qui ont déclaré organisation terroriste le Hezbollah.

L'Algérie «refuse de s'exprimer en lieu et place des Libanais dans une affaire qui les concerne» à la suite de la décision du Conseil des ministres arabes de l'Intérieur, s'interdisant «toute interférence» dans ce dossier, a indiqué jeudi 3 mars le porte-parole du ministère des Affaires étrangères (MAE).

Le  porte-parole du MAE, Abdelaziz Benali-Cherif a souligné dans une déclaration, «que le Hezbollah est un mouvement politico-militaire qui fait partie du paysage social et politique du Liban et qui participe aux équilibres fragiles patiemment et laborieusement négociés dans ce pays, notamment en vertu des Accords de Taëf auxquels il a été partie prenante».

«Toute décision concernant ce mouvement doit, donc, émaner des Libanais eux-mêmes. L'Algérie s’interdit toute interférence dans ce dossier et refuse de s’exprimer en lieu et place des Libanais dans une affaire qui les concerne d’une manière exclusive», a-t-il affirmé.

Considérer le Hezbollah comme une organisation terroriste ne reflète pas la position de la Tunisie

De son côté, le ministre des Affaires étrangères tunisien, Khemaïes Jhinaoui, a affirmé jeudi, que le fait de considérer le Hezbollah comme étant une organisation terroriste ne reflète pas la position de la Tunisie.

Lors de son intervention sur la chaîne de télévision El Hiwar Ettounsi, Jhinaoui a fait savoir qu'une telle position doit être prise par le président de la République en coordination avec le chef du Gouvernement, précisant qu'une fois la position de la Tunisie envers une organisation étrangère a été prise, elle devra être publiée par le ministère des Affaires étrangères.

Par ailleurs, le ministre des Affaires étrangères a précisé que le Hezbollah n'a pas été considéré comme étant une véritable organisation terroriste, estimant que la question a tout simplement été amplifiée. Il a indiqué la Tunisie n'est pas en conflit avec le secrétaire général du Hezbollah, sayed Hassan Nasrallah, et que les relations avec le Liban et l'Iran sont excellentes.

La décision de CCG a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes ayant affiché leur soutien au Hezbollah. Des jeunes activistes de la gauche tunisienne se sont spontanément rendus, mecredi soir, à l’Avenue Habib Bourguiba à Tunis, et brandi les drapeaux de la Palestine et du Hezbollah, pour exprimer leur soutien à la résistance libanaise.

Des personnalités du paysage politique, associatif ou intellectuel se sont également élevées contre cette annonce.

La magistrate et ancienne candidate à l’élection présidentielle, Kalthoum Kennou a appelé les partis politiques, organisations de la société civile et citoyens à manifester afin d’exprimer le refus d’une telle décision.

L’intellectuelle et universitaire Olfa Youssef a pour sa part déclaré : «Si le Hezbollah est terroriste, alors je porterais l’étendard du terrorisme avec  fierté ! ».

Le principal syndicat tunisien (UGTT), membre du quartette lauréat du prix Nobel de la paix en 2015, a dénoncé la décision des monarchies du Golfe. L'UGTT, Nobel de la paix au titre du dialogue national ayant permis en 2013 de sauver la transition démocratique dans le pays, a affirmé jeudi que cette décision a été prise dans le cadre d'une offensive dirigée par des forces étrangères et régionales pour diviser la nation arabe et détruire ses forces au profit des forces (...) sionistes et rétrogrades.

Source : agences et rédaction
 

 

 

04-03-2016 | 09:50
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut