Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Algérie: 4 terroristes abattus dans une opération militaire France : la sortie de l’euro pourrait prendre un an et demi, dit Le Pen Le règlement du règne saoudien attend le signal américain Le Mistral au Japon avant des manœuvres dans le Pacifique Officier sioniste: le Hezbollah est la plus grande menace Le premier train direct de Londres est arrivé en Chine Le Venezuela a lancé sa procédure de retrait de l’OEA Le président de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe censuré après un voyage en Syrie Afghanistan: les Marines américains de retour dans le Helmand Un soldat allemand qui prétendait être un réfugié syrien, suspecté d’un projet d’attentat La Corée du Nord procède à un nouveau tir de missile balistique Éthiopie: 7,7 millions de personnes ont besoin d’aide alimentaire Comment l’Arabie saoudite exporte-t-elle le wahhabisme à l’étranger ? Moscou promet une réponse musclée à une éventuelle frappe US Trump estime que l’Arabie saoudite ne paie pas assez pour sa défense Une journée avec les combattants du Hezbollah à la frontière libano-palestinienne L’armée syrienne reprend le plus grand gisement de gaz du pays L’explosion du Capitole dans une vidéo diffusée par Pyongyang Assad: les USA empêchent l’OIAC d’enquêter sur l’incident à Khan Cheikhoun Afghanistan: les talibans lancent leur offensive de printemps Salman enflamme les conflits du Trône: bientôt un coup d’Etat ! L’opposant bahreïni Abdel Hadi al-Khawaja a entamé une grève de la faim en prison Arabie: appels sur Twitter pour des manifestations de chômeurs Le Venezuela décidé à se retirer de l’Organisation des États américains La Réunion: deux policiers blessés par un terroriste présumé Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> EXCLUSIVITÉS >> Analyses >> Analyses

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer
Par Samer R. Zoughaib

Dans son discours charnière du vendredi 30 janvier, le secrétaire général du Hezbollah, sayyed Hassan Nasrallah, a démontré, par un raisonnement logique, la collusion entre «Israël» et les takfiristes actifs sur le terrain en Syrie, notamment le Front al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda. Ainsi, explique-t-il, l'entité sioniste s'est-elle sentie menacée par six membres de la Résistance, en tournée d'inspection dans la province de Quneitra, mais ne semble nullement préoccupée par la présence, le long du Golan occupé, de plusieurs milliers de combattants d'al-Nosra, armés jusqu'aux dents. «Le Front al-Nosra a déployé près du Golan des milliers de combattants dotés de chars, de roquettes, de missiles antichars, de casernes, de positions et de fortifications militaires», a déclaré sayyed Nasrallah, en rappelant que cette organisation est inscrite sur les listes internationales des organisations terroristes. Malgré cela, souligne-t-il, «Israël» ne semble pas inquiet ou inquiété le moins du monde par cette présence massive d'hommes armés prétendant combattre sous un étendard islamique.
Depuis plus de deux ans, nous publions sur ce même site un grand nombre d'articles, basés sur des informations sûres et fiables, faisant la lumière sur les relations étroites qui existent entre «Tel-Aviv» et les groupes les plus extrémistes en Syrie. C'est ainsi que plus d'un millier de combattants extrémistes ont été soignés dans les hôpitaux de Safad, Haïfa et Tibériade, après avoir été transférés des champs de bataille du sud syrien avec l'aide directe des «Israéliens». Mais le soutien va au-delà de ce qui est présenté par la propagande israélienne comme un «geste humanitaire». La couverture aérienne et les barrages d'artillerie fournis par l'armée «israélienne» ont joué un rôle crucial dans l'avancée -toute relative- des groupes extrémistes dans le Golan, dans le but d'instaurer une ceinture de sécurité large de 5 à 7 kilomètres, le long du Golan occupé.
Pour éloigner les témoins gênants, les groupes terroristes ont enlevé, l'été dernier, 45 Casques bleus de la force internationale d'interposition déployée depuis 1974, la Fnuod, qui a décidé, après cet incident, d'évacuer de nombreuses positions, laissant le terrain libre à Al-Qaïda.

Transfert de matériel et 59 réunions

Aujourd'hui, même les médias occidentaux ne peuvent plus passer sous silence le soutienDu Golan au Sinaï, les takfiristes sont des alliés d’«Israël» multiforme apporté par «Israël» aux extrémistes. Dans un article publié le 7 décembre 2014, le quotidien français «Libération», pourtant proche d'«Israël», fait état d'un grand nombre de rapports des Nations unies évoquant «un dialogue et des transferts de matériel aux rebelles syriens». Ces documents, basés sur des observations directes faites par des Casques bleus présents dans le Golan révèlent des «contacts suivis» entre des officiers sionistes et «certains groupes rebelles (...) parmi lesquels des islamistes du Front al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda».
«Libération» ajoute que les rapports de la Fnuod adressés aux quinze membres du Conseil de sécurité révèlent que les rencontres entre militaires israéliens et rebelles syriens sont quasi-quotidiennes depuis au moins dix-huit mois. Ces notes d'observation démontrent qu'un dialogue s'est instauré entre les deux parties le long de la ligne de séparation entre la Syrie et la partie du Golan occupée par «Israël». Du 1er mars au 31 mai 2014, les Casques bleus ont ainsi comptabilisé 59 réunions, précise le journal français.
Et ce n'est pas tout. Les observateurs de la Fnuod ont constaté qu'en certaines occasions, l'armée israélienne transfère des caisses aux rebelles, comme ce fut le cas le 10 juin. «A deux occasions la Fnuod a aussi observé que des officiers israéliens faisaient pénétrer des rebelles en bon état de santé sur le territoire de l'Etat hébreu. Où se rendaient-ils? Pour discuter avec qui? Dans ce cas également, il n'y a pas de réponse», poursuit «Libération», qui ajoute que la majorité des contacts observés se sont déroulés à proximité d'un poste de la Fnuod surnommé «Point 85», qui a depuis été évacué après l'enlèvement des 45 Casques bleus.
La date de ces transferts de caisses et de ces contacts suivis coïncident avec la vaste offensive lancée par les extrémistes et qui leur a permis d'occuper un certain nombre de positions de l'armée syrienne dans la province de Quneitra. A cette même époque, le ministre «israélien» de la Guerre, Moshé Yaalon, qualifiait le Front al-Nosra de «branche la plus modérée d'Al-Qaïda» tandis que le ministre Français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, estimait qu'«Al-Nosra fait du bon boulot en Syrie».

Dans le Sinaï aussi

La collusion entre l'entité sioniste et les extrémistes prétendant se battre sous l'étendard de l'islam ne se limite pas au Golan mais englobe également le Sinaï, où «Ansar Beit al-Maqdess», qui a prêté allégeance à l'organisation terroriste de «Daech» a mené un série d'attaques meurtrières sans précédent contre l'armée égyptienne, qui ont fait, la semaine dernière, des dizaines de morts.
Quel meilleur service peut-on rendre à «Israël» sinon d'attaquer et d'affaiblir les armées syrienne, égyptienne et libanaise, les forces armées des pays dit de «l'étau». Il est intéressant de noter, dans ce cadre, la réaction iranienne aux attaques du Sinaï. Le chef d'état-major interarmes iranien, le général Hassan Feyrouz, a estimé que «ceux qui attaquent l'armée égyptienne servent les intérêts d'Israël». La même position a été exprimée par la porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Marzieh Afkham, qui a affirmé que «l'objectif des attaques du Sinaï est d'éloigner le monde musulman de son but qui est de défendre le peuple palestinien».

Source : French.alahednews

02-02-2015 | 16:04
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Recherche
Vers le haut