Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Canada: Trois morts dans une attaque à l’arbalète à Toronto Irak: le ministre de la Défense destitué par le Parlement Pétrole: l’Iran veut récupérer sa part du marché d’avant les sanctions Poutine détrône Merkel dans le cœur des Tchèques La bataille d’Alep a révélé l’implication des États-Unis et leurs alliés dans le soutien du terrorisme Le terrorisme est le résultat direct de la vente d’armes par les gouvernements européens Migrants: la Hongrie annonce la construction d’une seconde ligne de clôture Près de 243.000 Sud-Soudanais réfugiés au Soudan Turquie: au moins 8 policiers tués et 45 blessés dans un attentat USA: réunion à la Maison Blanche pour une transition en douceur du pouvoir Les forces irakiennes reprennent à «Daech» une ville clé au sud de Mossoul Yémen: 14 martyrs dans des raids de la coalition sur une usine à Sanaa Des «rebelles syriens» dits «modérés» filmés en train de décapiter un enfant à Alep Mohamed Abrini, suspect dans les attentats de Paris, arrêté en Belgique Les Palestiniens tentent de faire condamner les implantations à l’ONU Pyongyang a testé avec succès un moteur de missile balistique intercontinental Texas: une fusillade sur une base aérienne fait au moins deux morts Yémen: cessation totale des actions militaires ? Yémen: des bombes US utilisées dans des raids meurtriers sur un marché, selon HRW L’Otan ne veut pas d’une nouvelle «guerre froide» avec Moscou Après les Pays-Bas, les Néerlandais disent non à l’accord entre l’UE et l’Ukraine Un «drone israélien» aurait survolé la région disputée du Haut-Karabakh Plus de 400 enfants palestiniens détenus dans les prisons israéliennes La politique de deux poids deux mesures de l’Occident envers Moscou «Israël»: les exportations d’armement en légère augmentation en 2015 Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> EXCLUSIVITÉS >> Analyses >> Analyses

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Par Akil Cheikh Hussein

En contradiction flagrante avec les intérêts des peuples arabes et musulmans, la politique du régime saoudien s’explique par quelque chose qui se situe au-delà de la simple coopération ou alliance. Les Saoudiens sont des Israéliens avant l'heure.  

Beaucoup d’Arabes et de Musulmans s’offusquent en apprenant que le Royaume saoudien entretient des rapports avec l’entité sioniste. Il en est ainsi pour des considérations nationalistes, religieuses ou humanitaires en relation avec le drame de la Palestine martyrisée par les Israéliens.

Innocence vs hypocrisie

Sont également pour quelques choses l’innocence et la crédulité de beaucoup de gens qui croient aux discours officiels qui se baignent le plus souvent dans l’hypocrisie et l’ignominie.

Exemple entre mille : Lors de la 41ème session du Conseil ministériel de l'Organisation de Coopération Islamique tenue à  Djedda   en juillet 2014, l'ex-ministre saoudien des affaires étrangères, le prince Saoud al-Faysal, n'a pas manqué d'évoquer, en substance, la barbarie et l'agressivité israéliennes et d'appeler les Arabes et les Musulmans à s'unir en un seul rang pour contrer la politique visant à imposer ce qu’il a appelé «l'hégémonie et la tyrannie israéliennes sur la totalité de la région».

Ce qui donne plus de force à la croyance naïve dans la loyauté du Royaume envers la cause palestinienne peut se situer au niveau du fait qu’il entretient avec les Israéliens des rapports secrets qui n’ont commencé à être démasqués qu’à partir de 2014, alors que -sans parler de maints pays musulmans- des pays arabes comme l’Egypte, la Jordanie et même l’Autorité de Mahmoud ‘Abbas reconnaissent l’entité sioniste depuis des décennies et établissent avec elle des relations diplomatiques et économiques et ne se gênent pas de voir le drapeau israélien flotter dans le ciel de leurs capitales.

Naïve et simpliste, cette manière de voire est dangereuse. Très dangereuse même, dans la mesure où elle brouille les cartes et porte atteinte au réalisme, à l’objectivité et à la prudence qui devraient être toujours en état d’éveil pour la bonne marche du combat pour la cause de la Résistance et de la liberté.

Elle est aussi très dangereuse dans la mesure où des millions et des millions d’Arabes, jeunes et sans avenir, vivent dans des pays détruits par la corruption et les institutions monétaires mondiales, qui importent la plupart des produits de première nécessité, peuvent être bernés, leurrés et séduits par les prétendues promesses de prospérité qu’on ressasse tout le temps pour embellir l’idée de la coopération, surtout économique, entre l’argent des monarchies pétrolières et la main d’œuvre arabe, d’une part,  et les capacités technologiques de nos « cousins » israéliens, d’autre part.  

Etre sans l’être

En vérité ce qui se passe entre le Royaume saoudien et l’entité sioniste est improprement nommé coopération, alliance ou partenariat. Il est tout cela sans l’être en même temps…

 L’ambigüité vient de la véritable identité suspecte de la Maison des Saoud et de la nature crapuleuse de l’entité sioniste.

Pour aller tout droit au but, on doit dire que le régime saoudien est, lui aussi, une entité sioniste dans la région. Il est encore plus qu’une Arabie sionisante du genre qu’on trouve chez beaucoup d’Arabes qui refusent d’être taxés de traitrise bien qu’ils affichent leur sympathie pour «Israël».

Entité sioniste non parce que la famille saoudienne est, selon maints historiens, d’origine juive. Et non parce que le fondateur de la dynastie saoudienne a promis aux Anglais de donner la Palestine aux «pauvres juifs». Elle l’est parce qu’elle met en application les sales tâches des Israéliens et des Etasuniens.

Cela est manifeste dans la création de ces groupes terroristes depuis «al-Qaïda» jusqu’à «Daech» qui sont, en dernière analyse, des armées israéliennes et étasuniennes déguisées sous des tuniques et de barbes soi-disant islamiques.

Il l’est également dans les interventions militaires directes au Yémen, à Bahreïn et ailleurs.

Dans la lignée de l’agressivité et de la haine émanant des déclarations saoudiennes lors de l’épopée signée par le Hezbollah pendant la guerre de 2006, les efforts saoudiens déployés actuellement en vue de semer la discorde au Liban, sont à considérer comme un service direct et précieux rendu aux Israéliens.

En étant une autre entité sioniste, ou plutôt sioniste qu’elle, le Royaume saoudien n’est pour autant à l’abri de la convoitise israélienne et américaine : Historiquement, les deux royaumes de Juda et de Benjamin se baignaient l’un dans le sang de l’autre. Saul voulait à tout prix massacrer David et avant lui, les fils de Jacob ont vendu leur frère au prix de quelques sous. De nos jours, et si l’intérêt l’exige, «Tel-Aviv» n’hésitera pas de dévorer la Maison des Saoud et ce en dépit de tous ses services rendus. N’est-ce pas que le Veau d’or est ce qui prime dans la politique sioniste ?

Source : French-alahednews

29-02-2016 | 13:56
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut