Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Propos menaçants d’Erdogan: l’UE convoque l’ambassadeur turc Bahreïn: le pouvoir pousse à la confrontation violente Syrie: l’armée reprend le contrôle d’une zone industrielle dans l’est de Damas En France, Marne-La-Vallée prépare la présidentielle à sa façon Irak: 400.000 personnes «piégées» dans la Vieille ville de Mossoul Egypte: 10 soldats tués dans l’explosion de bombes dans le Sinaï Bahreïn: libération d’un ancien photographe de l’AFP Yémen: «On a créé une crise humanitaire sans précédent» Moscou prêt à dialoguer avec les USA sur une réduction des armements nucléaires Le monde politique exprime sa solidarité avec Londres L’Arabie Saoudite se vide des femmes fuyant la tutelle des hommes Attaque de Londres: 4 morts et 40 blessés, la piste du terrorisme privilégiée L’écart se resserre encore entre Macron et Le Pen Amnesty accuse Washington et Londres d’alimenter la crise humanitaire au Yémen Attaque de Londres: 4 morts, la piste du terrorisme privilégiée Facebook ferme la page du Fateh palestinien Les Yézidis irakiens lancent un cri de détresse pour protéger leurs enfants de «Daech» Implatations: L’équipe de transition de Trump a tenté de bloquer la résolution de l’ONU MSF dit avoir soigné 55.000 blessés dans la guerre au Yémen Pour le Financial Times, le Hezbollah sortira renforcé du conflit syrien Poutine: des armées terroristes soutenues par certains pays à l’œuvre au Proche-Orient USA: le nombre de groupes anti-musulmans a triplé en 2016 Marine Le Pen présente l’électorat le plus déterminé (sondage) Centrafrique: HRW dénonce des «crimes de guerre» d’un groupe armé Quand les ventes d’armes britanniques à l’Arabie saoudite créent la polémique Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> EXCLUSIVITÉS >> Rapports >> Rapports

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer
L'exécution, par le front Al-Nosra, de cinq ingénieurs dans le domaine de l'énergie nucléaire et atomique ne fut pas une surprise, puisque ces groupes avaient adopté cette méthode dans opérations similaires.

Les cinq ingénieurs assassinés étaient à bord d'un véhicule qui fut la cible des tirs, dans la région El-Tall, dans le Rif de Damas.

Les ingénieurs martyrs travaillaient dans un centre de recherches scientifiques à Barzé. Selon des sources bien informées, la nature du travail de ces hommes était confidentielle. Ils furent assassinés à la suite d'une période de surveillance.

Ce n'est pas la première fois que des experts, des scientifiques et académiques syriens sont liquidés. Le front Al-Nosra s'est en effet transformé en un bras du chef du Mossad, Tamir Bardo, qui fournit à cette organisation les données et les renseignements, ainsi que le soutien logistique, en contrepartie des opérations d'assassinat. Ce front avait aussi visé une élite de pilotes des avions de chasse syriens, détruit les centres de recherches scientifiques et les centres d'alerte précoce, qui protègent le pays des offensives extérieures.

Avec le début de la guerre contre la Syrie, un groupe armé relevant d'Al-Nosra, muni d'engins de télécommunications sophistiqués, a été démantelé par l'armée syrienne. Les renseignements syriens à ce propos, ont été confirmés par des rapports russes et chinois, pour révéler un rôle effectif des SR sionistes et de la CIA au sein du groupuscule en question, dirigé par le général américain Richard Cleveland. Les informations ont fait état de forces spéciales entrainées pour perpétrer des assassinats, sous la supervision de la CIA. Ces forces sont entrées en Syrie via la frontière de la Jordanie et du Golan occupé et se sont déployées sur le territoire syrien. En outre, le Mossad a joué un rôle important dans l'installation des chambres d'opérations et des casernes d'entrainement en Jordanie, en Turquie et dans le Kurdistan de l'Irak. Les équipes entrainées dans ces lieux, en coopération avec la force israélienne «Maglan», spécialisée dans les offensives contre les aéroports et la force «Beta IR», spécialisée dans les assassinats, coordonnent étroitement leurs actions avec les SR israéliens.

Le parrainage de ces groupes ne s'est pas limité à l'entrainement. Les Israéliens ont assuré le soutien à Al-Nosra sur le terrain, dans plusieurs lieux en Syrie, notamment où se situent les postes militaires et académiques, comme Homs et son rif, le rif de Deraa, El-Ghouta-Est et le Qalamoun. Les groupes armés y ont reçu tout genre de soutien technique sophistiqué, dont les moyens de télécommunications, d'espionnage et même l'assistance directe.

L'assassinat des pilotes militaires syriens entrainés sur les avions modernes dans le rif de Homs en est une preuve. En effet, en fin de novembre 2011, six pilotes, techniciens et officiers ont été assassinés par les groupes armés, baptisés plus tard «front Al-Nosra». Les assassinats des cadres et des experts syriens se sont poursuivis plus tard. Le général Abdallah Khaldi fut tué, ainsi qu'un certain nombre de pilotes militaires, pris en otage, puis décapités et leurs corps mutilés.

Dans la période suivante, ces groupes ont entamé une série d'assassinats systématiques, visant plusieurs chercheurs, académiciens, dont notamment le général Nabil Zougheib, responsable du développement du programme des missiles syriens. En plus, Alep fut le lieu de l'assassinat de Dr Samir Rkieh, ingénieur aéronautique, enlevé par Al-Nosra en 2012. Une vidéo a montré plus tard son corps mutilé par les traces de la torture.

Dans le domaine des centres de recherches scientifiques et académiques, les groupes armés ont laissé leurs empreintes dans toutes les régions syriennes. Ils ont adopté la méthode du Mossad dans la prise pour cible des installations scientifiques, des bases aériennes, et des radars, notamment installés dans la région de Marj el-Sultan, dans la Ghouta-Est, et ceux installés dans le rif de Deraa.

Bref, d'après la nature des missions exécutées par le bras du Mossad en Syrie, et l'ampleur des pertes dans les infrastructures économiques et militaires, comprenant aussi les cerveaux et les expertises humaines, les radars, les stations d'alerte précoce, les systèmes de défense aérienne et les pilotes, on peut déduire que le bénéficiaire n'est que l'ennemi principal de l'axe de la résistance. En effet, l'entité sioniste avait toujours l'objectif de démanteler la structure militaire, scientifique et technique de l'armée syrienne, par le meurtre des cadres habilités, en prélude à l'exclusion de cette armée du cadre du conflit. D'ailleurs, c'est ce que prouve un article publié dans Yediot Ahronot et écrit par le journaliste sioniste Ben Yachay, le 14-1-2012. Ben Yachay avait affirmé que les assassinats en question, étaient caractérisés par le statut et la qualité des hommes tués, sources de connaissances, de renseignements et d'expertises. «On ne doit pas être expert pour déduire que les assassinats et les explosions en Syrie, sont l'œuvre d'organisations secrètes, liées à des pays bénéficiant de leur action. Seules des organisations dirigées par de tels pays, sont capables d'exécuter ce genre de meurtres», a-t-il écrit.

Source : Al-Ahednews

 

15-11-2014 | 15:19

Le Flash

Recherche
Vers le haut