Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Cazeneuve précise les contours de la Fondation pour l’islam de France Merkel juge inacceptable le refus de pays européens d’accueillir des réfugiés musulmans Libye: «Daech» pourchassé dans ses derniers carrés à Syrte Allemagne : plus de 300 extrémistes auraient infiltré l’armée La Turquie continuera à cibler les combattants kurdes dans le nord de la Syrie Sayed Khamenei : si l’ennemi nous attaque, il recevra la riposte adéquate Etats-Unis : un moteur se désolidarise de son avion en plein vol Les guerres civiles qui frappent les portes de l’Europe Irak: au moins 18 morts dans un attentat suicide lors d’une cérémonie de mariage Amnesty veut un «procès équitable» pour Mohammad Halabi Une enquête du NYT: Le wahhabisme saoudien a propagé l’extrémisme et provoqué le terrorisme Attaque à la bombe à l’institut national de criminologie de Bruxelles Tunisie: promis à de lourds défis, le gouvernement d’union obtient la confiance Turquie: arrestation de 3 anciens hauts diplomates liés au putsch avorté Apple met à jour ses appareils mobiles pour contrer un logiciel espion Prison ferme pour trois Canadiens coupables de «terrorisme» Gabon: les électeurs appelés aux urnes pour élire leur nouveau président Un garçon britannique exécute un otage dans une nouvelle vidéo de «Daech» Londres pourrait initier le Brexit sans le feu vert du parlement Syrie: pas d’accord entre la Russie et les Etats-Unis sur la coordination des frappes aériennes Daraya, icône de l’insurrection libérée par Damas «Daech» exécute plus de 25 jeunes hommes dans le nord de l’Irak Yémen: 14 martyrs dans des raids de la coalition sur une usine à Sanaa Des «rebelles syriens» dits «modérés» filmés en train de décapiter un enfant à Alep Mohamed Abrini, suspect dans les attentats de Paris, arrêté en Belgique Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Amériques >> Amériques

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

L'armée américaine disposait pendant la Guerre froide d'armes atomiques à Okinawa, avant la rétrocession au Japon de cet archipel situé stratégiquement dans le Pacifique, selon des documents récemment déclassifiés par Washington.

Le Pentagone a déclassifié toutes les informations concernant «le fait que des armes nucléaires américaines avaient été déployées L'armée américaine stockait des armes atomiques à Okinawa avant 1972sur Okinawa avant sa rétrocession au Japon le 15 mai 1972», écrit le ministère américain de la Défense sur l'un de ses sites.

Située à l'extrême sud de l'archipel nippon, Okinawa représente un point stratégique en cas de conflit en Asie.

Un institut de recherche indépendant, le National Security Archive, a salué vendredi cette révélation tout en rappelant que des photos de l'armée de l'air américaine montrant des armes atomiques sur l'île avaient été publiées il y a plus de 25 ans.

Accords secrets

«Bien que cette publication soit bienvenue, sa portée est quelque peu tempérée par ce fait stupéfiant», écrit l'organisme, qui dépend de l'université George Washington dans la capitale américaine. Le gouvernement a perdu un temps et des ressources «colossaux» en retardant la déclassification de cette information, selon l'institut.

Le Japon avait lui reconnu en 2010 l'existence d'accords secrets passés avec les Etats-Unis en 1969. L'un permettait aux navires et avions américains dotés d'armes nucléaires de faire escale au Japon, l'autre autorisait le dépôt d'armes nucléaires sur les bases américaines d'Okinawa.

Le Japon est le seul pays à avoir été la cible d'attaques nucléaires. Les bombes atomiques lâchées par les Etats-Unis en août 1945 sur Hiroshima et Nagasaki ont fait plus de 210.000 morts, poussant le Japon à capituler à la fin de la Seconde guerre mondiale.

Encore plusieurs bases

En vertu d'une politique de 1967 dite des «trois principes antinucléaires» édictés par le Premier ministre d'alors, Eisaku Sato, prix Nobel de la paix en 1974, le Japon s'est interdit de produire, posséder ou permettre à des armes nucléaires d'entrer sur son sol.

L'archipel d'Okinawa était resté sous administration américaine jusqu'en 1972. L'armée américaine y compte encore plusieurs bases.

Source : AFP et rédaction

20-02-2016 | 10:44
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut