Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Cazeneuve précise les contours de la Fondation pour l’islam de France Merkel juge inacceptable le refus de pays européens d’accueillir des réfugiés musulmans Libye: «Daech» pourchassé dans ses derniers carrés à Syrte Allemagne : plus de 300 extrémistes auraient infiltré l’armée La Turquie continuera à cibler les combattants kurdes dans le nord de la Syrie Sayed Khamenei : si l’ennemi nous attaque, il recevra la riposte adéquate Etats-Unis : un moteur se désolidarise de son avion en plein vol Les guerres civiles qui frappent les portes de l’Europe Irak: au moins 18 morts dans un attentat suicide lors d’une cérémonie de mariage Amnesty veut un «procès équitable» pour Mohammad Halabi Une enquête du NYT: Le wahhabisme saoudien a propagé l’extrémisme et provoqué le terrorisme Attaque à la bombe à l’institut national de criminologie de Bruxelles Tunisie: promis à de lourds défis, le gouvernement d’union obtient la confiance Turquie: arrestation de 3 anciens hauts diplomates liés au putsch avorté Apple met à jour ses appareils mobiles pour contrer un logiciel espion Prison ferme pour trois Canadiens coupables de «terrorisme» Gabon: les électeurs appelés aux urnes pour élire leur nouveau président Un garçon britannique exécute un otage dans une nouvelle vidéo de «Daech» Londres pourrait initier le Brexit sans le feu vert du parlement Syrie: pas d’accord entre la Russie et les Etats-Unis sur la coordination des frappes aériennes Daraya, icône de l’insurrection libérée par Damas «Daech» exécute plus de 25 jeunes hommes dans le nord de l’Irak Yémen: 14 martyrs dans des raids de la coalition sur une usine à Sanaa Des «rebelles syriens» dits «modérés» filmés en train de décapiter un enfant à Alep Mohamed Abrini, suspect dans les attentats de Paris, arrêté en Belgique Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> EXCLUSIVITÉS >> Analyses >> Analyses

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer
Par Samer R. Zoughaib

De plus en plus d'experts et d'analystes s'interrogent sur l'attitude ambigüe des Occidentaux à l'égard des terroristes de «Daech». D'un côté, ils prétendent les combattre mais de l'autre, ils leur apportent un précieux soutien militaire et financier.

Moufid al-Baldaoui, caïmacam (préfet) du district de Balad, au nord de Bagdad, a révélé, samedi,Voilà comment l’Occident soutient «Daech»! qu'un avion de la Coalition internationale a largué, la veille, un ballon géant au-dessus d'une région où des combattants de «Daech» sont encerclés par les troupes irakiennes et les volontaires de la «Mobilisation populaire». Ce ballon est semblable à ceux qui contiennent des armes, des munitions et d'autres équipements militaires parachutés aux troupes des peshmergas dans d'autres régions du pays. M. Baldaoui a demandé aux autorités irakiennes d'ouvrir une enquête pour connaitre la composition du colis largué aux terroristes et identifier le pays responsable de ce parachutage. Il a précisé que des centaines d'habitants de Balad ont été témoins de cet incident, qui a été filmé (pour visionner la vidéo, cliquer ici ).

Ce n'est pas le premier incident du genre. Un officier de renseignement de l'armée irakienne et plusieurs autres experts ont révélé que des avions américains avaient largué des armes, des équipements et des rations alimentaires aux terroristes de «Daech» en difficulté dans la province de Diyala (Est de Bagdad), notamment dans la localité stratégique de Jaloula. Selon les mêmes sources, cette aide a permis aux terroristes, qui étaient sur le point de se rendre, de continuer de se battre pendant plusieurs jours. L'argument de l'erreur, invoqué par les responsables de la coalition pour expliquer ce parachutage, est peu convaincant, car ce jour-là, le 7 novembre, les avions de la coalition ont fait quatre passages, bien qu'ils aient été prévenu que les colis tombaient dans les régions contrôlées par les terroristes.

Le même scénario s'est reproduit fin novembre à trois reprises lors de la bataille de Jarf al-Sakhar, au sud de Bagdad. L'incident a suscité un tel émoi que le Premier ministre irakien, Haïdar al-Abadi, a protesté auprès du président américain Barak Obama. Lors de cette bataille, qui s'est terminée par la libération de cette région stratégique, les forces irakiennes ont capturé 300 terroristes de «Daech». L'un de leurs commandants a reconnu que ses hommes avaient profité des armes et des munitions larguées par des avions américains.

Ventes de pièces archéologiques en Occident

«Daech» profite aussi des largesses des Occidentaux pour alimenter ses caisses en devises fortes. Une enquête réalisée par Svetlana Kholodnova pour la «Voix de la Russe» révèle que l'organisation terroriste revend à des collectionneurs occidentaux les trésors archéologiques pillés en Irak et en Syrie. Ce marché lucratif, qui s'est essentiellement développé au Royaume-Uni, rapporterait plusieurs dizaines de millions de dollars. La journaliste ajoute que «seulement 1% des lots est intercepté par les forces de l'ordre, le reste s'éparpillant dans les pays d'Europe et aux Etats-Unis».

«Rien n'arrête les collectionneurs qui achètent les trésors aux terroristes», ajoute Mme Kholodnova avant de poursuivre: «Washington et les Européens affirment à l'unisson qu'il faut lutter contre l'EI et couper ses rentrées d'argent. Mais ces affirmations n'ont rien à voir avec la réalité. Selon les services de renseignement irakiens, suite au pillage de plusieurs lieux saints près de la ville syrienne de Nabak, les rebelles auraient empoché près de 40 millions de dollars.»

Ce flot de devises vient s'ajouter aux 50 à 100 millions de dollars générés tous les mois par «Daech» grâce au trafic de pétrole. Le brut est écoulé sur le marché noir via la Turquie et le Kurdistan irakien, au vu et au su des autorités, qui ne font rien pour mettre un terme à cette manne de dollars, qui permet à l'organisation terroriste d'entretenir une armée de plusieurs dizaines de milliers de combattants.

Source : French.alahednews

30-12-2014 | 09:46
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Recherche
Vers le haut