Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Cazeneuve précise les contours de la Fondation pour l’islam de France Merkel juge inacceptable le refus de pays européens d’accueillir des réfugiés musulmans Libye: «Daech» pourchassé dans ses derniers carrés à Syrte Allemagne : plus de 300 extrémistes auraient infiltré l’armée La Turquie continuera à cibler les combattants kurdes dans le nord de la Syrie Sayed Khamenei : si l’ennemi nous attaque, il recevra la riposte adéquate Etats-Unis : un moteur se désolidarise de son avion en plein vol Les guerres civiles qui frappent les portes de l’Europe Irak: au moins 18 morts dans un attentat suicide lors d’une cérémonie de mariage Amnesty veut un «procès équitable» pour Mohammad Halabi Une enquête du NYT: Le wahhabisme saoudien a propagé l’extrémisme et provoqué le terrorisme Attaque à la bombe à l’institut national de criminologie de Bruxelles Tunisie: promis à de lourds défis, le gouvernement d’union obtient la confiance Turquie: arrestation de 3 anciens hauts diplomates liés au putsch avorté Apple met à jour ses appareils mobiles pour contrer un logiciel espion Prison ferme pour trois Canadiens coupables de «terrorisme» Gabon: les électeurs appelés aux urnes pour élire leur nouveau président Un garçon britannique exécute un otage dans une nouvelle vidéo de «Daech» Londres pourrait initier le Brexit sans le feu vert du parlement Syrie: pas d’accord entre la Russie et les Etats-Unis sur la coordination des frappes aériennes Daraya, icône de l’insurrection libérée par Damas «Daech» exécute plus de 25 jeunes hommes dans le nord de l’Irak Yémen: 14 martyrs dans des raids de la coalition sur une usine à Sanaa Des «rebelles syriens» dits «modérés» filmés en train de décapiter un enfant à Alep Mohamed Abrini, suspect dans les attentats de Paris, arrêté en Belgique Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> EXCLUSIVITÉS >> Analyses >> Analyses

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Par Akil Cheikh Hussein

Le flux d'émigrants vers l'Europe est encouragé et financé par les USA et le sionisme mondial. Insoucieuse, l'Europe officielle et extrémiste joue le même jeu.

De même qu'on se permette de dire qu'il y a du blanc et du blanc plus blanc que le blanc, on doit accepter l'idée de l'existence d'un vrai et d'un vrai plus vrai que le vrai et d'un vrai moins vrai que le vrai.

Dans cette dernière catégorie, on peut insérer une multitude de vérités qu'on peut facilement qualifier de mensonge, d'hypocrisie, de lâcheté…

Positions néfastes

Et c'est exactement le cas de la situation où ceux qui, se voulant Européens courageux et honnêtes, Européens plus que les Européens, prennent, en ce qui concerne  ce qu'on appelle le flux d'émigrants vers l'Europe, des positions néfastes pour l'Europe. En effet , de plus en plus d'observateurs pensent que ces positions mènent tout droit à la guerre civile.

De telles prévisions ne devraient pas étonner outre mesure.  L'Europe a, par le passé, connu des guerres civiles. Des guerres civiles font actuellement rage dans des pays limitrophes de l'Europe et où les doigts des Européens sont visiblement actifs. Mais surtout l'Europe a, en plus que ce problème d'émigrants, des tas d'autres problèmes explosifs  socio-économiques, ethniques  ou dus à sa position peu confortable entre des supposés alliés américains et ennemis russes.

Dans la mêlée des positions dangereuses pour l'Europe, on distingue l'islamophobie galopante. L'une de ses expressions notoires qui montrent les demies vérités en pleine action nous a été présentée, il y a quelques jours, par des Européens qui, se prenant pour des militants pour la cause de l'Europe, ont admiré avec enthousiasme des sculptures en papier mâché représentant l'Europe en train d'embrasser les pieds nus d'Erdogan. Le suppléant ainsi, tout en lui avançant des milliards de dollars,  de faire de son pays une zone tampon «humanitaire» pour contrer le flot de réfugiés syriens en Turquie.

Admettons qu'étant donné les fameuses raisons historiques et culturelles, c'est une honte pour l'Europe de s'humilier devant la Turquie. Mais est-ce un signe de bravoure de s'attaquer à un pays malade depuis déjà deux siècles et défait depuis déjà un siècle, surtout lorsqu'une telle attitude ne rapporte rien en matière de gloire à une Europe en perte rapide de sa gloire historique et culturelle ?

Il se peut que s'adresser à la Turquie pour quémander une telle attitude soit chose condamnable pour quiconque se veut noble européen. Mais c'est se placer aux antipodes de la noblesse de le faire tout en sachant que le véritable combat est ailleurs.

Autres péchés

Certes, les classes politiques européennes sont blâmables parce qu'elles lèchent les bottes d'Erdogan. Mais ceux qui s'en insurgent sont beaucoup plus blâmables car ils  ne le font pas, du fait de leur complicité, en raison d'autres péchés beaucoup plus ignobles commis par l'Europe. 

Le premier de ces péchés est l'existence même de ce scandale qu'est le flux d'émigrants ou de réfugiés qui s'abat sur l'Europe. Tout d'abord, tout le monde sait qu'une forte proportion d'émigrants sont des émigrants économiques qui fuient des pays détruits par des guerres fomentées par l'Occident et, avant les guerres, des situations de misère dues aux politiques de destructions menées par les institutions financières occidentales.

Et sans parler de l'émigration qui a toujours été encouragée par les patrons ayant besoin de mains-d'œuvre à bas prix ou par des politiciens et sociologues terrifiés par le vieillissement des sociétés occidentales, ou soucieux d'acculturer des originaires d'autres pays pour des «visées stratégiques», l'on ne doit pas occulter le fait que les gouvernements européens ont, ces dernières années, dopé ce phénomène en participant  plus ou moins activement au soutien fourni aux groupes terroristes qui ont déraciné des millions de Syriens et autres victimes du Printemps arabe condamnés désormais à chercher asile en Europe.

L'Europe n'a aucun intérêt à attiser des adversités avec les immigrés ou les émigrants. Pour se défendre et défendre sa sécurité, l'Europe doit en finir avec la tutelle des Etats-Unis et des Sionistes  qui financent le flux d'émigrants, et qui mettent la pression sur les gouvernements européens pour les obliger à accueillir davantage d'émigrants. 

Il faut reconnaitre cependant que le flux d'émigrants peut être «miné» par des terroristes : Des rapports des services secrets européens affirment que Daech est en train de faire noyer l'Europe par des dizaines de milliers de guerriers potentiels, mais ces services n'osent pas reconnaitre qu'une telle évolution ne peut pas avoir lieu si elle n'est pas voulue par Washington et «Tel-Aviv».

Bref, si danger il y a qui guette l'Europe, il ne peut venir que de l'autre côté de l'Atlantique. 

Source : French.alahednews

 

17-02-2016 | 08:47
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut