Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
L’armée et ses alliés délogent «Daech» d’un village au nord-est d’Alep «Israël» donne son feu vert à la construction de 566 logements à al-Qods Primaire PS: Hamon en tête, avantage face à Valls L’Egypte œuvre pour une «solution politique» en Libye Découvrez les visages de l’administration Trump Pour Marine Le Pen, après le Brexit et Trump, l’Europe va se réveiller en 2017 L’alliance… Est-elle possible entre la Russie et une Turquie membre de l’Otan ? Livni annule sa participation à une conférence en Belgique par crainte d’être arrêtée Extradition de Snowden aux USA: l’ex-agent n’est pas un jouet, selon Moscou La normalisation entre l’Arabie et «Israël» continue Pakistan: attentat à la bombe sur un marché, au moins 13 martyrs et 47 blessés Le Sénat confirme le général Mattis comme secrétaire à la Défense Gaza: un activiste du Hamas tué dans l’effondrement d’un tunnel USA: Trump s’installe à la Maison Blanche et signe son 1er décret Les Etats-Unis inventent des problèmes dans le ciel au-dessus de la Syrie, selon la Défense russe Sara Netanyahou a témoigné devant la police dans l’enquête qui vise le PM Arabie Saoudite : Plus de 150 exécutions pour la deuxième année consécutive Attentat à Berlin: «Daech» revendique l’attaque, son auteur en fuite Poutine: la Russie et l’Europe doivent «s’unir dans la lutte contre le terrorisme» Face à Trump, un journal chinois veut «davantage d’armes nucléaires» Téhéran: l’objectif derrière les propos de May est la conclusion de nouveaux contrats d’armements avec le Golfe François Fillon va «préciser» son projet sur la Sécurité sociale Un chef terroriste remercie «Israël» pour la «frappe de Damas» Trump nomme un partisan des énergies fossiles à l’Environnement Corée du Sud: les députés lancent la procédure de destitution Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Asie >> Asie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

La police turque a arrêté vendredi des intellectuels signataires d'une pétition réclamant la fin des opérations controversées de l'armée contre la rébellion kurde, qui a provoqué la fureur du président turc Recep Tayyip Erdogan.

Sur ordre du procureur, 21 universitaires ont été interpellés à l'aube à leur domicile et placés en garde à vue à Kocaeli (nord-ouest) dans le cadre d'une enquête ouverte pour «propagande terroriste» et «insulte aux institutions et à la République turque», aTurquie: 21 intellectuels arrêtés pour avoir signé une pétition pour la paix. rapporté l'agence de presse progouvernementale Anatolie.

1 200 signataires

Près de 1.200 personnes ont signé lundi une «initiative des universitaires pour la paix» réclamant la fin de l'intervention des forces de sécurité turques contre les partisans du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans le sud-est à majorité kurde du pays.

Dans ce texte intitulé «nous ne serons pas associés à ce crime», les signataires dénoncent «un massacre délibéré et planifié en totale violation des lois turques et des traités internationaux signés par la Turquie».

Cette pétition, également signée par des intellectuels étrangers comme le linguiste américain Noam Chomsky, a suscité l'ire du gouvernement turc.

Dérive autoritaire

Erdogan a dénoncé jeudi une «cinquième colonne». «Cette horde d'universitaires s'est clairement rangée dans le camp de l'organisation terroriste (le PKK, ndlr) et a craché sa haine sur le peuple turc», s'est-il emporté lors d'un discours à Ankara.

L'armée et la police turques ont investi il y a un mois les villes sous couvre-feu de Cizre et de Silopi (sud-est) pour en déloger des partisans du PKK. Les combats y ont provoqué la mort de nombreux civils et l'exode d'une partie de la population.

Recep Tayyip Erdogan a promis «d'éradiquer» le PKK, qui mène la rébellion depuis 1984.

Les détracteurs du président du pays, au pouvoir depuis 2003, l'accusent régulièrement de dérive autoritaire.

Source: agences et rédaction

15-01-2016 | 11:10
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut