Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
13 personnes décapitées par «Daech» dans le nord de l’Irak pour avoir aidé des civils à fuir Explosion d’une bombe à Zahlé, 1 mort et plusieurs blessés Pour le camp du 14 Mars, il faut empêcher «contagion aouniste» Le Pentagone confirme qu’al-Baghdadi est un ancien détenu d’Abu Ghraib Tunisie : la corruption a atteint un stade «épidémique» Birmanie : pourparlers de paix sur fond de rébellions ethniques Cisjordanie occupée: «Israël» ferme une radio palestinienne Les 10 stratégies pour manipuler les peuples, selon Noam Chomsky Américains tués en Libye: nouvelles révélations sur la correspondance d’Hillary Clinton L’offensive saoudienne au Yémen a fait au moins 10 000 morts, selon un bilan de l’ONU Un ancien recruteur d’«Al-Qaïda» embauché dans une université américaine Al-Adnani, porte-parole officiel de «Daech» et «ministre des attentats», tué à Alep Attaques chimiques en Syrie: pas de «preuves matérielles» dans le rapport de l’ONU, selon Damas Syrie: Washington dit avoir obtenu une trêve entre Turcs et Kurdes Turquie: neuf journalistes arrêtés, dont le rédacteur en chef du Hürriyet Vladimir Poutine se rendra au Japon en décembre (Kremlin) Yémen: 14 martyrs dans des raids de la coalition sur une usine à Sanaa Des «rebelles syriens» dits «modérés» filmés en train de décapiter un enfant à Alep Mohamed Abrini, suspect dans les attentats de Paris, arrêté en Belgique Les Palestiniens tentent de faire condamner les implantations à l’ONU Pyongyang a testé avec succès un moteur de missile balistique intercontinental Texas: une fusillade sur une base aérienne fait au moins deux morts Yémen: cessation totale des actions militaires ? Yémen: des bombes US utilisées dans des raids meurtriers sur un marché, selon HRW L’Otan ne veut pas d’une nouvelle «guerre froide» avec Moscou Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Asie >> Asie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

La police turque a arrêté vendredi des intellectuels signataires d'une pétition réclamant la fin des opérations controversées de l'armée contre la rébellion kurde, qui a provoqué la fureur du président turc Recep Tayyip Erdogan.

Sur ordre du procureur, 21 universitaires ont été interpellés à l'aube à leur domicile et placés en garde à vue à Kocaeli (nord-ouest) dans le cadre d'une enquête ouverte pour «propagande terroriste» et «insulte aux institutions et à la République turque», aTurquie: 21 intellectuels arrêtés pour avoir signé une pétition pour la paix. rapporté l'agence de presse progouvernementale Anatolie.

1 200 signataires

Près de 1.200 personnes ont signé lundi une «initiative des universitaires pour la paix» réclamant la fin de l'intervention des forces de sécurité turques contre les partisans du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans le sud-est à majorité kurde du pays.

Dans ce texte intitulé «nous ne serons pas associés à ce crime», les signataires dénoncent «un massacre délibéré et planifié en totale violation des lois turques et des traités internationaux signés par la Turquie».

Cette pétition, également signée par des intellectuels étrangers comme le linguiste américain Noam Chomsky, a suscité l'ire du gouvernement turc.

Dérive autoritaire

Erdogan a dénoncé jeudi une «cinquième colonne». «Cette horde d'universitaires s'est clairement rangée dans le camp de l'organisation terroriste (le PKK, ndlr) et a craché sa haine sur le peuple turc», s'est-il emporté lors d'un discours à Ankara.

L'armée et la police turques ont investi il y a un mois les villes sous couvre-feu de Cizre et de Silopi (sud-est) pour en déloger des partisans du PKK. Les combats y ont provoqué la mort de nombreux civils et l'exode d'une partie de la population.

Recep Tayyip Erdogan a promis «d'éradiquer» le PKK, qui mène la rébellion depuis 1984.

Les détracteurs du président du pays, au pouvoir depuis 2003, l'accusent régulièrement de dérive autoritaire.

Source: agences et rédaction

15-01-2016 | 11:10
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut