Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

 Les maîtres de la victoire

Mali: annulation de l’installation de l’autorité intérimaire à Kidal L’Iran organise de nouvelles manœuvres militaires à partir de lundi Merkel voudrait établir de bonnes relations avec la Russie malgré leurs divergences Le FBI organise un mystérieux briefing pour évoquer la Russie Un cinquième groupe de S-400 flambants neufs bientôt déployé près de Moscou Zarif: La présence des troupes US en Syrie provoquerait une escalade de l’extrémisme Syrie: les dirigeants de «Daech» quittent Raqa (Pentagone) Un centre de commandement de «Daech» touché à Mossoul-Ouest Implatations: L’équipe de transition de Trump a tenté de bloquer la résolution de l’ONU Turquie: un journaliste de Die Welt accusé de terrorisme Zarif à CNN : le décret Trump est une «insulte» contre le peuple iranien Le Sénat américain confirme le climatosceptique Pruitt à la tête de l’EPA Fillon: je suis candidat et j’irai jusqu’à la victoire Donald Trump traite plusieurs médias «d’ennemis des Américains» Syrie: plus de 40 terroristes exécutés par un groupe extrémiste rival Merkel surprise d’apprendre que ses services de renseignement espionnaient des pays alliés Nigeria: 7 kamikazes, dont 6 femmes, se font exploser à Maiduguri, pas de victime MSF dit avoir soigné 55.000 blessés dans la guerre au Yémen Pour le Financial Times, le Hezbollah sortira renforcé du conflit syrien Poutine: des armées terroristes soutenues par certains pays à l’œuvre au Proche-Orient USA: le nombre de groupes anti-musulmans a triplé en 2016 Marine Le Pen présente l’électorat le plus déterminé (sondage) Centrafrique: HRW dénonce des «crimes de guerre» d’un groupe armé Quand les ventes d’armes britanniques à l’Arabie saoudite créent la polémique «Israël»: la fermeture d’un réservoir d’ammoniaque menacé par le Hezbollah reportée Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Asie >> Asie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

La police turque a arrêté vendredi des intellectuels signataires d'une pétition réclamant la fin des opérations controversées de l'armée contre la rébellion kurde, qui a provoqué la fureur du président turc Recep Tayyip Erdogan.

Sur ordre du procureur, 21 universitaires ont été interpellés à l'aube à leur domicile et placés en garde à vue à Kocaeli (nord-ouest) dans le cadre d'une enquête ouverte pour «propagande terroriste» et «insulte aux institutions et à la République turque», aTurquie: 21 intellectuels arrêtés pour avoir signé une pétition pour la paix. rapporté l'agence de presse progouvernementale Anatolie.

1 200 signataires

Près de 1.200 personnes ont signé lundi une «initiative des universitaires pour la paix» réclamant la fin de l'intervention des forces de sécurité turques contre les partisans du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans le sud-est à majorité kurde du pays.

Dans ce texte intitulé «nous ne serons pas associés à ce crime», les signataires dénoncent «un massacre délibéré et planifié en totale violation des lois turques et des traités internationaux signés par la Turquie».

Cette pétition, également signée par des intellectuels étrangers comme le linguiste américain Noam Chomsky, a suscité l'ire du gouvernement turc.

Dérive autoritaire

Erdogan a dénoncé jeudi une «cinquième colonne». «Cette horde d'universitaires s'est clairement rangée dans le camp de l'organisation terroriste (le PKK, ndlr) et a craché sa haine sur le peuple turc», s'est-il emporté lors d'un discours à Ankara.

L'armée et la police turques ont investi il y a un mois les villes sous couvre-feu de Cizre et de Silopi (sud-est) pour en déloger des partisans du PKK. Les combats y ont provoqué la mort de nombreux civils et l'exode d'une partie de la population.

Recep Tayyip Erdogan a promis «d'éradiquer» le PKK, qui mène la rébellion depuis 1984.

Les détracteurs du président du pays, au pouvoir depuis 2003, l'accusent régulièrement de dérive autoritaire.

Source: agences et rédaction

15-01-2016 | 11:10
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut