Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Pakistan : HRW accuse la police de tortures et meurtres Syrie : le Kremlin fustige les déclarations «inadmissibles» des Etats-Unis et du Royaume-Uni à l’Onu Le prince George refuse de saluer Justin Trudeau Les démineurs à pied d’œuvre dans un quartier d’Alep libéré Allemagne : le gouvernement accuse les médecins de freiner l’expulsion des migrants 12 ans de prison requis contre un Palestinien mineur A Calais, Hollande promet de «démanteler complètement, définitivement le camp» de migrants Yémen: un dirigeant d’Ansarullah propose une trêve à la frontière avec l’Arabie Jaafari : «Ahrar Al-Sham» prépare une attaque chimique contre des civils et en accuserait l’armée Etats-Unis: levée du couvre-feu à Charlotte Le Hezbollah condamne l’assassinat de l’écrivain jordanien Nahed Hattar Amitié et soutien des USA à «Israël», Netanyahou a rencontré les deux candidats américains Menace terroriste : les Suisses votent massivement en faveur de la surveillance en ligne HRW accuse la Fifa de cautionner le «vol» de terres palestiniennes Suède: fusillade à Malmö, quatre blessés Migrants: la France ne sera pas un pays «de campements», réplique Hollande à la droite Alep : l’armée syrienne libère le camp de Handarat, près de la route du Castello Un livre s’adressant aux terroristes et publié en Turquie, trouvé par des soldats syriens Les Faux-Arabes et la guerre contre la Syrie Netanyahou va rencontrer Trump et Clinton dimanche à New York Loi autorisant des poursuites contre Riyad: Obama a opposé son veto Gabon : la Cour constitutionnelle valide la réélection du président Ali Bongo Le PM belge met en avant les intérêts communs entre Bruxelles et Moscou Etats-Unis: la tension persiste à Charlotte où Clinton repousse sa visite La Corée du Nord promet devant l’ONU de renforcer encore sa «dissuasion nucléaire» Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Amériques >> Amériques

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

L'armée américaine disposait pendant la Guerre froide d'armes atomiques à Okinawa, avant la rétrocession au Japon de cet archipel situé stratégiquement dans le Pacifique, selon des documents récemment déclassifiés par Washington.

Le Pentagone a déclassifié toutes les informations concernant «le fait que des armes nucléaires américaines avaient été déployées L'armée américaine stockait des armes atomiques à Okinawa avant 1972sur Okinawa avant sa rétrocession au Japon le 15 mai 1972», écrit le ministère américain de la Défense sur l'un de ses sites.

Située à l'extrême sud de l'archipel nippon, Okinawa représente un point stratégique en cas de conflit en Asie.

Un institut de recherche indépendant, le National Security Archive, a salué vendredi cette révélation tout en rappelant que des photos de l'armée de l'air américaine montrant des armes atomiques sur l'île avaient été publiées il y a plus de 25 ans.

Accords secrets

«Bien que cette publication soit bienvenue, sa portée est quelque peu tempérée par ce fait stupéfiant», écrit l'organisme, qui dépend de l'université George Washington dans la capitale américaine. Le gouvernement a perdu un temps et des ressources «colossaux» en retardant la déclassification de cette information, selon l'institut.

Le Japon avait lui reconnu en 2010 l'existence d'accords secrets passés avec les Etats-Unis en 1969. L'un permettait aux navires et avions américains dotés d'armes nucléaires de faire escale au Japon, l'autre autorisait le dépôt d'armes nucléaires sur les bases américaines d'Okinawa.

Le Japon est le seul pays à avoir été la cible d'attaques nucléaires. Les bombes atomiques lâchées par les Etats-Unis en août 1945 sur Hiroshima et Nagasaki ont fait plus de 210.000 morts, poussant le Japon à capituler à la fin de la Seconde guerre mondiale.

Encore plusieurs bases

En vertu d'une politique de 1967 dite des «trois principes antinucléaires» édictés par le Premier ministre d'alors, Eisaku Sato, prix Nobel de la paix en 1974, le Japon s'est interdit de produire, posséder ou permettre à des armes nucléaires d'entrer sur son sol.

L'archipel d'Okinawa était resté sous administration américaine jusqu'en 1972. L'armée américaine y compte encore plusieurs bases.

Source : AFP et rédaction

20-02-2016 | 10:44
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut