Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Algérie: 4 terroristes abattus dans une opération militaire France : la sortie de l’euro pourrait prendre un an et demi, dit Le Pen Le règlement du règne saoudien attend le signal américain Le Mistral au Japon avant des manœuvres dans le Pacifique Officier sioniste: le Hezbollah est la plus grande menace Le premier train direct de Londres est arrivé en Chine Le Venezuela a lancé sa procédure de retrait de l’OEA Le président de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe censuré après un voyage en Syrie Afghanistan: les Marines américains de retour dans le Helmand Un soldat allemand qui prétendait être un réfugié syrien, suspecté d’un projet d’attentat La Corée du Nord procède à un nouveau tir de missile balistique Éthiopie: 7,7 millions de personnes ont besoin d’aide alimentaire Comment l’Arabie saoudite exporte-t-elle le wahhabisme à l’étranger ? Moscou promet une réponse musclée à une éventuelle frappe US Trump estime que l’Arabie saoudite ne paie pas assez pour sa défense Une journée avec les combattants du Hezbollah à la frontière libano-palestinienne L’armée syrienne reprend le plus grand gisement de gaz du pays L’explosion du Capitole dans une vidéo diffusée par Pyongyang Assad: les USA empêchent l’OIAC d’enquêter sur l’incident à Khan Cheikhoun Afghanistan: les talibans lancent leur offensive de printemps Salman enflamme les conflits du Trône: bientôt un coup d’Etat ! L’opposant bahreïni Abdel Hadi al-Khawaja a entamé une grève de la faim en prison Arabie: appels sur Twitter pour des manifestations de chômeurs Le Venezuela décidé à se retirer de l’Organisation des États américains La Réunion: deux policiers blessés par un terroriste présumé Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> EXCLUSIVITÉS >> Analyses >> Analyses

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Par Akil Cheikh Hussein

L'Occident impérialiste et ses suppôts régionaux ont perdu le combat du nucléaire pacifique iranien. La victoire iranienne est un fruit des enseignements de l'Islam.  

On n'en finit pas de dénombrer les bienfaits, pour l'Iran, de l'accord sur son programme nucléaire pacifique et, par conséquent, de la levée des sanctions qui frappaient son économie depuis 40 ans.

Au-delà de l'argent

Ce sont, en fin de compte, des centaines de milliards de dollars qui, grâce au bon usage dont en fera la République islamique -par comparaison  à ce qui se passe sous les signes de la corruption dans beaucoup d'autre pays- équivaudront à des trillions et contribueront à la consolidation de l'économie du pays et de sa place géopolitique régionale et internationale.

Mais bien qu'il soit important, l'argent n'est qu'une partie infime de ce qui est gagné par l'Iran et de la cause qu'il défend.

C'est d'abord une victoire éclatante dans une guerre menée contre l'Iran par les puissances hégémoniques depuis l'éclatement de la révolution islamique en 1979 : On ne doit pas oublier que cet Iran que tous les responsables politiques des Etats-Unis et de l'Union européenne se félicitent maintenant de s'être arrivés à cet accord avec lui sont les mêmes ou leurs héritiers qui, depuis quarante ans, ne se lassaient de le traiter de tous les mauvais noms.

Ils sont les mêmes qui l'accusaient de parrainer le terrorisme et de faire partie de l'axe du mal tout en aiguisant leurs couteaux pour le faire saigner rien que parce qu'il défend son indépendance nationale contre leurs convoitises. Et parce qu'il se donnait en exemple à suivre pour les peuples épris de dignité et d'indépendance.

Combien de fois ont-ils misé sur son effondrement et fourni soutien aux agressions et aux projets d'agressions menées par certains de ses voisins comme Saddam et les Talibans ?  Combien de fois ont-ils eux-mêmes menacé de l'attaquer militairement ? Et combien de fois ont-ils renoncé à une telle aventure  non par gentillesse et civilité mais par peur de la défaite qui les attendait ?

L'accord signée en juillet 2015 par l'Iran et les 5+1 suivi, par la levée des sanctions avec la poursuite du travail de l'Iran sur son programme nucléaire sont une victoire pour l'Iran mais surtout pour les idéaux de l'Iran qui sont à la base de cette victoire. Ces idéaux se résument en un seul mot : L'Islam.

Et lorsqu'on dit «Islam», car il n'existe qu'un seul Islam unique et indivisible face à des modalités fabriquées de toutes pièces d'Islams dits modéré, extrémiste, djihadiste ou  fondamentaliste, on entend simplement l'Islam authentique.

Fraternité et justice

Il s'agit d'un Islam où toutes les écoles, sunnites, chiites et autres, peuvent et doivent concourir à supporter en le comprenant comme un appel adressé aux hommes, sans distinctions aucune, pour construire une société mondiale sous les signes de la fraternité et de la justice.

Cet Islam ne peut qu'être un cri contre toutes les formes d'hégémonie, d'oppression et de crimes perpétrées par l'axe du mal américain et sioniste et ses prolongements régionaux qui prétendent agir au nom de l'Islam.

Il ne peut qu'être une action sérieuse pour la prospérité du genre humain : Le programme nucléaire iranien n'est qu'une expression d'une grande révolution culturelle et scientifique menée par les universités iraniennes et par la totalité de la société iranienne  à la lumière des enseignements de l'Islam authentique.

Une question se pose à ce propos : Comment se fait-il que l'islam fait de tels miracles dans un Iran assiégé et menacé par toutes les puissances hégémoniques du monde, alors qu'il ne donne lieu, chez ses voisins du Golfe qui possèdent des richesses colossales, qu'à des pratiques perverses au niveau des modes de vie, mais aussi au niveau de la sauvagerie qu'ils exercent contre les peuples musulmans en Syrie, au Yémen et ailleurs  ?

Ne suffit-il pas,  pour prouver la justesse de la cause que défend l'Iran et l'importance de sa victoire dans le combat de son programme nucléaire pacifique, de signaler l'irritation du front lésé par cet événement et comprenant les milieux républicains aux Etats-Unis, l'entité sioniste et le Royaume saoudien ? Un front auquel on peut ajouter d'autres chefs occidentaux qui, de Barak Obama, jusqu'au François Hollande, cachent leur frustration sous des paroles diplomatiques que leur impose leur débâcle.    

Source : French.alahednews

26-01-2016 | 07:51
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut