Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Propos menaçants d’Erdogan: l’UE convoque l’ambassadeur turc Bahreïn: le pouvoir pousse à la confrontation violente Syrie: l’armée reprend le contrôle d’une zone industrielle dans l’est de Damas En France, Marne-La-Vallée prépare la présidentielle à sa façon Irak: 400.000 personnes «piégées» dans la Vieille ville de Mossoul Egypte: 10 soldats tués dans l’explosion de bombes dans le Sinaï Bahreïn: libération d’un ancien photographe de l’AFP Yémen: «On a créé une crise humanitaire sans précédent» Moscou prêt à dialoguer avec les USA sur une réduction des armements nucléaires Le monde politique exprime sa solidarité avec Londres L’Arabie Saoudite se vide des femmes fuyant la tutelle des hommes Attaque de Londres: 4 morts et 40 blessés, la piste du terrorisme privilégiée L’écart se resserre encore entre Macron et Le Pen Amnesty accuse Washington et Londres d’alimenter la crise humanitaire au Yémen Attaque de Londres: 4 morts, la piste du terrorisme privilégiée Facebook ferme la page du Fateh palestinien Les Yézidis irakiens lancent un cri de détresse pour protéger leurs enfants de «Daech» Implatations: L’équipe de transition de Trump a tenté de bloquer la résolution de l’ONU MSF dit avoir soigné 55.000 blessés dans la guerre au Yémen Pour le Financial Times, le Hezbollah sortira renforcé du conflit syrien Poutine: des armées terroristes soutenues par certains pays à l’œuvre au Proche-Orient USA: le nombre de groupes anti-musulmans a triplé en 2016 Marine Le Pen présente l’électorat le plus déterminé (sondage) Centrafrique: HRW dénonce des «crimes de guerre» d’un groupe armé Quand les ventes d’armes britanniques à l’Arabie saoudite créent la polémique Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Amériques >> Amériques

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

L'armée américaine disposait pendant la Guerre froide d'armes atomiques à Okinawa, avant la rétrocession au Japon de cet archipel situé stratégiquement dans le Pacifique, selon des documents récemment déclassifiés par Washington.

Le Pentagone a déclassifié toutes les informations concernant «le fait que des armes nucléaires américaines avaient été déployées L'armée américaine stockait des armes atomiques à Okinawa avant 1972sur Okinawa avant sa rétrocession au Japon le 15 mai 1972», écrit le ministère américain de la Défense sur l'un de ses sites.

Située à l'extrême sud de l'archipel nippon, Okinawa représente un point stratégique en cas de conflit en Asie.

Un institut de recherche indépendant, le National Security Archive, a salué vendredi cette révélation tout en rappelant que des photos de l'armée de l'air américaine montrant des armes atomiques sur l'île avaient été publiées il y a plus de 25 ans.

Accords secrets

«Bien que cette publication soit bienvenue, sa portée est quelque peu tempérée par ce fait stupéfiant», écrit l'organisme, qui dépend de l'université George Washington dans la capitale américaine. Le gouvernement a perdu un temps et des ressources «colossaux» en retardant la déclassification de cette information, selon l'institut.

Le Japon avait lui reconnu en 2010 l'existence d'accords secrets passés avec les Etats-Unis en 1969. L'un permettait aux navires et avions américains dotés d'armes nucléaires de faire escale au Japon, l'autre autorisait le dépôt d'armes nucléaires sur les bases américaines d'Okinawa.

Le Japon est le seul pays à avoir été la cible d'attaques nucléaires. Les bombes atomiques lâchées par les Etats-Unis en août 1945 sur Hiroshima et Nagasaki ont fait plus de 210.000 morts, poussant le Japon à capituler à la fin de la Seconde guerre mondiale.

Encore plusieurs bases

En vertu d'une politique de 1967 dite des «trois principes antinucléaires» édictés par le Premier ministre d'alors, Eisaku Sato, prix Nobel de la paix en 1974, le Japon s'est interdit de produire, posséder ou permettre à des armes nucléaires d'entrer sur son sol.

L'archipel d'Okinawa était resté sous administration américaine jusqu'en 1972. L'armée américaine y compte encore plusieurs bases.

Source : AFP et rédaction

20-02-2016 | 10:44
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut